Accéder au contenu principal

Décalcomanie

Dix phrases pour exprimer mon état de délabrement en ce lundi matin :
  • J'ai plus de souvenirs que si j'habitais Milan.
  • Je suis dans une forme paralympique.
  • Après le temps des cerises, le temps des noyaux.
  • J'ai la pêche, mais surtout la marmelade de pêche.
  • J'ai la tête dans le musée d'art moderne du cul.
  • Après Juliette Récamier, Roméo Rétamé.
  • J'ai été rédigé à l'encre des débiles.
  • J'ai une figure de naze synchronisé.
  • J'accuse grave le coup, façon Zola.
  • Monsieur et Madame Delon ont un fils : Serge Lama. Parce que Serge Lama-Delon.

Commentaires

  1. Hé ! Je suis preum's de Monaco.

    RépondreSupprimer
  2. je suis jaloux t'as une super barre ! :)

    RépondreSupprimer
  3. D'un autre côté, Louis est assez content de la faiblesse de ta barre.

    RépondreSupprimer
  4. ha ! je savais bien que tu allais réagir ainsi !!!!

    RépondreSupprimer
  5. Si je ne l'avais pas fait, tu aurais fait la gueule.

    RépondreSupprimer
  6. là t'aurais pu être sympa avec mon anatomie et me dire que je t'avais tendu la perche :)

    RépondreSupprimer
  7. il est chiant de logiciel de messagerie instantanée avec ces mots de passe à chaque message...

    RépondreSupprimer
  8. Ca va comme vous voulez les mecs ?? C'est bon, j'ai enlevé le machin de vérification.

    RépondreSupprimer
  9. C'est du délabrement actif. Et réjouissant.

    RépondreSupprimer
  10. Je découvre ton blog, j'aime beaucoup ton style et tes textes.

    RépondreSupprimer
  11. Je découvre ton blog, j'aime beaucoup ton style et tes textes.

    RépondreSupprimer
  12. Je découvre ton blog, j'aime beaucoup ton style et tes textes. J'adore la deuxième. Mékilécon.

    RépondreSupprimer
  13. (psst, Nicolas, je pense qu'on est en train de faire les meilleurs commentaires de l'année, là. Enfin, du trimestre...)

    RépondreSupprimer
  14. (arrêtons, ça ne va pas améliorer l'état du pauvre Balmeyer. Il va se retrouver à la clinique Salvator Alien 2, et Dorham va encore nous traiter de bouffeurs de clowns.)

    RépondreSupprimer
  15. (de toute manière Balmeyer est DEJA taré et Dorham nous engueule TOUJOURS).

    RépondreSupprimer
  16. (17 commentaires quand même...)

    RépondreSupprimer
  17. (oui, mais pas d'un niveau impressionnant).

    RépondreSupprimer
  18. (oui, c'est vrai, ils sont à la hauteur du blog).

    RépondreSupprimer
  19. On décourage le commentaire intelligent, aussi.

    RépondreSupprimer
  20. Moi au moins je n'ai pas un blog faisant l'apologie du viol collectif nommé "partageons mon amie".

    RépondreSupprimer
  21. Suzanne,

    Balmeyer a Gaël comme commentateur. Alors, l'intelligence, hein !

    Balmeyer,

    Ce n'est pas un viol collectif, dans ce cas, mais une banale partouze comme on fait tous les jours.

    RépondreSupprimer
  22. Nicolas, oui, enfin, bon, il est gentil, Gaël, c'est le gars qui ne cherche jamais noisette à personne...

    RépondreSupprimer
  23. (il met ses noisettes en réserve)

    RépondreSupprimer
  24. Oui. C'est pour éviter que Tchaïkovski ne les casse.

    RépondreSupprimer
  25. (Suzanne, je viens d'élever le niveau intellectuel des commentaires, discrètement)

    RépondreSupprimer
  26. Je me sens comme le Jérôme Kerviel du gag. J'ai déclenché quelque chose qui me dépasse.

    RépondreSupprimer
  27. Tu as appuyé sur le Daniel Bouton ?

    RépondreSupprimer
  28. D'ailleurs la Société Générale a éviter la fermeture éclair. (vieux gag recyclé).

    RépondreSupprimer
  29. ça devient trop mystique pour moi.

    RépondreSupprimer
  30. Il faudrait de la citronnelle pour faire fuir le mystique.

    RépondreSupprimer
  31. C'est chouette, chez Balmeyer, c'est le seul blog qui fait Twitter pour tous sans inscription.

    RépondreSupprimer
  32. Faut bien qu'il serve à quelque chose.

    RépondreSupprimer
  33. c'est pas bientôt fini toutes ces notifications de commentaires pendant que je travaille ?!

    (merci Suzanne, oui j'essaie d'être gentil, même avec Nicolas c'est dire :) )

    RépondreSupprimer
  34. c'est pas comme ça qu'on dit quand on s'astreint à s'asseoir à un bureau en attendant le prochain voyage jusqu'à la machine à café ?

    RépondreSupprimer
  35. C'est pas "bloguer" ? "Discuter avec les collègues des décisions de Domenech" ?

