Accéder au contenu principal

Le ventre

J’ai un jeu absolument impayable : je prends le chat, qui dort, je le mets sous mon pull, et je dis : « oh regardez, papa est enceinte ! ». A ce moment là, mon fils se tord de rire, car c’est à chaque fois une des farces les plus drôles de l’univers. J’extrais le chat, et tandis que l’animal hébété regarde autour de lui, je clame : « oh surprise ! C’est un chat ! Félicitations papa ! » Nous partons tous d’un rire franc de bon aloi, et ce bonheur une fois partagé, je m’en vais couper du bois, du moins conceptuellement, car nous habitons en ville.

Parfois, lorsque Kéké recherche une peluche, ou un jouet, je le cache encore sous mon pull, je mets en évidence mon ventre rebondi, les poings sur les hanches bien ostensiblement, et avec une voix d’Auguste je m’interroge : « Mais où est donc passé ce jouet ? » Kéké va désigner ma bedaine en gloussant et j’en sors l’objet. Nous rions de bon cœur et nous partons rentrer les brebis, du moins en théorie, car nous sommes citadins.

Or un jour que j’étais avachi sur ma chaise, à la fin d’un repas, ruminant le vague projet d’un suicide collectif géant, Kéké s’approcha de moi, désignant mon ventre avec curiosité : « qu’est-ce que tu as caché sous ton pull ? » Je ne compris pas tout de suite, puisque je n’étais pas en train de jouer du tout. Je répondis juste : mais rien. Il insista encore : « allez, dis moi ce que tu as caché ? » Je regardai plus attentivement, et je compris ce qu’il y avait dissimulé sous mon ventre : mon ventre.

Fin limier rassemblant les indices du monde hostile, j’en déduisis que j’avais pris du bide. Je répondis avec philosophie, voire résignation : je n’ai rien caché sous mon pull, c’est juste papa qui a grossi. Puis pour mon suicide collectif, je me demandai aussitôt quelle ville choisir : Paris est bien desservi en terme de transports, mais il y a la mer à Marseille, ce qui est pratique pour une noyade conviviale. Kéké prit un air incrédule à mon aveu. Papa a grossi ? J’observai son expression, elle me sembla légèrement différente de la fois où j’ai raconté que je pouvais tuer un lion avec mes mains, mais que je ne le faisais pas car, étant l’ami des animaux, j’étais contre.

A ma grande surprise, il me demanda si j’étais en train de devenir un papy : j’en concluai que, pour lui, le ventre proéminent était le symptôme principal de la papitude, ce qui est drôle, enfin, surtout pour le papy. En apnée, rentrant mes abdominaux, j’affirmai : « mais non.. han… pas du tout… han… je ne suis pas… han… un papy… » Mais j’avais compris l’essentiel : il était temps, dans cette maison, de faire de l’exercice. On allait commencer par le chat : je le virai de son canapé en gueulant : « allez, un peu de sport, la grosse ». L’animal, hébété, parti chercher un autre coin pour poursuivre sa sieste permanente.

Commentaires

  1. Ha,
    c'est terrible, cet âge où l'on commence à se dire : "han, il est temps de faire un peu de sport".

    On oublie que, jeune, on en faisait du sport, qu'on avait des barres d'abdos qu'on exhibait à la piscine. On en vient à haïr sa propre jeunesse, on se scinde, l'autre, le souvenir de soi, un ectoplasme est à détester...

    On le sait, on le sait, qu'on ne fera jamais de sport, qu'il n'y a plus rien d'autre devant soi qu'une lente et abominable déchéance...

    Bon, j'ai faim, je vais m'acheter des beignets tout gras chez le boulanger du coin. Miam !

    RépondreSupprimer
  2. Moi, je m'en fous, j'ai toujours été gros.

    RépondreSupprimer
  3. m'en fous, je serai un papy maigre ! A moins que j'arrête de fumer.

    RépondreSupprimer
  4. Excellent billet que voilà , mais il faut dire la vérité aux enfants. Oui, je deviens un papy. Comme le papa de Rolando, tu vois, tu te rappelles, quand il s'est assis sur le fauteuil et que le fauteuil a craqué ? Bientôt, tu vois, j'aurais des chaussures avec des scratch car je ne verrai plus mes pieds.

    C'est alors qu'on voit si on a bien élevé ses enfants. Le petit se glisse contre vous, essaie de vous enlacer. Vous souriez ensemble car, évidemment, il n'y arrive pas, avec ses bras de nain. Et il vous dit, de sa tendre voix fluette enrouée de dévotion filiale: moi mon papa, je t'aimerai toujours même si t'es gros, et les lacets, si tu veux, je te les ferai.
    Et vous partagez un maxi Toblerone géant en pleurant d'émotion dans votre Fanta orange pour toi mon ange, Fanta citron pour moi garçon.

    RépondreSupprimer
  5. À l'évidence un texte moins "chair" si le chat avait été dégriffé.

    RépondreSupprimer
  6. Quelle ingratitude chez les enfants quand même ;-)

    RépondreSupprimer
  7. aujourd'hui on m'a expliqué pourquoi en vieillissant les femmes se mettaient à draguer les jeunes-hommes... Parce qu'elles deviennent plus masculines, et que donc elles ne pensent plus qu'à ça ;-))) Puis, on m'a expliqué que les hommes en vieillissant (mais tu as encore de la marge) eux se féminisaient : d'où leur ventre tout rond, pour ressembler à une maman...

    Tu pourras dire ça à Kéké la prochaine fois : parce que les papas deviennent un jour des mamans. Comme il a déjà vu son papa enceinte, ça ne pas pas trop l'étonner.

    RépondreSupprimer
  8. Comme Arf, avec un peu d'avance: je suis un papy maigre.
    C'est le genre de texte qui me réjouit chez toi!

    RépondreSupprimer
  9. Billet réjouissant et le com de Lucia Mel aussi.
    Je pouffe, et je me lève du pouf où je suis vautrée histoire de faire un peu d'exercice aussi.

    RépondreSupprimer
  10. Lucia,

    Déjà que Balmeyer regarde Desperate Housewives.

    RépondreSupprimer
  11. Yes, une écriture qui ressemble à un début de livre. Un genre de grand projet qui s'initie chez le narrateur, autour d'une ambiance quotidienne.

    Peut-être bien "Mort aux cons", dans le genre.
    Réjouissant, bon mot en effet.

    RépondreSupprimer
  12. C'est bon un petit ventre où l'on peut poser sa tête pour quelques minutes de tendresse...

    RépondreSupprimer
  13. Je découvre ce lgbo avec bonheur. En sors presque morte de rire ! Merci...

    RépondreSupprimer
  14. Quoi ? La bière ça fait tomber les hommes enceintes ? Bon sang, je me remets au pinard !
    :-))

    [C'est touchant cette prise de conscience, quand même… :-) ].

    RépondreSupprimer
  15. J'ai répondu à personne ici, c'est que j'étais trop occupé par la muscu, maintenant que ça va mieux et que je suis super affûté, je vais m'y remettre.

    RépondreSupprimer
  16. «Il me demanda»... «j'en concluai»...

    On ne sait qu'en concluer, sinon qu'il faut peut-être retourner iiiiimmédiatement aux séances d'affûtage.

    Arf et gniark.

    RépondreSupprimer
  17. Mais dis moi, une fois le chat parti du canapé, tu en as profité pour prendre sa place et regarder un bon film tout en mangeant du pop-corn, non?

    Réellement ! :)

    RépondreSupprimer
  18. Hé ho ! Tu vas réveiller Balmeyer.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…