Accéder au contenu principal

Des fourmis sur la lune

Les fourmis travaillent dans leur fourmilière. Soudain, une s’arrête et dit : nous sommes quand même des fourmis, non. Vous avez vu l’organisation incroyable de notre société ? Ses rouages huilés, cette administration silencieuse et disciplinée, comme si nous n’étions qu’un seul corps, cette force de développement, cette recherche de ressources, tout ça avec seulement des hormones ? Oui. Nous sommes au bord de commettre une civilisation, à l’heure actuelle.

Nous construisons des fourmilières robustes. Certaines ont des systèmes de ventilations. Nous sommes réputées pour ça. L’expression travail de fourmi est entrée dans le langage courant.

Nous pourrions peut-être faire une île de Pâques ? Dresser de grandes têtes de fourmis en direction du soleil, à l’équinoxe ? Une autre lève les yeux, et voit au zénith le croissant brillant ; les fourmis décident d’aller sur la lune. Elles s’attellent à la construction d’une fusée. Nous avons bien été capables d’ajouter des galeries de ventilation dans notre fourmilière, vous vous rendez-vous compte, des insectes ! Les taupes ne savent pas faire ça. Non, on murmure dans la foule, les taupes ne savent pas. Elles vont dans la terre, bêtement, pour dormir, médiocrement.

Le plus difficile est le moyen de propulsion. Une fourmi dit doctement : l’astre lunaire est incroyablement élevé, pour nous y rendre, il faut nous propulser. C’est le problème majeur, nous nommerons ceci le problème A. Une autre ajoute : et longuement, car le périple est incroyable, plusieurs fois la distance fourmilière-terrain vague. Le meilleur moyen de nous élever est de nous propulser suffisamment longtemps pour libérer l’appareil fourmilier de la gravité terrestre, quitter l’atmosphère, atteindre la lune. Il faut aussi gérer les galeries de ventilation dans la fusée, même hors de l’atmosphère. C’est le problème B. Et si on se trompe, et qu’on se pose sur le soleil, demande une fourmi, nous allons tous brûler ? Et pour atterrir sur le satellite, fait une autre, ne faut-il pas prévoir un système de propulsion inverse, destinée à freiner notre course dans la dernière étape ? L’atterrissage est le problème A prime.

Les fourmis sont capables de porter une charge sept fois plus massives qu’elles. Spectacle dantesque, ces ouvrières rassemblent branches, cailloux, feuilles, bouchons de bouteille en plastique, canettes. La structure incroyable s’élève peu à peu, bâtiment dément dans l’horizon de la fourmilière, ossature de bois complexe, système de ventilation formé d’une indescriptible dentelle de galeries. Un chien passe, il manque d’écraser la fusée. La panique les gagne, elles courent toutes les unes après les autres, sans plus aucune dignité, sauve qui peut, lâchons les hormones. Heureusement, l’animal s’en va.

L’heure solennelle est arrivée. Le contremaître fait un discours vibrant : nous nommerons le vaisseau Fourmi 1. Arrivées sur place, nous rebaptiserons l’astre Fourmilière 2. Puis elles se rassemblent dans l’appareil, vérifiant minutieusement les galeries de ventilation. Le verdict est heureux : la ventilation fonctionne à merveille. Une fourmi fait le compte à rebours, ordonne : décollage. Rien ne se passe. La navette ne décolle pas. Tout reste cloué au sol, cruellement. Elles vérifient sans faiblir chaque recoin des systèmes de ventilation, la carlingue, son fuselage. Je crois que nous avons un incident fatal avec le problème A, ce qui rend tout décollage impossible.

Au bout d’un moment, d’un long moment, elles descendent de leur structure, et hagardes, elles reprennent le travail.

Ce n’était que des fourmis.

Commentaires

  1. Oui mais elles ont peut être inventé la Tour de Babel ??

    (tu crois que je suis une incurable optimiste ?)

    J'aime beaucoup ce texte. Mais il est triste.

    RépondreSupprimer
  2. Ca me fait penser aux shadoks ton histoire de fourmis... allez je retourne dans ma taupinière songer à ce que je pourrais faire si j'étais un être humain !

