Accéder au contenu principal

Bouquet dégarni

La coiffeuse me ratiboise. Je me regarde, elle y met du sien, j’essaye de me trouver beau, pour lui faire plaisir.

A côté, un type très propre, très sympathique, déclare qu’il a cessé de travailler jusqu’à trois heures du matin, parce que ça ne servait à rien. Il a des chaussures en cuir très classe. Il raconte l'enterrement de vie de garçon d’un ami. Il dit que c’était très bien, très correct, peut-être qu’ils se sont murgés proprement. Il raconte aussi que le futur marié était déguisé en je sais plus quoi, avec des habits roses. Ça devait être super marrant, j’imagine.

Je suis en face de moi, un miroir considérable. Je suis mon propre éléphant dans le couloir, impossible de me rater. Un souvenir me revient, enfant chez le coiffeur : je me dévisageais en pensant que c’était étrange d’être soi même, d’être borné par soi même, comme un enclos. Un tout petit territoire humain, avec des haies, on y broute dedans, on n’en sort jamais.

Il parait, dis-je avant de partir, que je me dégarnis, au sommet du crâne. Elle fait la moue et dit : oui, ça commence. Un conseil : un léger massage tous les jours, sur le cuir chevelu. Comme ça. Là. Je pense alors : on est pas obligé de dire la vérité, non plus.

Commentaires

  1. Oh, perdre ses cheveux, la belle affaire !

    C'est vrai qu'ils te disent de te masser, je le fais parfois mais c'est tellement ridicule que je préfère que le temps me ratiboise.

    Le coté bénéfique de la chose, c'est de ne plus jamais aller chez le coiffeur, chose détestable en soi.

    RépondreSupprimer
  2. Dorham,

    T'es gentil mais t'es-tu demandé si je voulais un époux chauve ?

    Excellent billet !

    RépondreSupprimer
  3. Me reviens cette phrase idiote, rhétorique de pacotille, qui fait mouche précisément parce qu'elle est fausse et se donne des apparences de dogme : Il n'y a que la vérité qui blesse !
    Mon dieu non, c'est même tout le contraire, seule la vérité peut apaiser.

    RépondreSupprimer
  4. Ne plus aller chez le coiffeur me semble une assez bonne idée pour éviter tout cela, le reflet ET les vérités sur l'âge des cheveux trop tôt disparus !
    :-))

    [Aux Etats-Unis, la perte des cheveux est classé parmi les caractéristiques sexuelles secondaires. En clair, ça fait partie des signes qui te déterminent en tant qu'homme et c'est tout à fait normal !!!].

    RépondreSupprimer
  5. Amusant. Je n'ai pas encore lu le billet mais quand j'ai vu le titre dans Twitter, j'ai pensé : "qui est le con qui fait des titres comme moi ?". Il faut dire que j'espère que le Front de Gauche se prendra une taule dimanche, uniquement pour titrer "le front dégarni". Pour le reste, je m'en fous.

    Bon. Je vais lire.

    RépondreSupprimer
  6. Ah ! Je comprends ! Le chapeau melon est pour cacher ta calvitie.

    A part ça, la myopie est très bien quand on va chez le coiffeur : on ne se voit pas dans le miroir ni le type qui tourne autour de soi. On voit juste une espèce de danse floue...

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas : ah c'était un type, finalement, ton coiffeur !!!
    :-))

    [Ce commentaire est réservé à la clientèle fidèle de tes blogs !!!].

    RépondreSupprimer
  8. Poireau,

    J'ai changé de coiffeur. On sait jamais, il a peut-être Internet.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai énormément de cheveux en vérité. Je fais même des dons. A la banque du cheveu.

    RépondreSupprimer
  10. j'arrive comme un (oui 1 !) cheveu sur la soupe et y a pas de quoi le couper en quatre.
    y a t il vraiment qu'un cheveu sur la tête à Mathieu ?

    bon, j'en trouve pas d'autre alors je coupe net le commentaire...

    ah oui, j'oubliais ! je fais ce que j'veux avec mes ch'veux

    RépondreSupprimer
  11. Coucou Balmeyer !!!! :-)

    Eh ! oui ! Nous avons tous un ami fidèle et POUR LA VIE ENTIÈRE : NOTRE PROPRE CORPS ! On n'a pas le choix ! Effectivement beaucoup aurait aimé avoir le corps de je ne sais quel sportif, d'autres font appel à la chirurgie esthétique pour ressembler aux peoples... etc
    Je crois qu'à un certain moment il faut faire la paix avec notre corps, savoir l'aimer comme il est et essayer de dépasser les simples limites de notre enveloppe corporelle.
    Je n'ai jamais trouvé que les hommes qui ont le crâne dégarni sont laids, au contraire je trouve que ça a du charme. Oui ! du charme ! tu as bien lu Balmeyer ! :-)
    Les rides et tout le reste font partie de l'histoire de notre corps, de notre vie et je pense que l'énergie que l'on donnerait à lutter contre ses petits désagréments il serait plus juste de mettre toute cette énergie pour rencontrer les autres, pour aider autour de soi, pour s'ouvrir aux autres tout simplement.
    Bon... un p'tit massage n'a jamais fait de mal hein , je te l'accorde ! lol :-)
    Allez Balmeyer ... personne n'est parfait nous avons tous nos défauts après c'est une histoire d'acceptation ! :-)
    ***GROS BISOUS ENSOLEILLES***



    Blog : http://baobab2009.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
  12. Il faut se frictionner le crâne au rhum.

