Accéder au contenu principal

Paroles de Stars (1) : J'aime me mettre en danger

Je fais suite au petit billet où je me suggérais de créer un dictionnaire des paroles de stars : http://balmeyer.blogspot.com/2007/07/boite-ides.html

Mon épouse, lisant une interview d'Olivia Ruiz dans Elle, m'a apporté une suggestion fort interessante pour débuter cette petite série. Un rapide coup d'oeil dans Google prouve l'extrême légitimité de cette parole :

J'aime me mettre en danger
http://www.google.fr/search?hl=fr&client=firefox-a&rls=org.mozilla%3Afr%3Aofficial&hs=QoT&q=%22J%27aime+me+mettre+en+danger%22&btnG=Rechercher&meta=

La Star n'est pas un comptable, c'est un artiste. Un comptable, un agriculteur, un diététicien, un géomètre aiment les choses carrées, sûres, solides. Voilà pourquoi ils nous ennuient, que le peuple les détestent, et que personne ne les invite à manger. La Star au contraire est libre, free en anglais. Souvent, elle se remet en question, ce qui la différencie de l'homme moyen qui est souvent "totalement formaté". On imagine mal, en effet, l'électricien déclarer :

"Moi, des fois, quand je démonte une prise, j'aime toucher les deux fils avec mes doigts, ou mettre la prise de terre dans ma bouche, comme ça, pour voir. J'aime me mettre en danger".

On imagine pas le chauffeur de bus affirmer, même si cela se discute : "Moi, des fois, vers 19h00, j'aime bien faire la course sur les grandes avenues, j'aime pousser le moteur à fond, à 110, je double les 206, et je freine d'un coup sec, me délectant d'entendre le "poc" des crânes contre les barres en fer, la protestation des mamies avec leur cabas sur la tête, j'aime me mettre en danger."

Ou bien, l'infirmière bénévole oeuvrant dans une ONG au coeur d'un pays en conflit : "Moi, le soir, j'aime sortir du camp de réfugiés et aller voir des soldat près des zones de combat pour leur dire : vous les rebelles, avec votre petit sexe, vous êtes vraiment une bande d'enculés. J'aime me mettre en danger."

Cependant, la star doit se méfier car le danger peut être dangereux. A cinq heures du matin, je reçois souvent le coup de fil de stars angoissées : "Balmeyer, j'ai mis un sample d'accordéon sur mon dernier morceau, ça ne va pas, je crois que je me suis mise en danger.
- Surtout, ne bouge pas, réponds-je, ferme la porte la clef, débranche le téléphone, prends un calmant, j'arrive." Souvent, je fais bien, car des tueurs ou des psychopathes sexuels, voire des zombies nucléaires, font le pied de grue devant la porte de leur hôtel, afin de les dépecer. Ce sont des choses qui arrivent, ceux qui se mettent en danger attirent les monstres de la nuit. Dans ce monde en effet, rien ne se fait impunément, et tout se paye, sauf certains bombardements ou l'exploitation de populations sous-développés, mais ce n'est pas à moi de dresser cette liste et de dénoncer ces agissements, car contrairement à mes fréquentations, je déteste me mettre en danger.

Commentaires

  1. Je proteste energiquement en ce qui concerne le chauffeur de bus : deux grosses semaines a Hanoi et je suis desormais persuadee que la phrase que tu donnes correspond de facon exacte a ce qu'il se passe dans la tete du conducteur (de bus ou autre) vietnamien moyen.

    Ah tiens j'ai Blogger en vietnamien, c'est amusant. Pas tres comprehensible, mais amusant.

    RépondreSupprimer
  2. balmeyer, tu me mets en danger ! Je m'étouffe de rire.

    RépondreSupprimer
  3. Merci fidèle lecteur ! :) C'est un réel plaisir de te croiser dans mes archives.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis hilare :D mention spéciale au "poc des crânes sur les barres de fer". Merci infiniment !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…