Accéder au contenu principal

Le poumon de Blanche-Neige

Aujourd'hui, à l'école, mon fils a écouté l'histoire de Blanche-Neige.

Si je me souviens bien, dans le conte, la Reine demande à un chasseur de tuer Blanche-Neige, et de lui rapporter son coeur comme preuve du forfait. Le chasseur, apitoyé par la jeune fille, tue un animal de la forêt et ramène l'organe d'icelui à la marâtre qui, n'y connaissant visiblement rien en anatomie, s'en trouve fort satisfaite.

Premier détail édifiant, dans la version rapportée par mon fils, le chasseur tue un marcassin. Selon ses premières impressions, c'est un épisode désolant, et je sens à son récit qu'éventrer Blanche-Neige aurait été moins dégueulasse que de s'en prendre à un petit animal innocent. C'est en tout cas l'élément clef pour lui, puisque ses primes paroles furent en substance : "Aujourd'hui à l'école on a écouté l'histoire de Blanche-Neige où le chasseur tue un petit marcassin pour ramener le poumon de Blanche-Neige à la Reine".

Second détail, comme je viens de le dire, la consigne donnée par la sorcière était de rapporter le poumon de Blanche-Neige. J'ai sursauté, et demandé confirmation : oui, non, il a hésité avant de valider : le poumon de Blanche-Neige ! C'est gore. Il faut dire que, ayant travaillé dans une boucherie de supermarché, j'ai un peu mon opinion esthétique sur les organes des animaux, opinion qui n'est pas plus bête qu'une autre après tout. Autant le coeur, muscle rouge sombre, ramassé et teigneux comme un défenseur de la roja, impose le respect, autant le poumon, sac blanchâtre et flasque est nettement moins glamour. Je médite immédiatement sur la transfiguration du conte qu'implique ce changement d'organe. Le côté plus laborieux et rustique dans l'extraction, le côté burlesque de sa présentation à la Belle-Mère.

Blanche-Neige étant un conte oral, après tout, il ne faut pas être surpris de cette évolution populaire. Peut-être que, depuis mon enfance, le conte s'est modernisé pour donner une version rafraichie et rythmée, pour un public avide de sensations fortes et de nouveautés ! Le chasseur, dans les versions futures, se verra contraint de ramener l'intestin grêle de Blanche-Neige, qui sait, pour en décorer le sapin de Noël d'une Reine en démence dans son bain, avec une mitraillette, l'accent cubain et la cocaïne plein le nez.


Variation 1 : époque élisabéthaine, les protagonistes sont tous des hommes. Le Roi demande au chasseur de tuer Blanc-En-Neige. Comme preuve du meurtre, il réclame carrément les bijoux de famille du jeune premier. Le chasseur est bien embêté, alors : 1/ il ramène les parties génitales d'un sanglier, se disant "c'est tendu, mais on va tenter quand même". 2/ il ramène ses propres parties génitale, avec la pensée qu'il a vraiment beaucoup donné pour ce conte. 3/ il tue Blanc-En-Neige, mais se trompe et ramène son coeur. 3.1/ Le chasseur ramène un cheval. Le roi fort surpris demande au chasseur : "mais qu'est-ce qui vous prends, Walter, je ne vous ai pas demandé un cheval ! " - Le chasseur, de répondre : "il m'a pourtant semblé vous entendre éructer : My kingdom for a horse ! sire ! Vous avez le cheval, pourriez-vous me passer le royaume ? " Le chasseur finit dans son bain devant un écran géant, une mitraillette à la main et un cigare cubain dans la bouche. Il fait trancher la tête du cheval du roi pour la lui déposer dans son lit, car il lui a un peu manqué de respect.


Variation 2 : la Reine exige du pauvre chasseur qu'il ramène la prostate de Blanche-Neige. Le chasseur bien embêté 1./ ramène une prostate de sanglier. 2/ tripatouille un bon moment dans la carcasse de Blanche-Neige sans rien trouver, provoquant un véritable carnage abominable. Il se noie dans le lac, puis ressurgit du lac dans Blanche-Neige II. 2.1/ il ramène sa propre prostate, de peur de se faire souffler dans les bronches par la Reine. 2.2/ Trouve une prostate dans le corps de Blanche-Neige, véritable coup de théâtre dans ce conte plutôt tranquille. Blanche-Neige était donc un homme. 3.1/ la Reine n'y connaissant rien en anatomie s'en trouve fort satisfaite ! Le chasseur prend sa retraite et se range des voitures. 3.2/ La Reine qui n'est pas dupe demande à un chasseur numéro 2 de ramener la prostate du chasseur numéro 1 pour le punir d'avoir trahi. 3.3/ Le chasseur numéro 2 s'en prend à un sanglier car lui aussi est un pleutre. La Reine commence alors une collection de prostates de sanglier. 3.2.1/ Un ancien chasseur sortant de prison vient trouver le chasseur rangé des voitures. Il ne veut pas, mais replonge dans le crime organisé et le trafic d'organe en disant : "je veux en sortir, mais ils me ramènent dedans".


Variation 3 : La Reine convoque le chasseur pour programmer des frappes préventives dans la forêt, Blanche-Neige fréquentant des petits hommes barbus. Elle demande tout de même au chasseur de lui rapporter de l'ADN de Blanche-Neige pour prouver son forfait. Les frappes chirurgicales du chasseur désintègrent la forêt, et le chasseur est bien embêté pour ramener quoique ce soit. Il trouve par hasard de l'ADN de sanglier et le ramène à la Reine. 1/ Celle-ci, n'y connaissant rien en ADN s'en trouve fort satisfaite. Le chasseur devient un vétéran et souffre du syndrome de la guerre de la forêt. 2/ La Reine, ayant un doute, convoque les Experts pour analyser l'ADN. Les Experts, avec leur microscope, agrandissent l'image de la caméra de surveillance dix mille fois sans pixelisation et trouvent sur le bonnet du chasseur une étiquette cousue avec son nom écrit. C'est donc lui le coupable. La Reine court après le chasseur dans un entrepôt avec plein de canalisations situé dans les hangars d'un port industriel. Tout deux se retrouvent sur le toit. Elle le tient en joue avec son arme et crie : "Tu penses m'avoir trompée, mais je suis plus forte que toi ! " Puis elle fait un interminable discours au lieu de tuer le chasseur tout de suite, ce qui laisse le temps à Blanche-Neige, qu'on croyait morte, de ramper vers un autre revolver qui trainait par là (celui de l'action de la veille) et de loger une balle dans la tête de la Reine. Le chasseur ouvre le sac dans lequel est emballée le cadavre de la marâtre tandis que des techniciens de scène de crime, avec le mot "Forensic" inscrit dans le dos, posent du scotch jaune partout, et il s'empare alors du coeur de la Reine.

Car il y avait quelqu'un au dessus de la Reine : l'Empereur. Le chasseur ramène le coeur de la Reine à l'Empereur. Assis dans sa limousine, il dit :"Mission accomplie, maître ! " Celui-ci répond : "La Reine était ta mère, Walter". Le chasseur pleure.

Commentaires

  1. "Blanche-Neigne étant un conte oral". Oui anal, c'est pas pour les enfants.

    C'est la deuxième connerie que me suggère le billet et je n'ai lu que la moitié.

    La première était à propos des poumons : j'espère qu'elle ne fume pas trop.

    RépondreSupprimer
  2. Taré. Et heureusement ! Content de te voir revenu.

    RépondreSupprimer
  3. Le poumon de Blanche-Neige, c'est mieux que le foie de Nicolas ou Didier.

    C'est un peu tôt, la maternelle, pour ces histoires de trafic d'organes, mais au moins on savait tenir les gosses à l'époque où on a inventé des histoires comme ça. Profitez-en. Dites à votre progéniture: tu sais, les sorcières existent vraiment, et les loups aussi. D'ailleurs, les enfants qui ne rangent pas leurs chaussons...

    RépondreSupprimer
  4. Suzanne, oui. Cela me rappelle le fameux sketch de Gad Elmaleh, où le "blond" est très cool avec ses enfants, tandis que lui hurle les yeux exorbités qu'ils vont se faire manger par les loups !

    RépondreSupprimer
  5. Excellentissime, mort de lol, tout ça, surtout le Parrain III.
    Il manque un truc avec les Affranchis, mais je ne fais pas la fine bouche...

    RépondreSupprimer
  6. Sinon, je choisis la version n° 3, mais j'ai été obligée de gougueuler pour trouver la définition de "forensic". La fin est belle.

