mardi 5 juin 2007

Voyage en avion avant le réveil

Il est à peu près 6h42, dix minutes avant que le grognement hystérique des chats sur le point de se battre ne me réveille. Je rêve que je suis le fils de Clint Eastwood. C'est un détail, l'élément important est que cette filiation me permet de connaître sa compagne, Sharon Stone. Je suis à table dans un grand banquet, qui ressemble à un Festival de Cannes déserté. Les convives ouvrent grand leurs yeux tout rond, en m'écoutant : oui, je connais Sharon Stone, car c'est la compagne de mon père, Clint Eastwood. Pour preuve, je prends mon portable, et je l'appelle. Elle ne me reconnaît pas, mon anglais est hésitant. "You know, my father is Clint Eastwood...", elle me prend pour un journaliste. Ça ne capte pas très bien, dis-je à mon entourage, elle va bientôt arriver.

Elle arrive en robe blanche, et nous sommes dans un avion. Les sièges sont disposés comme dans le compartiment d'un train, face à face. Je suis dos à la route, enfin au vol. Derrière moi, l'avion se dirige vers le sommet d'une montagne, il n'arrive pas à prendre de l'altitude, il va s'écraser au sommet. Les passagers se cramponnent à leur fauteuil. Je suis angoissé, mais je ne me retourne pas, je sens l'accident arriver dans ma nuque comme une main terrible qui me chatouille. Mais le pilote arrive à poser l'appareil sur une ville qui se tient au sommet. Pour ralentir, il est obligé de faire des détours dans les rues, saccageant tout sur son passage. Enfin l'avion s'arrête, mais il y a tout de même un accident. Le pilote, si talentueux, est éjecté hors de sa cabine, comme s'il fallait que quelqu'un soit puni. Je suis indemne, les gens sont blessés, sous leur chemise, je n'ose dévoiler les bustes rouges.

Les chats me réveillent. Je fredonne Summertime : E. m'a fait découvrir Amy Winehouse, vers minuit, je me dis qu'il doit être bon d'avoir une belle voix, la vie doit être plus simple, vous faites vibrer les murs, et même les connards grincent des dents. Alors je fredonne et je fais comme si.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire