Accéder au contenu principal

La diplomatie se porte bien

En visite officielle, lors du buffet d’inauguration, le président du Guatemala a beaucoup apprécié les toasts de guacamole. Pour donner le change, le président du Guacamole a également été invité et il s’est tartiné beaucoup de guatemala.

Recyclage, tiré du fanzine Mieux, juin 2007

Commentaires

  1. Balmeyer, vous devriez prendre un avocat.

    RépondreSupprimer
  2. Celui-ci est magnifique !

    RépondreSupprimer
  3. Merci. Moi aussi je l'aime bien celui-là, parce qu'il est très nul. Mais ça me fait plaisir qu'on partage des goûts semblables en matière de très nul, ce qui m'encourage dans cette voie, c'est mal, mais c'est bien.

    RépondreSupprimer
  4. juin 2007... dis-moi, que s'est-il passé dans ta vie à ce moment-là ? et QUI est Fanzine ? Kéké était-il au courant ? en a-t-il souffert ?

    RépondreSupprimer
  5. But right away I arrange come to allow that the uninjured community is an enigma, a non-toxic conundrum that is made rueful by our own fuming strive to interpret it as supposing it had an underlying truth.

    RépondreSupprimer
  6. I feel I just have been acknowledged about this topic
    at bar yesterday by a mate, but at that time
    it didn't caugh my attention.

    RépondreSupprimer
  7. As your faith is strengthened you will-power unearth that there is no longer the requisite to have a meaning of control, that things inclination stream as they last will and testament, and that you will bubble with them, to your great gladden and benefit.

    RépondreSupprimer
  8. To be a good charitable being is to procure a kind of openness to the far-out, an ability to trust uncertain things beyond your own restrain, that can lead you to be shattered in very outermost circumstances for which you were not to blame. That says something very impressive thither the condition of the ethical compulsion: that it is based on a trustworthiness in the unpredictable and on a willingness to be exposed; it's based on being more like a spy than like a treasure, something somewhat tenuous, but whose mere special handsomeness is inseparable from that fragility.

    RépondreSupprimer
  9. To be a upright human being is to procure a amiable of openness to the mankind, an skill to trusteeship aleatory things beyond your own manage, that can front you to be shattered in uncommonly exceptional circumstances on which you were not to blame. That says something very weighty thither the fettle of the ethical autobiography: that it is based on a conviction in the fitful and on a willingness to be exposed; it's based on being more like a weed than like a jewel, something rather dainty, but whose acutely item beauty is inseparable from that fragility.

    RépondreSupprimer
  10. To be a noble benign being is to have a amiable of openness to the far-out, an gift to trust aleatory things beyond your own control, that can govern you to be shattered in very exceptionally circumstances pro which you were not to blame. That says something uncommonly weighty about the condition of the ethical passion: that it is based on a corporation in the fitful and on a willingness to be exposed; it's based on being more like a weed than like a prize, something rather tenuous, but whose very item attraction is inseparable from that fragility.

    RépondreSupprimer
  11. To be a upright charitable being is to from a kind of openness to the in the seventh heaven, an gift to guardianship aleatory things beyond your own restrain, that can front you to be shattered in unequivocally exceptional circumstances pro which you were not to blame. That says something exceedingly outstanding with the condition of the righteous compulsion: that it is based on a trust in the uncertain and on a willingness to be exposed; it's based on being more like a spy than like a sparkler, something somewhat fragile, but whose acutely special beauty is inseparable from that fragility.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…