    RépondreSupprimer
  7. Dorham : merci ! :) J'ai eu une petite pensée émue pour toi, tu t'en doutes, en parlant de mafieux, j'espère que ta nouvelle vie en France se passe bien avec le truc de la protection des témoins ! Pour les affranchis, je m'en mords les doigts ! C'est typiquement le genre de billet qui demanderait 50 variations !

    Suzanne : moi aussi j'ai cherché forensic, pour vérifier l'orthographe... je n'oublie pas que nous sommes tous nés tout nu...

    RépondreSupprimer
  8. francis le belge12 mars 2010 à 13:25

    Grace à vous, Mr Balmeyer, nous avons retrouvé Dorham, nous vous remercions de votre collaboration.

    RépondreSupprimer
  9. Tiens, à propos de protection des témoins, le dernier Benacquista "Malavita encore", eh bien il cause de ça. Mais le héros est écrivain.

    RépondreSupprimer
  10. francis le belge : merci, ça veut dire que Dorham va encore détruire son blog, c'est dommage !

    Suzanne : il aurait fallu ajouter une variation où le chasseur est un écrivain en panne d'inspiration qui accepte une mission de tueur à gage, et, en lisant un Asterix, a l'idée de tuer un sanglier...

    RépondreSupprimer
  11. Oui mais moi je ne savais pas que Dorham était un repenti, je croyais qu'il était juste voleur de fiats. Maintenant, je comprends mieux sa critique de DeLillo

    RépondreSupprimer
  12. zut, commentaire coupé: oui, sa critique de DeLillo et sa répulsion envers l'image.

    RépondreSupprimer
  13. oh yes! c'est génial de te lire!
    et la version dents de la mer?

    RépondreSupprimer
  14. Anna : quand la Reine demande au chasseur - pardon - au pêcheur d'aller trucider Blanche-Neige et qu'il s'en prend à un Globicéphale mais qui se fait manger par les requins ?

    RépondreSupprimer
  15. extra...
    tiens, cela ferait retourner au pays des rêves...

    RépondreSupprimer
  16. Eh oui il existe bien des versions de Blanche Neige comme de tous les contes. Je vous conseille "Les trois petits pourceaux" version trash des trois petits cochons où le loup pète pour ouvrir de force la porte des dodus petits pourceaux !!!
    ("Les trois petits pourceaux" très bien illustrés chez Didier Jeunesse)

    RépondreSupprimer
  17. C'est pour quand le blog à Kéké ? Je sens qu'il y a de la matière.

    RépondreSupprimer
  18. La variation 1 m'a fait rire aux larmes, c'est ma préférée, mais il faut reconnaître que la 3 termine en beauté! Vous avez oublié la variante-vessie… Soriano disait que les contes s'adressent aux adultes (non expurgés).
    L'évolution de la version de Kéké témoigne des préoccupations écolos et sanitaires de notre temps. La mauvaise reine est une fumeuse qui crache du goudron tous les matins, normal qu'elle en veuille aux poumons frais de Blanche Neige. Pour le coup, on voit bien que cette pauvre femme a été injustement calomniée à travers les siècles!

    RépondreSupprimer
  19. Cet humour me rappelle celui de Gotlib, dans "Rubrique à brac" !

    RépondreSupprimer
  20. ils sont complètement givrés dans son école à Kéké ! c'est pas celle-là l'histoire où les petits marcassins (ou petits enfants, c'est pareil) risquent de se faire trucider et dévorer par le méchant ogre (le pédophile des contes), c'est celle du Petit Poucet !!! m'étonne pas qu'il ait été choqué, comment comprendre qu'on ait voulu tuer un petit bébé ? dis-lui que le petit Poucet avait laissé des petits cailloux sur le chemin et que le marcassin s'était fait remplacer par un vieux cochon, et que donc ce sont le coeur et le poumon du cochon (ainsi que sa queue) qu'on a ramenés à la reine, en lui disant qu'il y avait une promo à Auchan.

    RépondreSupprimer
  21. Surtout que dans le cochon, tout est bon !!


    (dans ce billet aussi d'ailleurs !)

    RépondreSupprimer
  22. Pssssit, normalement elle se réveille à la fin Blanche Neige.

    RépondreSupprimer
  23. (je tiens à signaler que la vigoureuse modération des commentaires Mozilla Hortefeux 3.1 de plus de 60 jours vous a au moins épargné, ici, 25 spams sur les chaussures au viagra, et autres click here, alors.)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…