Accéder au contenu principal

Du monologue

Dans le métro il y a parfois des fous qui parlent tout seul. La probabilité d'en rencontrer un n'est pas négligeable, au sein des grandes villes. La probabilité d'en croiser deux dans le même wagon semble beaucoup plus faible ; et bien cela m'est arrivé aujourd'hui. A deux stations d'écart, deux fous qui parlent tout seul sont entrés pour s'accrocher chacun à une barre, devant moi. C'était un peu rare, ce phénomène, comme une conjonction d'astres, sauf que c'était une conjonction de fous. Ils se sont mis à parler tout seul, mais côte à côte. J'écarquillai les yeux, témoin de cet accident harmonieux. Ils avaient l'air soudain d'entretenir une conversation, certes indéniablement décousue pour l'expert en conversations cohérentes, mais qui offrait l'illusion d'un dialogue normal. Les nouveaux venus d’ailleurs se collèrent à eux, en toute confiance, sans laisser ce léger cordon de vide dans les rames pourtant bondées, cet espace du malaise signalant les inquiétants et les imprévisibles. Quand ils se sont séparés, les voyant toujours parler tout en s'éloignant l'un de l'autre, je me suis dit que leur conversation subissait une sorte de fission ; leur dialogue s'est tendu durant l'éloignement, tendu, encore tendu, un élastique de dialogue, s'étirant sur des distances inimaginables, des distances sidérales, sans savoir en fin de compte si le lien avait cédé ou pas. Durant ce moment curieux, ce fut comme si leurs folies s'étaient annulées, en s’emboîtant l'une dans l'autre tel l'arrimage agréable de deux stations spatiales dans le froid absolu du vide, ou les charges contraires des particules, si nocives isolées, mais qui, se combinant, forment notre matière.

Commentaires

  1. Et ils ont echange leurs monologues ?

    RépondreSupprimer
  2. Très drôle et très frais ce billet! Les fous!

    RépondreSupprimer
  3. Finalement c'était peut être bien la base d'un Dialogue

    RépondreSupprimer
  4. Est-ce que quand la distance a été assez grande, les gens qui s'étaient agglutinés sans méfiance ont eu un mouvement de recul avec le pauvre fou resté dans la rame ?

    RépondreSupprimer
  5. Ces gens qui parlent tout seuls dans le bus...
    C'est terrible, mais depuis que j'ai commencé à bloguer, je me dis à chaque fois que j'en vois un : "regarde, ma p'tite, tu es comme ça".
    (c'était le commentaire originel. Dernier essai avant désintégration totale. Qu'on détruise mon blog et tous ses billets dans les huit jours.)

    RépondreSupprimer
  6. Beau billet de rentree, surtout après une longue année d'absence ici !

    RépondreSupprimer
  7. "Pendant ce temps, on monoblogue."

    Joli !

    RépondreSupprimer
  8. J'aime vraiment beaucoup cette allégorie sur le mariage et la vie de couple !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dis : lol.

      Mais en fait, une vraie allégorie serait quelqu'un qui parle tout seul, et un muet.

      Supprimer
  9. tu viens de t'inscrire sur twitter, c'est ça?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pas vraiment fait exprès de faire ce rapprochement, mais j'y ai tout de même pensé un petit peu.

      Supprimer
  10. Et t'as _vraiment_ pas vu les caméras cachées ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as l'esprit mal placé, comme tous les gens du nord.

      Supprimer
  11. En fait, moi, très souvent, je parle tout seul et je le fais tellement vite, qu'on a l'impression que je suis au moins deux. C'est un trait de caractère car les femmes qui font l'amour avec moi ont aussi cette impression là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ma vigueur sexuelle est telle que les femmes pensent souvent que je suis deux."

      Je vais chercher dans les textes saints des informations sur la légalité de cette assertion.

      Supprimer
  12. Certains monologueurs utilisent un iphone pour monologuer, des simulateurs, certainement

    RépondreSupprimer
  13. On joli résumé des "monologues du wagon" (je n'ai pas pu m’empêcher)

    RépondreSupprimer
  14. C'est un joli texte, aussi bien dans le récit que dans la prise de recul. Quand je lis cela, je me dis que je devrais souvent parler tout seul, pour me faire des éphémères compagnons de détresse. Il est vrai que, seul sur mon scooter, ce n'est pas gagné...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Georges, votre apparition me fait bien plaisir, car figurez vous que moi aussi je continue de vous lire !

      Supprimer
  15. Je ne suis pas trop fan quant au fait d'appeler les malades psychiatriques des fous mais ce texte m'a plu.
    C'est fun.

    RépondreSupprimer
  16. Sympa cette histoire et comme toujours c'est bien raconté!
    à bientôt

    RépondreSupprimer
  17. Non content d'avoir retrouvé votre blog dont j'avais oublié l'existence depuis des années et dont je pensais qu'il était à l'arrêt, je découvre que nous avons des histoires de double-fou en commun : https://unoeil.wordpress.com/2010/07/05/etre-plus-fou-que-le-fou/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…