Accéder au contenu principal

Rouky

Dans mon immeuble il y a une petite cour, d’à peu prêt 20 mètres carrés, sans compter le local poubelle. Des gens en ont profité pour acheter un chien. Il y a maintenant, entre ces quatre murs pigeonnés, un clebs qui attend. Acheter un chien quand on vit dans un immeuble, cela me parait odieux, cela m'énerve à un point. Les gens de la cour ont un chien et deux enfants. Les enfants sont bien sympathiques, mais un peu stupides (l'ainé me fait : "pan pan pan pan pan pan pan pan pan" pour jouer mais, agacé, je survis ostensiblement) ; reste le chien.

Il est roux, il s'appelle Rouky : c'est un chiot de traineau. Je n'y connais rien en chien, il a une bonne bouille de berger allemand, en plus touffu. Quand il me voit sortir les poubelles, le matin, ou le soir tard, il parait terrassé de joie, il vibre, fait la toupie, la machine à laver, l'atome d'uranium en furie. Je dois être à ses yeux un messie divertissant, il m'accueille avec extase. Il s'enroule autour de mes mollets, je lui écrase deux ou trois pattes malgré moi, mais il est content quand même. Sous mes mains, c'est une boule confuse de muscles et de nerfs, nous disposons de peu de temps, il me fait la fête en accéléré. Il m'attriste un peu, là, désœuvré, enclenché dans une vie terne par le caprice de citadins, au lieu de (est-ce que je sais moi) chasser le zébu ou l'ornithorynque dans les grands espaces, par exemple.

Ce matin, le jeune animal était tellement joyeux en me surprenant jeter les ordures qu'il a tenté de se reproduire avec ma jambe. J’ai dû lui dire : oh hé, calmos, Rouky, quand même. Puis j’ai entrebâillé la porte, je suis sorti de la cour, sauf ma jambe, où le chien restait amoureusement accroché, jambe que j’ai fermement agitée pour me débarrasser du nouvel ami : il faut savoir raison garder, ai-je dit, avant de vérifier mon chaste mollet.

Commentaires

  1. A vérifier d'urgence. Si le mollet gonfle, tu n'as quelques mois pour faire le nécessaire :)

    RépondreSupprimer
  2. Nicolas : pas le chien quand même ?

    Arf : lol, je passerai la pommade du lendemain !

    RépondreSupprimer
  3. À Paris, avec une cour, ils auraient pu s'offrir un saint-bernard!

    RépondreSupprimer
  4. Coucou : mais c'est un chiot ! Quand il sera gros, qui c'est, peut-être qu'il sera très gros.

    RépondreSupprimer
  5. Hé bien ! Soit le taulier est saoul, soit l'orthographe de la bloguerie littéraire perd du charme.

    RépondreSupprimer
  6. Le héros de la première nouvelle publiée de K.Dick s'appelle Roug, c'est un chien qui veille sur les poubelles de son maître.
    Je plussoie αяf le sage. (pommade du lendemain, ha haha, j'ai beaucoup aimé)
    Ce sympathique chiot va grandir. Si c'est un Husky, il se sauvera, les Huskies se sauvent toujours pour aller chasser les poules et les moutons, on n'y peut rien, c'est dans leurs gènes. S'il est tatoué, on le ramènera dix fois à son maître, qui jugera qu'un chien comme ça, c'est bien mieux à la campagne, en plus, avec les voisins qui n'aiment pas les bêtes sauf les poissons... Et là, votre voisin se souviendra qu'il a une vieille tante bretonne qui vient de perdre son fidèle Youki. Ni une ni deux, il mettra le Rouki dans le 4/4, avec ses mômes équipés de haveneaux et de cirés jaunes, et éteindra son moteur dans la cour de ma voisine.

    Alors là, je vous envoie un tombereau de menaces préventives, Balmeyer, je vous le dis tout de suite: gardez-la, votre sale bête, je n'en veux pas !

    RépondreSupprimer
  7. C'est pas odieux, c'est surtout assez crétin !

    RépondreSupprimer
  8. Suzanne : damned, je vous aurais bien envoyé mon chien, une fois lassé, puis aussi celui des voisins (l'autre chien, celui qu'on entend plus, il faisait du bruit, paix à son âme, à la place il y a un chat, ils ont su s'adapter ces voisins).

    Blue Jam : oui, crétin.

    RépondreSupprimer
  9. Certes, chacun sait que ces sympathiques quadrupèdes diposent de blocs de kératine pour remplacer les fameuses molaires à trois cuspides qu'ils perdent lorsqu'ils atteignent l'âge adulte, et nul n'ignore non plus que leur mâchoire est faite non seulement de façon différente de celle des autres mammifères, mais que le muscle chargé de l'ouverture de cette dernière est en outre dissemblable. Du reste, même si, à l'instar des autres membres de cette classe qui va de la musaraigne naine à la baleine bleue, les os de l'oreille moyenne sont incorporés au crâne plutôt que d'être situés à la base de la mâchoire comme chez les cynodontes et les autres synapsides, le conduit auditif externe ne s'en ouvre pas moins à la base de la mâchoire, ce à quoi on ne prête pas forcément attention lorsqu'on les regarde, attendri, dévorer leur pitance.
    On sait généralement un peu moins qu'ils ont, comme les reptiles, des os surnuméraires dans la ceinture scapulaire, comprenant notamment une interclavicule qu'on ne retrouve pas chez les autres mammifères. Cela explique en grande partie leur démarche de reptile, avec les pattes situées sur les côtés du corps au lieu d'être en dessous comme chez les chats ou les gnous, pour ne prendre que ces deux exemples parmi les 5400 espèces recensées de mammifères.
    Cependant, ce que l'on a manifestement tendance à oublier s'avère paradoxalement bien plus crucial, à savoir que les jeunes et les adultes mâles portent aux chevilles, reliés à une glande située dans la cuisse, appelée glande crurale, des aiguillons venimeux de 15 millimètres de long. S'il convient de préciser que la glande en question n'est toutefois fonctionnelle que chez le mâle adulte, il n'empêche, son venin, formé de plusieurs enzymes, tout en n'étant pas mortel pour les humains, provoque d'importantes douleurs et des œdèmes qui peuvent durer plusieurs mois, provoquant parfois une paralysie des membres inférieurs pendant quelques jours. Précisons qu'on ne connait pas d'antidote à cela, et qu'on se contente de traiter par des analgésiques et un vaccin antitétanique si besoin. Ajoutons, enfin, que le venin peut être mortel, par dépression respiratoire, pour un chien ou pour de petits animaux domestiques.

    Autant dire que votre Rouky, une fois qu'il sera en Bretagne, il pourra toujours courir après les zébus des monts d'Arrée, mais il aura intérêt à pas trop jouer au con avec les ornithorynques de la baie de Douarnenez.

    RépondreSupprimer
  10. Chieuvrou, après votre commentaire, mon blog peut mourir tranquille !

    Il me fait d'autant plus plaisir qu'il mentionne les cynodontes et les synapsides, sujet qui me tient particulièrement à coeur en ce moment. Je comptais même faire un billet sur le gorgonopsien, reptile mammalien fort peu commode d'avant les dinosaures, qui est l'ancêtre d'un peu tout le monde. Si j'ai le courage de le produire, ce billet, je vous le dédierai.

    RépondreSupprimer
  11. Mince, voilà le genre de billet qui suffit à me déprimer pour la moitié de la soirée. Et me donne des envies d'adopter un quatrième chien...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…