    RépondreSupprimer
  36. Dans tes textes, on sent toute la fragilité frivole des sens exaltés ostentatoires du miroir de l'âme, profonde, piquante, un poil suranné, the sky is blue and the birds too. être ou ne pas être, tout ça machin, la vie.
    C'est mieux comme commentaire ? :)
    Le soucis de nos jours, c'est que tout le monde pense avoir des choses intelligentes à dire, ça me ferait presque penser à ces bouffons sur m6 dans les émissions culinaires qui se prennent pour des critiques gastronomiques "ça explose en bouche". Oué c'est délicieux quoi.
    Mais bon tout ça pour dire, oui j'aime bien ce blog, c'est si peu en effet, mais ça mange pas de pain ;)

    RépondreSupprimer
  37. Nous on l'aime pas. Je viens uniquement parce que je m'emmerde au bureau, aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  38. Tu as bien raison Manon ! Ces deux là font rien qu'à se moquer dès que j'ai des compliments ! :)

    Et désolé, mais mon blog mange du pain !!!

    RépondreSupprimer
  39. Vous voyez les autres, à force de sortir des remarques vipérines (j'ai entendu ce nouveau mot en lisant le journal*) bientôt les gens qui me laissent des compliments vont dire que c'est naze en fait !

    * j'entends les mots en lisant le journal car je lis tout haut, en suivant avec l'index.

    RépondreSupprimer
  40. On choisit ses apôtres, mais pas ses lecteurs.

    Quoiqu'il faudrait demander à Jésus, pour les apôtres.

    RépondreSupprimer
  41. entendu parler de vipérine dans l'journal... mouarf ! tout le monde sait bien que c'est la viperine qui te permet d'écrire tel un pouet modit aux ailes d'albatros !


    (@Manon on ne se moque absolument pas de votre commentaire, moi ça m'fait plaisir pour Balmeyer, c'est juste que là twitter est cassé)

    RépondreSupprimer
  42. Et en plus mon employeur coupe les accès à Twitter du bureau mais pas à Balmeyer (tiens ! ça finit pareil, faudrait faire un poème). Il ne nous autorise que des lectures de qualité.

    Et paf !

    RépondreSupprimer
  43. Nicolas, je t’aime bien, toi. Suzanne, c’est pas pareil. Son chanteur préféré c’est Francisque Cabrel.

    RépondreSupprimer
  44. Maniaise la non17 mai 2010 à 17:23

    pas de souci, j'aime m'emballer pour rien, ça passe le temps ^^ (mais non, ce commentaire est très utile voyons)

    RépondreSupprimer
  45. Manon, ne faites pas attention. Balmeyer boit, c'est tout. Nicolas aussi, mais Balmeyer a le vin méchant, et après il VOMIT des insanités vipérines. Son blog n'est pas du tout comme vous dites, mais un peu de compliments de temps en temps, c'est bon pour son moral.

    RépondreSupprimer
  46. Suzanne,

    Oui, il vomit. Mais contrairement à Gaël, je n'ai pas à laver son pantalon ensuite.

    RépondreSupprimer
  47. Nicolas: ne parlez pas de lavage de pantalons, quand on voit toutes les taches que vous avez sur vos avatars de caleçons.

    RépondreSupprimer
  48. C'est pas des tâches mais des applications iPhone.

    RépondreSupprimer
  49. ...Comment ça "pas de souci, j'aime m'emballer pour rien". Mais ce n'est pas rien, puisqu'il s'agit de moi !!

    RépondreSupprimer
  50. Suzanne, je vous promets que si un jour, mettons, Renaud Camus, au hasard, vient s'extasier devant votre prose, je vous ferai la super honte !! Vous taillez mes commentatrices pour faire de moi un blogueur-bonzaï tout rikiki tout nain, mais non, ça ne se passera pas comme ça !!

    RépondreSupprimer
  51. Balmeyer, allons, les écrivains lisent des vrais livres, et pas des blogs.
    J'ai écrit un billet que je vous ai dédié.

    RépondreSupprimer
  52. Je l'ai vu avant de lire votre commentaire Suzanne.

    Vous savez les "demandes de partenariat", ça vous donne l'impression d'être C. Jérôme dans un gala au Cap d'Agde, au mois de novembre. Parfois, je suis tenté de les accepter pour céder à mes pulsions de Derrick et d'André Rieu.

    RépondreSupprimer
  53. 58 commentaires à trois (ou presque)! Rien à ajouter, sinon que je ne savais pas que le fils Delon entrait dans un couvent tibétain comme serveur de thé.

    RépondreSupprimer
  54. Vous avez vu ? Je fais passer un moment aux gens, l'après midi, et comme ça le temps est moins long, comme Derrick, en fait.

    RépondreSupprimer
  55. Y a aussi les feux de l'amour, c'est plus haletant que Derrick.

    Bon je sais plus quoi mettre comme commentaire intelligent, du coup.

    Moi c'est la première que je préfère, parce que je n'avais pas vu le jeu de mot sur 1000 ans, alors forcément, c'était hyper poétique, encore que si je devais habiter très très longtemps une ville pour avoir des souvenirs, ça ne serait pas Milan.

    RépondreSupprimer
  56. Voici ce que j'ai retrouvé ici même, en date du 10 mai 2007 :

    "Monsieur et Madame Dassault ont un fils, comment l'appellent-ils ? René Char. J'ai horreur des "Monsieur et Madame", j'ai horreur des blagues, j'ai horreur de l'humour."

    On s'en serait douté.

    RépondreSupprimer
  57. monsieur prudhomme17 mai 2010 à 21:38

    Est-ce que l'on peut mourir de vertige ?

    RépondreSupprimer
  58. c'est ici l'apéritif géant organisé par Balmeyer ? ;-)))

    RépondreSupprimer
  59. Je suis bien content de NE PAS avoir activé le suivi de commentaires, moi...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…