    RépondreSupprimer
  3. Werber pouvait déjà aller se rhabiller mais alors là !

    RépondreSupprimer
  4. Audine ,Sylvie : Si vous voulez, avec Kéké, on jouait à la fusée. Puis on a joué aux fourmis, avec les doigts. Logiquement, les fourmis ont voulu prendre la fusée. J'ai essayé de garder cette histoire aussi "blanche" que possible, sans morale, sans parabole, mais c'est dur !

    Loïs : Werber est trop long ! C'est pour ça qu'il est incapable de faire un blog et se contente de sortir des livres ! ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Ah! Très bon! Et nous pourrions dire: Nous ne sommes que des hommes. Oublions le grand «H».

    Accent Grave

    RépondreSupprimer
  6. Sont pas si cons les fourmis : elles vont attendre qu'on les emporte dans notre fusée !
    :-))

    RépondreSupprimer
  7. Côté science : on sait maintenant que dans le Sud-Est de la france, les differentes colonies de fourmis, meme d'especes totalement idfferentes, communiquent entre elles et ont interconnectées les fourmillières !
    Si elles deviennent agressives, on est dans la m...

    :-)

    RépondreSupprimer
  8. Arrrf, un jour elle vont y arriver, c'est sûr...
    D'autant qu'elles sont bien plus persévérantes que nous !

    RépondreSupprimer
  9. Elles ont la solution, les fourmis, au problème A. D'ailleurs, à mon avis, elles vont s'en rendre compte toutes seules. Mais bon, si jamais elles lisent ton blog, on sait jamais.

    Parce que les cousines les plus proches des fourmis, ce sont les guêpes. Qui sont fabuleusement équipées, côté propulsion.

    Si les fourmis se mettent d'accord avec les guêpes, le problème A est résolu.

    J'espère qu'elles penseront à moi lorsqu'elles arriveront sur la Lune.

    DB_toujours_prête_à_rendre_service

    RépondreSupprimer
  10. Nous construisons : des mécanismes complexes, des moteurs, des usines, des véhicules motorisés. Nous allons sur la lune, bientôt nous visiterons Marsus . Pour toutes ces fichues raisons nous allons asphixier notre petite bulle de savon bleue...

    Si seulement nous étions des fourmis...

    RépondreSupprimer
  11. accent grave : les hommes y arrivent, à aller sur la lune, eux. C'est comique aussi, quelque part ! :)

    Poireau : moi je parierais plutôt sur les poux !

    Je Rêve: bienviendue ici ! De toute façon, elles ont un tout petit drapeau, les fourmis, on le verrait même pas flotter !

    DBardel : honnêtement, tu me donnes envie de faire la suite ! Avec les guêpes ! :)

    Merlin : A suivre : les fourmis inventent la Formule 1 !

    Nicolas : ça t'a manqué ? :-)

    RépondreSupprimer
  12. bon ben tout a été dit alors ?

    hop (je note : ne plus commenter dans les premiers, c'est plus facile après)

    RépondreSupprimer
  13. Hey, c'est pas non plus le service militaire, les commentaires ! :o)

    RépondreSupprimer
  14. grand soupir.
    ça fait peur cette mathématique de la communauté, toute cette organisation, cette logique implacable.
    ce texte confirme mon incapacité à m'y adapter

    RépondreSupprimer
  15. J'ai honte.
    J'ai tué des milliers de fourmis. Celles qui avaient décidé d'ériger le faux plafond de ma salle de bain en fourmilière.
    Et paf, j'ai éradiqué une planète... j'ai honte.
    Actuellement, il y a des milliers de fourmis mortes sur le sol de ma salle de bain. Et dans le faux plafond alors? Elles sont peut-être des milliards... je vais encore mal dormir!

    RépondreSupprimer
  16. Vous avez lu " Demain les chiens" par Clifford d. Simak ? Comme son titre ne l'indique pas, ça parle aussi de fourmis et c'est vraiment très, très bien.
    Votre texte aussi, puisqu'il m'y a fait penser.

    RépondreSupprimer
  17. Tu fais chier. J'arrête pas de chercher ce qui n'a pas marché. Il y a toujours une solution, faut refaire tous les calculs, j'en ai pour des plombes.

    RépondreSupprimer
  18. Hénaurme mon cher, je crois qu'il y a un interstice dans le bloguage de l'absurde.
    Un pas à faire.
    Faisons-le tous ensemble !

    RépondreSupprimer
  19. Marcel Werber (Drancy)4 juin 2008 à 08:45

    Franchement, si vous aviez lu les romans de mon frère, vous auriez appris que cela ne se peut.

    Par ailleurs, les fourmilières ne sont pas équipées de systèmes de ventilation, elles engagent des fourmis souffleuses pour se faire de l'air.

    Vous avez bien besoin d'une séance de rattrapage sur la question...

    RépondreSupprimer
  20. Qui ne les a pas lu ? Néanmoins, ça ne date pas d'hier.

    N.B. : Les fourmis pompeuses, ça existe aussi ?

    N.B.2. : Il y a un type qui passe ses journées sur le web à chercher qui fait des histoires avec des fourmis pour défendre son frère... On croit rêver.

    RépondreSupprimer
  21. @MArcel je suis bien d'accord avec vous, ce texte est trés mal documenté !

    en plus plus j'y pense plus je me dis qu'il n'y a que l'espèce humaine qui est assez con pour vouloir embêter les Luniens !

    RépondreSupprimer
  22. "N.B.2. : Il y a un type qui passe ses journées sur le web à chercher qui fait des histoires avec des fourmis pour défendre son frère... On croit rêver."

    Y en a d'autres bien plus atteints à mon avis...

    RépondreSupprimer
  23. Je voulais pas dire toi, hein ?!

    (quoi que, chez Quicoulol, j'ai peur que...)

    RépondreSupprimer
  24. Ben y a plein de types bizarres, entre l'Houdini de Cachan et le Werber de Drancy ...

    RépondreSupprimer
  25. Tiens Audine, je me demande si on n'a pas la même théorie au sujet des trolls célèbres et anonymes à la fois ...

    RépondreSupprimer
  26. Ah bon, c'est quoi votre théorie ?

    RépondreSupprimer
  27. Dorham,

    Ma théorie part du principe que ce n'est pas si facile de faire vœu de silence !

    RépondreSupprimer
  28. Zoridae : on a EXACTEMENT la même théorie :)

    RépondreSupprimer
  29. Ah bon ?

    Rien compris...
    Je croyais que c'était Balmeyer lui-même...

    RépondreSupprimer
  30. Honte à vous !
    Ne nous prenez pas pour des gogos, ce texte est évidemment de la littérature de propagande, financée par le Bureau d'Information et de Développement Culturel des fourmis, qui a cassé sa tirelire pour suborner quelques écriveurs. La machine à bourrer les crânes est en marche, restons vigilants.
    L'objectif est clair :
    1. Nous démontrer la puissance de la civilisation des fourmis.
    2. Nous rassurer PROVISOIREMENT sur leur faible capacité de nuisance (la fin bidon de votre texte a été rajoutée à leur demande, ça crève les yeux).
    3. Tout cela pour nous convaincre de négocier avec elles pendant qu'il en est encore temps.

    Vous voici donc agent d'influence ; j'espère au moins que vous en vuvez grassement. J'attends sans illusions vos appels pacifistes à la négociation dans vos prochains billets.
    Shame, shame, shame !

    RépondreSupprimer
  31. "Je croyais que c'était Balmeyer lui-même..."

    Ben en même temps, peut-être.
    Mais peut être pas.


    Georges f : pour ma part, il est hors de question que je négocie avec des fourmis. Restons raisonnables.

    RépondreSupprimer
  32. Georges F.,
    Excellent, je suis pliée de rire...

    "Balmeyer lui-même", c'est malin du coup je doute aussi !
    Mais je crois qu'il n'a pas encore lu le texte de Dorham, donc ça ne tiens pas !

    RépondreSupprimer
  33. Simone Weber (Nancy)5 juin 2008 à 00:59

    Franchement, monter une fusée sans l'aide d'une bonne tronçonneuse, vous devriez savoir que cela ne se peut.

