Accéder au contenu principal

Se faire du souci

Avant, j'avais une autre façon de m'en faire, quelque chose d’un peu creux, d’un peu grandiloquent ; comment nommer ceci ? De l’angoisse acnéique ? De la névrose égotique, du doute satisfait ? J'ai toujours bien aimé convoquer l’infiniment grand, l’infiniment petit, Dieu et la mort, la littérature, l’art et l’oubli, le cosmos et les martiens, toute une scène de sentiments énormes, et me complaire dans ma petitesse narcissique, les bras écartés, comme le romantique face aux éléments déchainés.

C’est plaisant, finalement.

Maintenant, j’ai attrapé quelque chose de nouveau ; se faire du souci. Se faire du souci, pour des proches, leur santé, leur sort. C’est quelque chose de tout à fait nul. De petitloquent.

Voir le médecin froncer des sourcils avec son masque de science, et nous, notre sac d’ignorance sur la tête. L’entendre doctement dire qu’il ne sait rien, mais que ne sachant rien, on va en savoir plus en faisant des examens. Programmer des prises de sang. Evoquer négligemment une radio. Attendre le jour d’y aller.

Attendre. Regarder un endroit du plafond où ça avance plus vite. Y aller, accompagner l'autre, et attendre encore le résultat. Attendre. Se dire que lorsqu’on aura attendu, les chances seront faibles de trouver, dans une enveloppe, la vérité sur le sens de la vie, avec le mode d’emploi du monde. Lire des chiffres incompréhensibles. Ne pas savoir comment interpréter des termes comme négatif ou positif, se demander si c’est positif ou négatif, en fin de compte. Attendre leur interprétation par un autre fronceur de sourcils. S’entendre dire que, n’étant sûr de rien, on va encore faire des examens, et attendre.

Attendre. Voir le médecin froncer son être tout entier par réflexe, et dire de sa voix caverneuse d’outre-tombe de spectre à l’haleine formolé : tout va bien. Ne vous inquiétez pas. Normalement, il n’y a pas de souci à se faire. Toutefois, pour être sûr, nous allons faire des examens complémentaires, et...

Comment ça, toutefois ? On ne sait pas trop quel endroit gratter en attendant. Etre un gros ongle, un ongle intégral, et se ronger tout entier. Aller sur internet, pour en savoir plus, et en savoir moins ; ne retenir que le superflu. Un cheveu qui pousse, oui, c’est certainement un signe de tumeur. La langue humide, le nombril creux, l’urine jaunâtre, les selles malodorantes, le doigt mobile, en général ce n’est rien, mais souvent c’est très mauvais signe, et il ne faut pas s’inquiéter, mais consulter. En attendant, se dire qu’on n’a pas trop envie de carper le moindre diem.

Se dire que le moment venu, quand tout ira officiellement bien, que l’on aura proclamé solennellement l’effondrement de toute inquiétude, il y aura quelque chose de terrible, boire une bière fraiche l’été, respirer l’air joyeux, mâcher des mouches, avoir du temps, du vrai, sans attente, convoquer l'univers et les atomes, les dinosaures, les vampires, le passé, et l'oubli, sa joyeuse finitude, dépenser sur le champ le temps gagné.

Commentaires

  1. Hop, j'espère, rien de grave... Bon, je vais attendre l'examen des commentaires complémentaires.

    RépondreSupprimer
  2. je compatis pour avoir cru en attendant ces maudits résultats être ronger par le crabe. Et finalement rien... Carpe ce p... de diem quand même !!!

    RépondreSupprimer
  3. chaque "ne vous faites pas de souci" augmente l'angoisse, surtout s'il faut montrer qu'il ne faut pas se faire du souci pour ne pas angoisser l'autre, ce qu'il sent très bien et ne montre pas, par délicatesse, et qui accroit d'autant son souci à lui.
    Il y a une histoire drôle : celle de l'homme qui tombe du 78 ème étage, et qui dit jusqu'au dernier:"jusqu'ici tout va très bien". C'est lui qui a raison.

    RépondreSupprimer
  4. arf : non rien de grave, mais rapide moment de désœuvrement pour faire un billet, on se prend au jeu, on en rajoute, après, un léger embarras... :)

    Didier : Votre preum's est le plus piteux de tous les temps ! Ca n'est qu'un deuz en vérité.

    Sophie : on se fait des idées...

    Suzanne : oui. Heureusement qu'il n'y a pas beaucoup d'immeubles de 78 étages, ceci dit.

    RépondreSupprimer
  5. eh oui, nos petites loquences dans ces moments-là, ceux où le monde s'ouvre sous nos pas, car peu de mots... nous restent, seulement ceux de la survie.

    Heureusement, ce ne fut qu'une frayeur.

    RépondreSupprimer
  6. Petit Loquent :))
    Bon, ben, après les radio-scan-et iono, hein...
    Une petite prise de sang?

    RépondreSupprimer
  7. Pourquoi est-on un peu moins que ce que l'on était auparavant après une prise de sang, le même après une prise d'empreintes, et un peu plus après une prise de poids ?

    Voilà bien une interrogation qui, à y réfléchir, peut donner du souci.

    RépondreSupprimer
  8. C'est un beau billet Balmeyer, avec juste ce qu'il faut de dérision pour que le reste en devienne plus vif, plus prégnant.

    RépondreSupprimer
  9. Ma fille étant petite, était indignée qu'on ne lui rende pas son sang, après une prise de sang !

    On lui faisait pas à elle : examens d'accord, pas une raison pour piquer des trucs de son corps l'air de rien.

    (arg !!! hallucinant, la vérification des mots m'oblige à écrire : crevera !!!!!)
    (va de retro satanbal !!)

    RépondreSupprimer
  10. Der?
    Vous dites "on se prend au jeu, on en rajoute", mais comme c'est vachement bien imité, avec cet humour noir qui est peut-être tout blanc, après tout, on y croit.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…