Accéder au contenu principal

C'est maintenant demain

Un jour, j'ai essayé de me souvenir d'une date, l'apparition de la première dent de Kéké. Alors j'ai cherché, à tout hasard, dans les archives de ce blog. Résultat : rien. Juste des histoires de tartes au caca ou de machines à café soviétiques. Je me suis un peu maudit, sur le coup. Aucune trace, tous ces mots, et puis pas de première dent. Je corrige le tir et inaugure une sorte rubrique où je consignerai, compilerai, les phrases notables de ma progéniture.


*

Me voyant enlever mon pantalon : "Papa, tu es torse nu des jambes".

Contemplant un bonbon : "Ce bonbon ? je crois que je vais me le garder pour demain. Je crois que c'est maintenant demain, je le mange."

Poète : "Maman, je t'aime plus fort que la vitesse. Plus fort que la fumée. Et que les bolides."

Premier Calembour : "Les hommes des cavernes vivent dans des grottes... (gloussant) Des grottes de nez !"

(J'ai déjà entendu cette plaisanterie chez des adultes, mais l'entendre dite "sérieusement" par kéké m'a quand même bien amusé) : Juste avant une séance de bagarre : "Papa, je vais faire pipi, commence la bagarre tout seul, j'arrive."

Commentaires

  1. "leptiboutdepiqueur"...c'est Woody woodpeaker...

    RépondreSupprimer
  2. ca va finir en blog de filles, ici !

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. j'ai même pas envie de commenter tiens, utiliser son môme comme nègre quand on n'a plus rien à dire je trouve ça minable...













    euh :)

    RépondreSupprimer
  5. Moi, je n'utilise jamais mon nègre, Tonnegrande, comme môme.

    RépondreSupprimer
  6. Tifen: :-)

    Nicolas : ah ah !

    Gaël : Toi aussi, tu t'y mets... Traitre...

    RépondreSupprimer
  7. En fait, il est plus drôle que toi. C'est parce qu'il mange de la viande sûrement...

    RépondreSupprimer
  8. @Dorham si ça se trouve BAlmeyer s'est auto-taggué pour ta chaîne :)

    RépondreSupprimer
  9. Au MacDo il mange la viande, moi le pain...

    RépondreSupprimer
  10. Gaël, Dorham : vos filles mangent des tonens de viande. Résultat, elles parlent comme ça : "Ah dodo tata la mami a dadé" ?

    Ca craint.

    Résultat, politique, Sarkozy, destruction de trains, blogowars. Compensation, allusions sexuelles, alcools, fanfaronnades. Il faut savoir se détourner du chemin de la colère pour gagner le sentier de la paix. Mais parfois, c'est trop les boules. Je sais.

    RépondreSupprimer
  11. Ah, le premier jeu de mots, ça, ça compte vraiment !

    Rien que pour ça, je conserve un souvenir ébloui de mon grand-père paternel qui m'a ouvert les horizons du calembour idiot avec ceci :

    – Que dit le pain quand on le coupe ?

    – Il diminue.

    Que la grâce soit avec lui.

    RépondreSupprimer
  12. Allons bon. Le Vieux Jacques commente ici maintenant sous le pseudo de Didier Goux.

    RépondreSupprimer
  13. Nicolas : Catherine et moi vous avons déjà dit que le vieux Jacques nous faisait irrésistiblement penser à notre grand-père commun...

    RépondreSupprimer
  14. Bal !! tu as raison on se dit toujours "je m'en souviendrai de celle là" ou "je vais le noter" et puis pffffffit on oublie !!

    chez nous il ya eu les lampes aux pieds et les clous de girafe dans les lentilles ..

    un vrai blog de fille comme on les aime ici :)

    Existe-t'il un diktat des lecteurs ? Tiens ça me rappelle une de tes notes sur "ceux qui ont un blog" : une FAF qui commençait à écrire et qui ne faisait plus la lessive ...

    on devrait monter le MLDB, mouvement de libération des blogueurs qui écrivent ce qu'ils veulent, quand ils veulent !!

    Et je t'embrasse :))

    RépondreSupprimer
  15. Didier : le vieux Jacques, le peu que je l'ai vu, avait l'air vraiment d'apprécier les jeux de mots... pas très frais. Du style huître au soleil, en août, mois sans "R"...

    JustMarieD : les clous de girafe, c'est bon ! Pour le diktat des lecteurs, il s'agit surtout d'une gentil chambrage. Mais c'est vrai, les lecteurs me prennent en otage et me forcent à écrire des trucs de vomi, je dois faire des choses, montrer des trucs, tout ça. En vérité, si j'étais libre, je parlerais un peu plus des Châteaux de la Loire, par exemple.

    RépondreSupprimer
  16. Hihihi, j'adore l'idée d'être torse nu des jambes !
    Moi je me souviens d'une remarque d'un élève de 3 ans. Nous avions fait l'appel et constaté que untel était absent ; j'ai dit qu'il était malade ce jour-là etc. Un élève a levé le doigt pour préciser : "Des fois on dit : absent grave."

    RépondreSupprimer
  17. Et ceux qui ont oublié leur écharpe, ils sont la bite à l'air du nez ?

    RépondreSupprimer
  18. Même le gosse sait écrire ? (Dégoûtée, tiens !)

    RépondreSupprimer
  19. Le Pere Des Castors29 mars 2009 à 15:14

    Pas évident d'annoncer la couleur du calembour .Pour le normand le véritable calembour est issu de l'écru.

    RépondreSupprimer
  20. Connaissant Kéké, dire qu'il aime plus que les bolides ! C'est vraiment une grande déclaration d'amour.

    RépondreSupprimer
  21. Bal,

    Tu te plantes, non seulement mes filles parlent très bien mais elles ont exactement le même caractère que moi. Je te conseille donc mesure et précaution sous peine de devoir prochainement commander de nouvelles rotules en plexiglass (ou en os animal)...

    Sinon, quand même, ta réponse me fait marrer car elle est pleine de bon sens : on a un faste president marié à une fast première dame. Même si elle chante doucement...

    RépondreSupprimer
  22. Comme il est suggéré par les commentaires, la prochaine fois, on taguera Kéké...

    RépondreSupprimer
  23. C'est une excellente idée que de les noter car, à l'usage (j'ai deux filles de 22 et 19 ans) je me rends compte que la mémoire n'est pas aussi infaillible qu'on veut bien le croire.

    RépondreSupprimer
  24. Il y avait «c'est la joie des enfants!» et «j'enlève mon collier», dont je me souviens encore…

    RépondreSupprimer
  25. Merci pour vos gentils mots ! J’en bave grave pire que Dave sur le billet suivant qui n’est pourtant pas très ambitieux, alors pouet.

    RépondreSupprimer
  26. un billet sur Dave ?!

    mais tu ne vas pas nous faire profiter de l'étendue de tes goûts de chiotte en musique tout de même ?!















    euh... :)

    RépondreSupprimer
  27. et que si on n'a pas d'enfant, et qu'on n'en aura jamais, on a quand même le droit de gatifier ? moi, c'est mon neveu (on fait ce qu'on pneut)... et pareil que toi, j'ai oublié de noter l'essentiel... de toute façon, on deviendra quand même (qu'on en ait ou pas des enfants) de vieux cons... un beau matin de juin (pour la rime).

    RépondreSupprimer
  28. Côté "demain", mon petit dernier m'a dit, d'un air convaincant, quand moi aussi je promettais quelque chose pour le lendemain : "Mais demain, c'était hier !"
    :-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…