Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2008

Fins de moi

Ce sont des barres grises, on y habite, c’est comme ça. Ce n’est ni triste, ni gai, un peu impressionnant quand même parce que remplies d’inconnus, et les inconnus, ça intimide. J’ai huit ans, je me dis c’est juste comme ça. Il y a un ascenseur pour les étages pairs, un autre pour les impairs. Nous habitons au quatrième, l’ascenseur des impairs, c’est l’inconnu, c’est en face, c’est de l’autre côté du mirroir. Parfois, je le prends, je sors au cinquième et je descends d’un étage, vite, c’est le frisson, c’est comme si j’étais une souris dans les rouages du monde ; je glousse. J’ai du mal à écrire que ça sentait la pisse, parce que ça fait glauque expliqué ainsi, ça ne l’était pas, ça puait juste, ce n’était pas agréable, c’était juste comme ça. Pour aller à l’école, on prenait l’ascenseur pair, on se disait bonjour quelle horreur ça sent encore la pisse monde de merde.

J’imaginais le type qui part du quatorzième, le grand frisson, il se dit allez, quitte au double, banco, bingo, alors …

Les pétrons de la jeunesse

A cet instant précis, le 17 juin à 21h et quelques, je viens juste d’arriver chez Monsieur Romano, je suis en retard, je fléchis les genoux pour m’assoir sur le canapé, des bières à la main, encore imprégné de l’air frais du dehors. Je dis : « Ah quand même, espérons qu’on va passer une bonne petite soirée ! », mes fesses effleurent à peine le coussin, je ne suis même pas vautré qu’Eric Abidal se prend un carton rouge, à la télévision, consternation, penalty, but. Quand j’ai pleinement fini de m’assoir, c’est déjà plié. J’ai mon pack à la main, encore emballé sur les genoux. C’est plié comme nos jambes sur le canapé, comme Monsieur et Madame Plié ont un fils, Bernard Plié. Eric Abidal à la télé fait plein de gestes avec plein de bras, pour exprimer sa vaste incompréhension. Je dis : je vais peut-être rentrer chez moi directement, en fait. Je fais mine de me lever. C'est ça de confier les clefs de sa soirée à des sportifs.

Puis nous rions z’à gorges déployés. A tel point qu’on pourr…

Louise Labbé attend un vieillard emmitouflé dans une énorme combinaison étanche avec un chapeau

J’étais justement en train de me dire : « je crois que je me suis un peu éloigné des blogs en ce moment. » Je ne publiais pas grand-chose. Du travail, des répétitions musicales, des questions sur ce support, sur mes limitations, une baisse de régime niveau idées. Un vieux doute, celui de faire tous les jours les mêmes billets, une fois sur mon fils, une fois le billet rigolo, puis le billet émouvant avec un chien qui meurt, avec au bout de tout ça, quoi, juste un prix Nobel de Littérature, et après ? Le succès, la gloire, une poste haut placé chez Wikio, et après ? L’alcool, l’orgie, l’achat de nombreuses voitures puissantes et après ?

Cette baisse de régime, cet éloignement, je les voyais comme un moyen de continuer en douce. Gagner une tranquillité d’esprit, moins bloguer, moins m’acharner, m’assoir sur le fauteuil de l'oubli ou regarder le foot, et discrètement, et une fois tout calmé, dans un mois ou deux ou jamais, prétendre à nouveau. Candidater au beau billet. C’est intéress…

Des fourmis sur la lune

Les fourmis travaillent dans leur fourmilière. Soudain, une s’arrête et dit : nous sommes quand même des fourmis, non. Vous avez vu l’organisation incroyable de notre société ? Ses rouages huilés, cette administration silencieuse et disciplinée, comme si nous n’étions qu’un seul corps, cette force de développement, cette recherche de ressources, tout ça avec seulement des hormones ? Oui. Nous sommes au bord de commettre une civilisation, à l’heure actuelle.

Nous construisons des fourmilières robustes. Certaines ont des systèmes de ventilations. Nous sommes réputées pour ça. L’expression travail de fourmi est entrée dans le langage courant.

Nous pourrions peut-être faire une île de Pâques ? Dresser de grandes têtes de fourmis en direction du soleil, à l’équinoxe ? Une autre lève les yeux, et voit au zénith le croissant brillant ; les fourmis décident d’aller sur la lune. Elles s’attellent à la construction d’une fusée. Nous avons bien été capables d’ajouter des galeries de ventilation da…