Accéder au contenu principal

La tête à l'envers (1/3)

Elle était populaire, Marie, elle couchait facilement. Dans cette bande de beatniks boutonneux, elle disait souvent oui, allez. La confrérie des gens très libres lui était redevable, car les volontaires inspirées par une telle positive attitude sexuelle ne se bousculaient pas. Elle n’était pas très jolie, mais suffisamment. Petite, gironde, les joues roses comme une fille des champs, elle bénéficiait de la fraîcheur standard de la jeunesse.

Avec facilité, ses amis devenaient amants, ses amants se retrouvaient amis, on s’aimait bien, sans façon, sans douleur, sans conséquence, à la bonne franquette, à la bonne niquette. Tout était tellement inconséquent. On pensait dans du sable, la mer emportait tout.

« Et toi alors, me disait-elle, pourquoi tu es puceau ? »

Je protestais alors avec la plus grande fermeté, sursautant sur place, aussi indigné qu’un conseil de sécurité de l’ONU, je pensais mentir, et inventer une lointaine et mystérieuse cousine et des histoires abracadabrantes d’amours impossibles, sombres, et de chevaleresques renoncements, mais je savais qu’à Marie, on ne mentait pas. Comme les moteurs de mobylettes pour certains, les garçons, elle les démontait et les remontait les yeux fermés, alors je me contentais d’une ferme réplique : mais ce n’est pas à moi qu’il faut demander pourquoi je suis encore puceau ! C’est aux autres ! Je n’ai pour ma part aucune objection, ni morale, ni intellectuelle, ni religieuse, à rester puceau. Si on se place du point de vue de l’offre et de la demande, m’embrouillais-je, on peut dire que d’une part l’offre et la demande (mêlées dans mon propre cas), dépasse largement l’offre ou la demande du reste de l’univers, ce qui est une triste perte à la fois pour moi et pour l’univers aussi, sans doute, et… »

Marie regardait à travers la fenêtre, par le balcon d’aluminium, gris comme un appareil dentaire au visage de notre jeunesse. C’était un agencement méthodique de géraniums, qui s’agitaient stupidement dans le vent, plantes entretenus par des parents. Les parents ! Ah, ces êtres confis, immobiles, lyophilisés, froids comme des lézards, sans joie ni passion ; ils n’avaient que ça à faire, visiblement, agencer des géraniums, tandis qu’il était possible de vivre très libre ; puis elle partait, au milieu de la fête, Marie, et je restais là à boutonner de la face, avec ma triste bière Jeanlain à la main, et je pensais, pris d’une brutale mélancolie, oh zut, demain matin je me réveillerai encore puceau.

Dans la fête lancinante, ennuyeuse, soudain, un type sortait sa guitare. Il disait : je vais faire un peu de gratte. Des gens s’extasiaient. Ils étaient tous si fascinés d’être eux-mêmes. Ils se découvraient comme s’ils s’étaient reçus en cadeau pour leur anniversaire. Ils secouaient la tête en écoutant la guitare. C’était vraiment un moment magique, qu’il avait fallu attendre des milliards d’années pour se réaliser enfin, dans cet appartement aux fenêtres d’appareils dentaires, entre choisis, élus et prédestinés. Moi aussi je secouais la tête, un peu, mais je pensais aussitôt au chien en plastique qui branle du museau sur les téléviseurs du monde entier, alors je cessais.