    Aussi ces pauvres petites fourmis, après un tel échec, n'ont-elles plus qu'à ramasser les morceaux.

    Si vous avez bien besoin d'une séance de rattrapage sur la question, je suis prête quant à moi à vous offrir mes services...

    RépondreSupprimer
  34. lol zoridae : je n'ai absolument pas honte d'utiliser mon propre pseudo pour raconter des conneries, surtout si y'a des tronconneuses dedans.
    en plus je ne connais pas de simone.

    RépondreSupprimer
  35. Nef,

    Tu as raison, la tronçonneuse m'a induite en erreur... Mais aussi le fait qu'on en ait discuté juste avant... Maintenant je me dit que c'est Chieuvrou l'ursupateur de noms célèbres... mais pas partout et pas tout le temps puisque ici c'était Dorham...

    Enfin bref, qu'on en finisse ! Dénoncez-vous tous !

    RépondreSupprimer
  36. Zoridae : je tiens à rappeler que je n'écris jamais rien anonymement, ni sous pseudonyme. Ou, si je le fais parfois, par plaisanterie, je laisse le lien en direction de mon blog afin que l'on puisse m'identifier.

    Je ne peux quand même pas avoir TOUS les défauts...

    RépondreSupprimer
  37. Balmeyer, ton inspiration semble sans borne, quel est ton secret ?!

    RépondreSupprimer
  38. (je fais du reverse reponding, c'est un truc que j'ai appris à Harvard en Californie)

    Marie-Georges : mon secret ? Un eau minérale riche en magnésium, et des pilules d'oméga 3, et des injections de botox dans les yeux. C'est radical !

    Didier Goux : ah j'ai cru que c'était vous ! Mais j'ai démasqué le coupable (qui a bon dos et qui rame).

    nef : déjà qu'avec un vrai pseudo je suis atterré parce que tu racontes, alors je n'imagine même pas le résultat derrière un faux pseudo anonyme itou !

    RépondreSupprimer
  39. Simone Weber : je sais qui vous êtes ! (enfin je crois)

    Audine : non, poster anonymement dans mon propre blog, c'est au delà de la frontière ténue qui me sépare de la folie furieuse. Je ne le ferai pas. Enfin. Je crois.

    Zoridae : je me repends de faire du reverse reponding, ça n'a aucun sens dans ce sens.

    Georges F : je proteste avec la dernière fermeté ! je fais ça gratuitement. Par idéologie, pour le peuple fourmi, peuple ami.

    RépondreSupprimer
  40. Imothep (Orly)5 juin 2008 à 20:50

    Ces fourmis franchement.
    Elles ne savent faire que des pyramides.
    Si elles avaient construit des fusées, on se souviendrait de moi pour des trucs plus utiles que de vagues pièges à touristes.

    RépondreSupprimer
  41. Balmeyer : je dois prendre ça comment ?

    RépondreSupprimer
  42. imothep : bienvenue ici (à métaux).

    nef : ptdrrrr, je crois que je vais arriver à te vexer ! :o)

    RépondreSupprimer
  43. Bon. Où j'en étais moi dans mes réponses dans mon reverse-retro-reponding ???

    RépondreSupprimer
  44. à moi ! à moi ! frappe moi aussi maître comme la petite Nef !

    RépondreSupprimer
  45. au point de départ.
    ou au point à pître.

    RépondreSupprimer
  46. héhé Gael, tu t'es fait eu : c'est à moi qu'il va répondre en premier.

    RépondreSupprimer
  47. Gaël : grand malade. Tiens prends ça. Splashffr. Splasffr. (oui j'ai une cravache qui fait Splashffrrr).

    Audine : je sais qu'au milieu y'en a deux ou trois à qui j'ai pas répondu, je vais être hyper-désinfluent si ça continue.

    RépondreSupprimer
  48. c'est donc bien le dernier salon à la mode dont tout Paris bruisse ! on est nombreu(x)ses à attendre notre correction Maître, mais si Audine le souhaite, ma galanterie me laissera passer mon tour !

