Accéder au contenu principal

L’homme qui ne valait plus 3 milliards

Crise de la nouvelle économie, chute des cours, c’est une sévère correction des marchés qu’a subi l’homme qui valait 3 milliards. Steve Austin est devenu à la clôture de Wall Street l’Homme qui valait soixante-cinq. « Je suis toujours là, a-t-il déclaré pour commenter son effondrement à la presse. Je vaux toujours 3 milliards de roublis au Guanapamala (principauté proche du pôle sud), c’est ce qui compte. »

Autre pointure en difficulté : le chanteur Monsieur 100.000 volts, valorisé à 15 ampères ce matin.

Signe des temps, l'industrie cinématographique va revoir ses ambitions à la baisse. Le réalisateur pressenti pour le remake du célèbre film de François Truffaut, "les 37 coups", s'est plaint de l'absence chronique de moyens. Robert Bronson, lâché hier par ses investisseurs, tient à rester positif quant à lui : "Mon projet "les uns salopards" verra bien le jour."

Mais dans ce climat d'inquiétude, quelques bonnes nouvelles tout de même : le projet de dévaluer fortement le plateau des Millevaches en plateau des Dixvaches a été annulé, sous la pression du riverain excédé. Plus de peur que de mal, donc.


Recyclage, tiré et augmenté du fanzine Mieux, juin 2007

Commentaires

  1. Les 4 dalmatiens n'ont pas protesté ?

    RépondreSupprimer
  2. Je suis très inquiet pour les 40 voleurs d'Ali-Baba, personnellement...

    RépondreSupprimer
  3. Quant aux dix verges d'Apollinaire...

    RépondreSupprimer
  4. Pour l'appel du 18 juin on n'a rien pu faire vu qu'il n'y en a eu qu'un seul exemplaire...

    RépondreSupprimer
  5. Trop tard, il reste plus rien à caser, à part "Les mille et moins neuf cent quatre-vingt-dix-neuf nuits"…

    RépondreSupprimer
  6. Si quelqu'un dit quelque chose à propos de la Trinité, je lui file un bourre-pif !

    RépondreSupprimer
  7. Je voulais ajouter que les 1001 nuits deviennent désormais les 7 nuits (en demi-pension).

    Un détail pour Manutara : l'appel du 18 juin est décalé. C'est l'appel du 16 juin, car on fait le pont.

    RépondreSupprimer
  8. Le capitaine Haddock tient à faire savoir qu'il a décidé de ne plus parler que de centaines de millions de sabords et non plus de mille milliards de mille sabords afin de participer à l'effort national de redressement des comptes publics. Frédéric Lefebvre a salué cette initiative intéressante et novatrice qui prouve le civisme de ce citoyen exemplaire sur tous les plans et dont le sens de la modération devrait être plus souvent donné comme modèle à notre belle jeunesse.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…