Parfois, les beatniks boutonneux, grisés par une si précoce liberté, en arrivaient à des familiarités avec Marie, la bouteille de trente-trois export, vide à moitié, à la main. Ils étaient comme des vieux Bukowski, mais jeunes. Ils prenaient des poses pittoresques, ils ne se lassaient pas d’être désabusés. C’est un peu comme s’ils avaient tellement bourlingué aussi, tellement ramassé des salades dans les champs, revenus de tout sans être partis (ce qui revenait au même, concrètement). Bon alors, Marie, on y va, disaient-ils, directs poètes ? Et si on allait s’amuser un peu, hein ? Les boutonneux, qui, il n’y a pas plus tard que ça, le trimestre d’avant, le bulletin de notes précédent, s’astiquaient avec mélancolie dans leur chambre en maudissant leur solitude, s’entendaient parfois dire oui, ok ; ô monde ultra-libéral de l’amour, oh puissance sexuelle dévastatrice, vastes champs de blé ukrainiens à moissonner avec le pénis, poids lourds odieux dévalant des pistes de ski emportant les sapins de la vie sur leur passage. Mais elle, elle ne s’offusquait pas de ces méthodes cavalières. Elle en avait déniaisé une belle brochette, ici, à vue d’œil. Ces garçons là, ils semblaient à ses yeux comme des pulls, des pulls qu’elle aurait elle même tricotés, des monstres qu’elle aurait fabriqués, avec des bouts d’homme, oui, des monstres d’hommes avec des morceaux d’enfants ; ils étaient bêtes, moches, vulgaires et huileux, mais quelque part, ils étaient ses créatures. Elles les aimait bien. Et les créatures la regardaient avec, dans leurs regards, l’étrange reconnaissance d’être au monde.

Il y avait des moments comme ça : qu’est-ce que tu fais, Richard ? Nous révisions, c’était l’été, divaguant ivres dans les jardins sur la colline, où veillait au sommet, sur nos libidineuses jeunesses, la basilique à la vierge d’or ; attends je passe un coup de fil, titubait Richard. Il s’adossait bizarrement à la paroi de la cabine téléphonique, ça va Marie ? Qu’est-ce que tu penses de Nietzsche ? Hips. Au fond ? En définitive ? Puis, abruptement, en riant, hey, Marie, toi et moi, et si on prenait du bon temps ?... Ok ? Ok. A quelle heure ? Puis Richard partait. J’ai un rendez-vous galant, hop, je vais tirer un coup. Les autres s’exclamaient, du fin fond de leur carcasse sanglée d’innombrables appareils dentaires sur tout le corps : oh, l’autre, hé. Dis donc. Oh ben. C’est beau la vie. Il pleuraient presque de frustration, la sève coulant des yeux, du nez, horrible rhume du printemps de la vie. Il n’était même pas très beau, Richard, oh privilèges, oh clergé sexuel, oh noblesse amoureuse… oh révolutions !

Puis Richard titubait encore un petit peu, au loin, et enfin, en fin de compte, en définitive, pour finir, il s’effondrait et roulait dans un fossé. Nous allions lui porter secours. Des plus jeunes et des plus boutonneux, qui, bien que libres, n’avaient pas le choix de grand chose, des beatniks théoriques en somme, ou platoniques, comme vous voulez, le ramassaient, l’engueulaient. Toi t’es con, toi. Ils serraient leurs poings. T’es un vrai con. Quel gâchis. Tandis que Richard vomissait, les autres le regardaient, atterrés, se répandre. Un type à qui on a dit oui, sur le chemin bienheureux qui conduit aux chambres adolescentes, O navires, O galions, dont les voiles fabuleuses sont des culottes en coton parfumées ! Christophe Collomb aux armadas testiculaires, oser dégueuler comme ça, au lieu de monter l’escalier des nymphes ultra-offertes ! Puis ils riaient beaucoup de ses déboires.

Certaines filles étaient des sacrés salopes. Mais pas Marie. Elle était au delà de tout ça. La connaissance étendue de ses confrères, apprise sous le tas, la rendait souveraine. Gironde Mata Hari, elle avait des dossiers sur tout le monde. Si les Freaks plaisantaient un petit peu trop fort, un peu trop vertement, s’ils dandynaient hors des limites, si les monstres se retournaient contre leur Pygmalionne : je ne sais pas si ça sera aussi bien qu’avec X, demandait-elle malicieusement avec la toute puissance du trieur de tomates face aux craintifs fruits pourris, ou bien, j’espère que ça durera plus longtemps qu’avec Y, elle proposait spontanément un symposium sur les endurances et les longueurs, si bien que les plaisanteries ne vivaient pas beaucoup, s’asphyxiaient très vite, papillons comiques, mâles avortons, virils embarras, on toussotait, on passait à autre chose, on se rangeait comme des cubes bien sagement dans un coin, et son œil brillait de les tenir tous par les couilles, les animant dans un spectacle de marionnettes, les beatniks boutonneux.

