Accéder au contenu principal

Le Coeur léger et le bagage mince

Soudain, dans ce couloir sombre, avec tout au bout la Machine à Café, énigmatique, je sens un très léger sentiment d’allégresse. Je dis énigmatique, pour la Machine à Café, car on ne sait jamais si elle va distribuer un gobelet, ou tomber en panne et laisser couler la boisson commandée dans le néant. Cette sorte d’incertitude l’entoure d’un halo de mystère, on ne sait guère ce que le destin va nous réserver, si l’on va ressortir bredouille et la tête baissée. Ainsi, elle se dresse comme un totem rustre, une force du hasard, de l’incertitude, du chaos. On s’en approche plein de respect et d’appréhension.

Tout à coup, pourtant, dans cet affreux couloir déprimant où même les acariens sont tentés par le suicide collectif, une grande idée de printemps ou de liberté envahit mon esprit. Le café désiré coule normalement, tout se passe bien, je suis à la limite du Fred Astaire. Je bombe le torse, je suis absolument seul, et je me permets donc d’étirer les bras, d’aise. La silhouette narquoise, qui touillait son café en me regardant de travers, a disparu. J’allonge le pas. Je me ballade, solitaire, le couloir se déroule, je m’y meus avec souplesse. Eventuellement, je tenterais de claquer les pieds de travers, mais c’est le matin, j’évite dans ce moment sympathique de me confronter à mes limites physiques.

Cette idée de printemps entraine une autre idée, celle de ménage de printemps. J’entreprends donc un geste fou, rigolo, un ménage de printemps de mon nez. J’y plonge mon doigt, virilement, à la recherche des obstacles mous qui se dresseraient entre moi et l’air vif du matin. J’avance ainsi, l’enjambée enthousiaste, le doigt fureteur.

De derrière la bonbonne à eau, apparait doucement, touillant son petit café avec sa petite touillette, l’homme à la petite moustache et au pantalon marron raide. Il me regarde, la bouche pincée, sa mine grise résolument satisfaite. Cet air narquois. Cet air de triomphe, le triomphe de toute une vie. De mon côté, le doigt branché au tarin, je me fige. A cet instant, s’offre une alternative : soit je sors mon doigt avec précipitation, je le cache dans ma poche, je rougis, je m’agenouille et je lèche la moquette en signe de soumission. Il peut, alors, s’il le souhaite, poser son pied sur ma nuque un moment, déguster son café infiniment touillé juste au dessus de ma Honte. Puis me faire basculer au sol d’un bref mouvement, et partir en susurrant entre ses dents : « bien le bonjour, monsieur Crotte-de-Nez. »

Second choix : j’assume mon divertissement nasal. Sonnez tocsin. Mobilisation générale de moi-même. Nez pride. Alors je le regarde. Il me regarde. Le doigt est dans mon nez, et je plisse les yeux. Nous nous observons. Quelqu’un, au loin, commence à jouer de l’harmonica. Il touille. Je touille, aussi. Puis lentement, je sors mon doigt et je le contemple. J’enchaine une expression de franc contentement. Belle bête, semble-je m’exprimer. Puis pour embaumer la substance, momifier le rejet, immortaliser l’agglomérat, un peu comme l’on sale la viande, je la roule délicatement entre mes doigts, en produisant une grosse bouche sensuelle de Nutellomane.

Je tourne les yeux vers l’inconnu. Je le dévisage, je le scrute avec force, j’attends son changement d’expression. Mais il demeure impassible, il me regarde. Il touille, encore, un vrai métronome. Ah tu veux jouer à ça, coco. Tu crois que j’ai fait un coup de poker et que je vais enlever mon pantalon et boire toute la Honte. Alors là tu te trompes ; et sur le champ, je dépose délicatement ma boulette glauque sur ma langue, et je la mâche, avec volupté, dans une torride danse du ventre, mais des mâchoires. Et je murmure, on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Je le sens qui ploie. Il va se mettre à genoux, c’est certain. Et je vais poser mon pied sur sa nuque, il va m’implorer : pitié, je ne suis qu’un misérable vermiceau, faites de moi votre serpillière, votre Sopalin d’adolescent plein de sève, faites de mon corps votre vaste charentaise. Pitié, ne portez pas sur moi le sceau fatal de la Honte. Et là, lorsqu’il se mettra à genoux, j’hésiterai, et peut-être qu’en fin de compte, je lui pardonnerai. Je lui dirai, le faisant choir d’une pichenette de l’orteil, va, anonyme bureaucrate, va terminer ta comptabilité terrestre, va et vis, et médite sur ton insignifiance sans borne. Et le ciel s’ouvrira et apparaitra le soleil, immense boulette jaune tombée du nez de Dieu.

