Accéder au contenu principal

Jim

Sur la tombe de Jim Morisson, il y avait plein de gens venus se recueillir. C'était sans doute des gens qui, affranchis des conventions, des traditions et des dieux, étaient venus faire un... pèlerinage. Un jour avec un ami, nous avons fait un pèlerinage sur la tombe du type qui était enterré à côté de Jim Morisson. Quel était son nom ? Robert La Loose ? Peu importe. C'était bien, comme acte gratuit, après nous avons fêté ça dignement avec quelques bières.

Sur la tombe de Jim Morisson, il y avait des bougies. Un vrai mémorial. Sur la tombe de Robert La Loose, à côté, il y avait des fesses de jeunes filles venues voir Jim Morisson. Leur popotin foulant le marbre environnant, comme si ces macchabées jouxtant l'idole n'étaient que de vulgaires sidemens, des bassistes par exemple. Mais sur celle de Jim Morisson, il n'y avait pas de fesses de jeunes filles, juste des bougies à la noix. Finalement, quand on regarde ça avec beaucoup de recul, on se demande qui a vraiment loosé, dans l'histoire. Celui qui a sur sa tombe des bougies à la noix, ou celui qui accueille des fesses de jeunes filles.

Commentaires

  1. Oui tout est question de point de vue !

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est pas une mise en abîme, mais presque… Il y avait aussi la tombe d'à côté, je suppose, qui n'avait ni fesses, ni bougies. Celle du témoin qui contemple la vanité des réussites, toutes égales dans le trou. Votre humour sait choisir et toucher.

    RépondreSupprimer
  3. je te confirme qu'on enterre toujours au Père Lachaise (et pas que des célébrités) comme je le disais chez Nicolas : j'y ai ma place réservée (une concession pour l'instant de 50 ans, que, si j'en ai les moyens, je prolongerai à perpèt'), près de ma petite soeur, dans le carré romantique, pas loin de Géricault, de Bashung et du mime Marceau. Moi, qui avais horreur des cimetières avant...

    Dimanche dernier, croisé une toute petite fille, en promenade parmi les tombes avec sa maman :

    "Dis maman, on fait comment pour prendre le corps du mort et pour le mettre dans la tombe ?".

    Elles sont passées et je n'ai pas entendu la suite...

    RépondreSupprimer
  4. Tiens je n'y suis jamais allée sur la tombe de Jim Morrisson... C'est que ça ne doit pas m'intéresser tant que ça.. Pourtant le personnage vaut le déplacement.

    RépondreSupprimer
  5. J'aime assez l"idée d'aller se recueillir sur la tombe du type d'à coté.

    RépondreSupprimer
  6. J'aime assez l'idée d'aller se recueillir sur la tombe du type d'à coté.

    RépondreSupprimer
  7. Et si c'était la tombe du type qui aurait voulu être le fauteuil d'un salon de coiffure pour dame ?
    Il aurait gagné le Paradis éternel.

    RépondreSupprimer
  8. Ah mais, quand même, une fois le Père Lachaise fermée à double tour, les fesses nues se collent au marbre de Morrison.

    (il me semble de toute façon que la macchab a finalement été rapatrié par la famille...)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…