Commentaires

  1. Ne dites pas à Kéké que son père est puceau.

    RépondreSupprimer
  2. Méfiez-vous des histoires de cul avec les cousines : on commence par les inventer pour la frime et on finit marié depuis vingt piges !

    Bon, je retourne lire...

    RépondreSupprimer
  3. J'ai des compliments à faire, mais c'est comme chez Dorham : j'attends d'avoir lu l'ensemble...

    RépondreSupprimer
  4. On peut s'attendre à tout avec Balmeyer : que Marie devienne Mère Sup d'un couvent ou patronne de bordel, va savoir.
    Que le puceau s'appelle Joseph et qu'ils conçoivent dans une étable aussi.
    A tout.
    Vivement la suite, c'est vachement bien déjà, le début.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne sais pas ce que j'admire le plus entre les métaphores (les dents du balcon!) et le recul terrible et impitoyable sur les """amours """ adolescentes!

    RépondreSupprimer
  6. 2 autres!
    2 autres!
    2 autres!

    (t'es encore un peu de vomi sur la tempe.)

    RépondreSupprimer
  7. ...et je restais là à boutonner de la face...
    Soupir.

    RépondreSupprimer
  8. :))))
    Ouais, y'a trop de choses bien pour citer ce qui m'a plu, des fenêtres dentaires à la toute puissance du trieur de tomates...
    Tu devrais faire payer l'accès à la suite, ta fortune est faite ;)

    RépondreSupprimer
  9. C'est drôle et enlevé, comme d'habitude. Alors, encore tous mes compliments!

    RépondreSupprimer
  10. autant te le dire d'emblée (mais ce n'est qu'une plate évidence) : tu ne fais pas partie de ce que je nomme les blogs "littéraros"... ben, non, toi, très cher, tu es juste doué ! (ça doit être du boulot...) ton style se met tranquillement en place (d'ici peu, tu auras la liberté requise pour t'envoler, si je peux me permettre...), mais qui suis-je, pour juger..?

    Comme on disait avant... c'est "beau comme un camion".

    RépondreSupprimer
  11. Je lis et j'ai envie de dire "putain de merde, il écrit bien!. Tes mots me mettent à genoux et me rendent vulgaire comme tu le vois! C'est peu dire que j'aime!
    ( et quel bol, t'es pas un "litteraro"!!! mais c'est quoi ce truc Lucia???)

    RépondreSupprimer
  12. Nicolas : je garde le secret !

    Didier Goux : notez les bien, vos compliments, au cas où la suite les fasse évaporer !

    Audine : Merci ! :) La suite est faite, mais je fais mon calimero.

    RépondreSupprimer
  13. Tifenn : merci !

    Mélina : hop, la suite est là !

    Mère Castor : les boutons… c’est terrible, Dieu avait quoi dans la tête, ce jour là ?...

    Marie-Georges : c’est toi que je devrais payer pour tes commentaires !

    Le Coucou : « comme d'habitude » ? je me lève et je vous bouscule ?

    Lucia Mel : rhooo ! que dire, que faire, téléphoner à qui pour lui dire quoi ? Merci… j’apprécie.

    Mots d’Elle : j’ai une indulgence énorme quant à ce genre de vulgarité !

    Zoridae : voilà !

    RépondreSupprimer
  14. J'ai beaucoup apprécié, le

    "aussi indigné qu’un conseil de sécurité de l’ONU"

    mais aussi

    "Comme les moteurs de mobylettes pour certains, les garçons, elle les démontait et les remontait les yeux fermés"

    et en dehors de telle ou telle formule, cette nouvelle d'apprentissage.

    RépondreSupprimer
  15. Un, lu !
    Plain de compliments à formuler aussi, coincés là...

    RépondreSupprimer
  16. Une Marie qui connaît autant les hommes, c'est une sainte !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…