Accéder au contenu principal

Square

Une toute petite fille d’environ soixante-dix centimètres de haut. Un gros ballon. La petite fille veut donner un coup de pied dans le ballon. Elle titube, rate, ce n’est pas le ballon qui décolle, mais elle-même. Elle s’est bien viandée, stupéfaite, elle agite ses membres en l’air comme un petit scarabée.

Elle recommence à plusieurs reprises. A chaque fois, le ballon reste immobile, impérial, indéboulonnable. La petite fille, elle, se vautre différemment, se croûte, s’étale dans tous les sens. Des dames assises sur le banc rigolent bien, on échange des regards, complices, hilares. On l’encourage à recommencer souvent.

Une maman vient alors à la rescousse de la petite créature. Elle la retire de ce plaisant croutodrôme et va ranger la poussiéreuse dans sa nacelle. Un murmure de déception parcourt l’assemblée.

Commentaires

  1. Tu n'as pas honte, d'organiser des jeux du cirques pour vieilles dames désoeuvrées en utilisant des enfants comme gladiateurs ?

    RépondreSupprimer
  2. et la vieille qui a vissé le ballon au sol, vous l'avez dénoncée ?

    RépondreSupprimer
  3. Parfaitement ! C'est d'ailleurs totalement ignoble de peindre une boule de béton en ballon pour laisser ensuite une petite fille se faire mal dessus, tout ça pour le plaisir pervers de quelques vieux dépourvus d'occupation (et sarkozystes de surcroit)

    RépondreSupprimer
  4. Oui, mais elle, quand elle boit, elle vomit pas.

    (ça faisait longtemps).

    RépondreSupprimer
  5. Ces vieilles dames ... ce sont des "tatie Danielle" en puissance hein ! ;-) lol
    ***BISES ENSOLEILLÉES***

    RépondreSupprimer
  6. En fait c'est le ballon qui jouait à la fille.

    Ca me fait penser à la chanson de Bénabar, le gosse qui apprend à faire du vélo. En concert il improvise jusqu'à rendre l'histoire carrément gore. Ta petite fille, dans son acharnement, a un côté "chevalier qui fait Ni". Elle bougeait encore ?

    RépondreSupprimer
  7. Comme Ant et Gaël.
    Après, la petite fille se cognera violemment, plusieurs fois, sur des portes automatiques invisibles. Les vieilles seront toujours là.
    Après, elle achètera sa première voiture au pire garage de la ville, qui l'arnaquera impunément. Derrière, leurs rideaux, les vieilles hoquetteront de joie.
    Elle se fera plaquer par trois Casanova de pacotille. Les vieilles criailleront en hochant du menton.
    Alors, elle restera chez elle, regardera la télé, et ouvrira un blog.

    RépondreSupprimer
  8. Les gens sont cruels : même pas un applaudissement pour encourager…
    :-)

    RépondreSupprimer
  9. C'est môche :(

    C'est une fille d'un joueur du PSG, c'est ça ?

    RépondreSupprimer
  10. Une bien amusante saynette. Charmant.

    RépondreSupprimer
  11. C'est vrai que c'est bien plus rigolo que si elle loupe une maille au tricot.

    RépondreSupprimer
  12. J'aime lorsque les enfants se rétament de façon "naturelle", surtout les obstinés, comme cette petit fille. Disons que c'est une façon optimale d'atteindre une certaine justice vis à vis de toutes ces tartes qui n'atteignent jamais leur jolies frimousses.

    RépondreSupprimer
  13. ça me rappelle une ex : elle se viandait tout le temps (elle n'avait qu'à pas porter des escarpins à étages)

    RépondreSupprimer
  14. Je ne sais pas pourquoi, mais ce billet me fait penser à la petite Omeira : elle doit être grande maintenant...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…