Accéder au contenu principal

Critique : Shooter



Vu : non.

Slogan : "Hier, c'était pour l'honneur, aujourd'hui, c'est pour la justice."

Depuis la naissance de mon fils Zacharie, je ne vais plus trop au cinéma, mais je prends toujours le métro. De là m'est venue l'idée de faire - également - la critique de films que je ne voyais pas, rien qu'à l'affiche. Attention, pas d'esbrouffe : pas question de pomper une chronique quelque part, ou de raconter un résumé version neutre (quoique, pourquoi pas essayer un jour), non, faire une critique, juste avec la publicité en tête.

Les publicitaires de films sont sympa, en général, grâce à leurs longues études, on peut savoir très rapidement s'il va s'agir de poilade (un mec avec la bouche grande ouverte, les yeux exorbités, des couleurs, des enfants et des chiens) ; d'un film d'amour romantique (un couple enlassé dans un décor d'avions, de typhon et de destructions, et une phrase : "l'amour c'est oser le sentiment de ne jamais oublier") ; un film d'action (un mec dans un décor sombre, avec des immeubles gris et verts qui dépassent, le front soucieux comme un professeur de biologie, avec le slogan : "il n'en restera qu'un avant la mort malgré la vengence).

"Shooter", avec Marc Wahlberg, appartient à la troisième catégorie. Vu de dos, sur l'affiche, il a de grosses omoplates, et un fusil très sophistiqué, avec des viseurs et des gachettes de partout, qui aurait fait baver d'envie le moutard que je fus. Des immeubles dépassent, au loin sur l'affiche. Il porte un T-Shirt, signe que ça va être sportif et moite.

Le slogan surtout. Jeremy MacEnzie, un tireur d'élite des marines(shooter ou sniper si on veut) est un tireur d'élite, engagé chez les marines. Sa mission était de tuer des gens, de loin, avec son viseur, mais ça c'était avant. Mais les choses ont changé : notez l'opposition "Hier - Aujourd'hui" du slogan. Tout récit est une métamorphose, c'est bien connu (par exemple : la Métamorphose, de Kafka), et ce film ne fait pas exception.

Suite à une entourloupe, Jeremy MacEnzie se retrouve seul face à ses anciens employeurs, et face à son nouvel ennemi, l'infame Jihad Joe, le méchant de base qui, a tué son meilleur ami : Robbie. Comme tous les homosexuels, ce dernier meurt au bout de vingt minutes. C'est dommage car il est très sympathique, et en plus Mark Wahlberg n'est pas homophobe, bien que tireur d'élite.

Dans la ville (les immeubles qui dépassent), il va donc traquer son ennemi, Jihad Joe, lui aussi tireur d'élite en provenance d'un pays non identifié, quelque part entre l'Espagne et l'Australie. Ils vont pas mal courrir, dans les rues sombres de la ville, et renverser des pauvres marchands de légume.

Bref, on passe un bon moment, même si comme moi, on n'y va pas.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…