    RépondreSupprimer
  49. wouifle ! wouifle ! j'ai une peau qui fait fait wouifle quand on la cravache !


    je suis désolé de me donner ainsi en spectacle mais comme Gunther ne publie plus grand chose, fallait bien que je trouve ma dose quand même !


    bonne soirée, ça va mieux là !

    RépondreSupprimer
  50. Bonne soirée à toi. N'oublie pas la crème régénérante à base de sphaigne.

    RépondreSupprimer
  51. Gunther (Baden-Baden)5 juin 2008 à 22:32

    On par-le te korreksion ?

    RépondreSupprimer
  52. Balmeyer,

    je t'ai dit d'arrêter de prendre du blagonax !
    ça te rend tout patraque !

    RépondreSupprimer
  53. ach Gunther !

    je retire immédiatement toute cette sphaigne !

    et pis bonne soirée pour de vrai cette fois !

    RépondreSupprimer
  54. N'empêche que l'Irremplaçable a raison : "Demain les chiens" est un grand roman de SF et ça parle des fourmis (surtout vers la fin)...

    RépondreSupprimer
  55. les fourmis mangent le chien mort? à la fin ?

    RépondreSupprimer
  56. « Simone Weber : je sais qui vous êtes ! (enfin je crois) »

    Ah, désolé – et pardon, accessoirement, à Madame Simone : Werber-Weber, Drancy-Nancy (petite explication sommaire à l'adresse de ceux qui n'auraient pas saisi toute la finesse de mon puissant trait d'esprit de la nuit dernière)... C'était trop tentant.

    À ma décharge, mon copier-coller passablement approximatif (« Si vous avez bien besoin d'une séance de rattrapage... »), effectué à partir du message d'un précédent commentateur, portait comme qui dirait ma signature. En tout cas, moi, devant une telle maladresse, je me serais immédiatement reconnu (mais il est vrai que je vis avec moi-même depuis déjà un certain temps).

    Pour le reste, je ne suis pour rien dans les commentaires que, si je comprends bien, Zoridae et vous recevez de la part de personnages célèbres. Déjà que ça a été dur pour moi de changer de sexe durant quelques minutes, si en plus il m'avait fallu entrer dans la culotte bouffante de Henri IV ou dans les bas de soie de Louis XIV, l'épreuve m'aurait parue insurmontable. Cela dit, au moins ai-je retiré de ma petite métamorphose nocturne le bénéfice de savoir désormais bien découper le gigot.

    Quoi qu'il en soit, c'était la première fois que je prenais l'identité de quelqu'un d'autre, d'une vraie personne en tout cas, les deux ou trois pseudonymes dont il m'était arrivé de faire précédemment usage ayant toujours été jusque-là des variations de celui sous lequel je signe habituellement ma pauvre prose (ou bien ayant toujours comporté suffisamment d'indices pour que je pusse être identifié sans peine, pour peu que l'on eût préalablement consulté ma page Blaugueure).

    Aussi, après m'être publiquement dénoncé, me faut-il encore promettre de ne plus recommencer.

    Cela dit, je croyais naïvement que l'adresse IP (j'espère que je ne dis pas une grosse connerie...) de l'expéditeur des messages envoyés sur vos blogues pouvait facilement être identifiée, aussi m'interrogé-je, ce soir, sur vos propres interrogations concernant le coupable de ces iniques usurpations.

    RépondreSupprimer
  57. Vous avez participé Chieuvrou ! Convoqué dans mon bureau, immédiatement ! C'est ton-teux !

    Nef : j'ai pensé la même chose...

    Didier : Va pour "demain les chiens", mais en ce moment, je me fais troller par Gérard Oberlé, vous savez...

    En fait, c'est "aujourd'hui les fourmis vont sur la lune", et "demain les chiens s'y mettent aussi". L'ingénieur en chef chien tente de lancer le baton en l'air pour que l'équipage suive...

    Dorham : Blagonax, encore un bon nom de blog ! (mais je le fais pas, promis).

    RépondreSupprimer
  58. Chieuvrou,

    Je suis désolée mais je ne peux intégrer un commentaire dans le jeu du changement de sexe... Et puis il faudrait faire un peu plus long !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…