    1°) éloigner les enfants et les fumeurs, le rhum est inflammable.
    2°) prévoir de la lecture, ou de la tranquillité près de son ordinateur (l'application doit durer au moins deux heures)
    3°) acheter une excellente bouteille de vieux rhum agricole. (Sans la qualité, on n'obtient aucun résultat)
    4°) Se mouiller le cuir chevelu avec le rhum.
    C'est la vitamine B34pKhZ1, qu'on ne trouve que dans le rhum, qui colle le cheveu au crâne. Très efficace, elle est aussi volatile. Inutile de conserver le rhum de la bouteille ouverte. On peut le jeter. Le jeter, ou bien...

    Gros zibous zensoleillés, viendez sur mon blog htttp://sijfaisunkomanter-c-pour-ma-pub.com

    RépondreSupprimer
  13. Zo,

    En même temps, on ne sait pas si Balmeyer voulait d'une épouse rousse-chevelue qui chante des airs d'Offenbach sous la douche : on ne fait pas ce qu'on veut dans la vie...

    ---

    Suzanne,

    lol, mdr,

    biz xxx enflammés du périph,

    http://dorhamtoutnuencompagnie-d-oursesfinlandaises.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
  14. Pas sur que masser soit la bonne méthode, on voit le résultat sur les boules de billard.

    RépondreSupprimer
  15. Suzanne, s'il vous reste du rhum, je veux bien partager.

    RépondreSupprimer
  16. La mère castor, doucement, je ne perds pas mes cheveux, moi. Par contre, on pourrait s'associer pour faire des massssa, des mes , des moss, des massages à domicicicicle, hic.

    Un souci de calvitie ? Appelez nos opératrices S&mC, et voos ch'veux rest'ront bien plantés.

    RépondreSupprimer
  17. ça tombe bien (pouf pouf) il reste plein de rhum.

    RépondreSupprimer
  18. Un cheveu s'éteint, un beau billet s'éveille.

    La prochaine fois, au lieu de te tirer une balle dans le pied, lance un autre sujet de conversation. Par exemple "il paraît que j'ai des cheveux fantastiques".
    @nicolas,
    Tu aurais dû ajouter ça comme 8è raison de voter PS :D
    (Note que "le front en tête" ou "le PS talonné par le front" ça sonnerait bien aussi.)

    RépondreSupprimer
  19. Dorham,

    Offenbach ? Tu es fou, je chante la Traviata, pas moins sous ma douche...

    RépondreSupprimer
  20. Même pas un peu La Tosca ?

    "Vissi d'arte" sous la douche, ça doit en jeter...

    RépondreSupprimer
  21. Oui mais pour me réveiller j'aime les choses plus toniques : "Follie, follie" pour commencer la journée ou "Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen", ça pète plus... et ça apprend aux voisines ne pas veiller si tard.

    Mais je mens car en ce moment ce serait plutôt "Be-elle nuit, dou-ouce nuit" (ou l'inverse ?) que je chante dès le réveil en rêvant de me recoucher ;)...

    RépondreSupprimer
  22. j'aime tes billets (ta nouvelle façon ? ou cette façon-là), ces fenêtres ouvertes sur ta vie, aux phrases courtes et ramassées, où l'essentiel se dit en peu de mots et quelques images.

    RépondreSupprimer
  23. Zo,

    sinon, y a "le petit bonhomme en mousse" pour les réveils toniques...

    RépondreSupprimer
  24. Ma fille - qui est très loin de perdre ses cheveux hein ! - a rapporté d'Espagne une espèce d'araignée (!!) en métal souple, avec des longues pattes et des petites boules au bout, ça fait une sorte de bouquet (garni) ressérré, et quand tu l'appuies sur ton crâne, les pattes s'écartent, et viennent masser / carresser le cuir chevelu.
    Evidemment tu as l'air totalement ridicule en le faisant.
    Mais c'est totalement jouissif.

    RépondreSupprimer
  25. Massage au Rhum. Bon sang de bon soir. J'avais tenté de justifier des trucs avec le "massage à la bière" qui rajeunit et fait mincir, mais sans trop de réussite. De nouvelles perspectives en perspective.

    RépondreSupprimer
  26. J'adule cette nouvelle série de petits croquis - terme pas du tout péjoratif pour moi, bien sûr -.

    L'orchestre free qui part de tous les côtés : immense!

    La petite fille s'obstinant à taper à côté du ballon : somptueux.

    Et cet intermède capillaire est excellent.

    C'est un grave sujet : de quoi peut-on bien parler avec les coiffeurs...

    J'ai trouvé la solution.
    Mon coiffeur est tamoul,
    et donc muet puisque ne parlant pas un traître mot de français.
    Et mon tamoul est un peu faible.

    Donc c'est parfait!

    RépondreSupprimer
  27. "..d’être borné par soi même, comme un enclos. Un tout petit territoire humain, avec des haies, on y broute dedans, on n’en sort jamais."
    C'est beau et désepérant...on se fout de perdre ses cheveux non?

    RépondreSupprimer
  28. Finiras tu par être un "chevelu autour" ?

    RépondreSupprimer
  29. Au moins, ça m'évitera d'avoir un épi sur la tête quand je me lave les cheveux...

    RépondreSupprimer
  30. j'ai trouvé un super site de massage ici : http://www.dispomassage.com/ressources.htm

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…