Sans doute, il éprouve déjà ma future indulgence, il la conçoit peut-être comme une humiliation au-delà de la Honte, et pour éviter une fatigante scène d’extase, humblement, accusant réception de ma bonté, il ne se met pas à genoux, il se contente de poursuivre son chemin, baissant les yeux. Je me retrouve à nouveau seul, vague, saisi du vide un peu morose qui suit les victoires écrasantes, et je comprends que je mâchonne ma propre morve.

Commentaires

  1. C'est de l'extime ou je m'y connais pas. Et toujours ce topos de la machine à café, arcane de la modernité. Poil au nez.

    RépondreSupprimer
  2. Tu peux aussi tenter la remarque habile : "il est mieux dans mon nez que dans ton cul, non ?".

    RépondreSupprimer
  3. Pas trop tôt ! Bon, il me reste 8 pages à écrire pour être délivré : je reviens lire après...

    RépondreSupprimer
  4. Mais alors, si le soleil est la crotte de nez du ciel, la pluie est son éternuement ? Voilà qui ouvre des pespectives.

    RépondreSupprimer
  5. Pourquoi tu l'aimes pas le bonhomme à la petite moustache et au pantalon marron raide ?
    Si ça se trouve, il a un blog génial.

    RépondreSupprimer
  6. Avant de répondre, Audine, un grand méga mort de lol....

    RépondreSupprimer
  7. L'image d'un gars esquissant un pas de Fred Astaire avec un gobelet de café en main, m efaisait déjà sourire..;mais la description qui s'ensuivit, me faisant oscilelr entre la grimace et le rire et cette chute...nez-vralgique, beau retour Balmeyer!!

    RépondreSupprimer
  8. Comment faites-vous pour touiller votre café avec un doigt dans les naseaux ? On se fout du lecteur, par ici, c'est pas Dieu possible !

    RépondreSupprimer
  9. Didier : je touillais le nez, justement...

    RépondreSupprimer
  10. Faut vraiment tout leur expliquer...

    RépondreSupprimer
  11. Il y avait une autre fin possible pour ce texte qui m'a tordu le ventre.

    Le grand type à la petite moustache et au pantalon marron raide.

    A la fin, il se révèle. Le sourcil levé, il te dit : "Balmeyer, faut que je te dise, et ça fait longtemps que ça me pèse sur le coeur et l'âme. Alors, voilà, je me lance, je te le dis, toute la vérité entre nous, et après, nos relations seront meilleures, on arrêtera de s'ignorer alors qu'on rêve toi et moi, d'aller dévorer des fajitas au "Rolling Tijuana" en faisant des blagues à propos du type à la grosse barbe et au pantalon bleu trop serré et dont les ourlets sont taillés trop hauts... Balmeyer, parfois, tout de même, t'es un tantinet dégueulasse".

    (ça fait toujours un bien fou de te lire)

    RépondreSupprimer
  12. Il s'en passe des tragédies, autour de votre machine à café! Entre les lignes, la condition de crotte de nez née pour le sacrifice. Et ce duel à la Sergio Leone, il manque juste la musique de Moricone!
    C'est toujours un plaisir de retrouver votre humour désabusé (trop rare).

    RépondreSupprimer
  13. Tu m'épates, les machines à café ne m'ont jamais rien inspiré !

    RépondreSupprimer
  14. A quand le club des gratteurs de nez ? Leur nombre est époustouflant (voir les conducteurs arrêtés au feu rouge !)

    SVP, encore d'autres textes, cela faisait si longtemps !

    RépondreSupprimer
  15. Je regarderai autrement, à partir de dorénavant, ces moments d'égarement où mon index se retrouve malgré moi au fond de ma narine. De la droite, d'ailleurs, en général, va savoir pourquoi... Autrement, vous avez quelque chose avec le café, Z. et toi en ce moment, pour le voir (ou le faire couler), aussi inopinément en dehors de tout récipient idoine ? L'histoire du clavier serait-ce du grand vécu ?

    RépondreSupprimer
  16. cette nuit en rêve un grand dilemne... pleins d'escargots sur mon chemin... devais-je les ramasser pour en faire un ragoût ? (il y en avait quantité). Et, continue-t-on à être végétarien ? bref, en un mot, comme en cent, la crotte de nez est-elle végétarienne ? c'est quand même de la bidoche... ou de l'excrément de bidoche... je dirais que l'ingestion de crotte de nez s'apparente d'une certaine façon à de l'anthropophagie, toutes proportions gardées naturellement. De fait, les escargots, ou les limaces, c'est quand même moins dégoûtant. Mais, j'avouerai que j'ai moi aussi déjà goûté à certaines parties de nos corps, défendues...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…