Accéder au contenu principal

le globicéphale

Quand j’ai vu ce nom sur la fiche descriptive, face au squelette figé dans les airs, j’ai pensé : bon sang, quel mot fabuleux ! Le globicéphale !

Depuis hier, je l’emploie à la moindre occasion. Regarde, c’est beau comme un globicéphale. Kéké, tu veux jouer au bonhomme globicéphale ? Allez, au bain, petit globicéphale d’amour, envoie des ondes au loin avec ton sonar.

Le globicéphale, ou « dauphin pilote », a une grosse tête globuleuse. En bref, avec son front proéminent plein de graisse, il envoie des bips au loin, qui lui reviennent modifiés en cas d’obstacle. Ce qui compense sa vue déficiente. Ne dit-on pas miro comme un globicéphale ?

Nous sommes allés voir l’exposition « incroyables cétacés » à la Grande Galerie de l'Evolution. Dans une ambiance obscure, parmi le son étrange des baleines tristes, Kéké nous a supplié dès la première minute de rentrer à la maison. Il avait la trouille. C’est vrai que ces grands squelettes de cachalots, suspendus dans les airs, nous toisant comme des fantômes marins, ce n’était pas très rassurant au début.

Les organisateurs d’expositions doivent avoir tous la même formation, nous l’avons noté plusieurs fois : faire en sorte que le visiteur ait envie de se pendre dès la fin de la visite. L’exposition commence sur l’histoire et l’évolution des cétacés, en passant sur leur reproduction, pour finir sur des grandes scènes de chasse à la baleine, de carnage de dauphins au bazooka, de cachalots atomisés avec des cuirassiers Potemkine. Un grand panneau indique la population dérisoire de ces monstres marins. Il en ressort la vague impression gênante que l’homo sapiens est un connard, et qui plus est, un connard efficace.

J’avais eu le même sentiment, après un truc à la Villette, on voyait des rivières tièdes avec des poissons morts, terrassés, la bouche béante, comme s’ils avaient regardé un documentaire animalier pendant quatre heures. Paysages d’usines, civilisation de turbines. On en ressortait dépressif, l’envie de lancer une chaine sur les blogs : suicidons-nous collectivement.

Je me rappelle d’une fille, au lycée, elle militait contre la vivisection, on rigolait. Ah, le second degré ! Je lui disais : miam, j’ai mangé un bon steak de chaton à midi ! Je suis de bonne humeur ! Super ma crème seconde jeunesse à base de gentilles grenouilles ! Plus elle protestait maladroitement, trépignant avec ses petits poings serrés, plus nous répondions des horreurs. Fille du collège, je te le dis, après toutes ses années, pardon, à bas les steaks de chaton, et les globicéphales panés. Pour la peine, quand j'irai au paradis, je chevaucherai des dauphins pilotes, dans la voute céleste, en ton honneur !

Détail incroyable pour moi qui ai la science infuse : j’ai appris un truc. J’étais persuadé que l’histoire de l’évolution, c’était des animaux qui sortaient des mers pour peupler la terre, passant du batracien à la marmotte pour finir dans les transports en commun. La faute au dessin animé « il était une fois l’homme », avec la toccata de Bach, etc. Et bien non ! Les cétacés, ce sont des sortes d’ours avec un gros nez qui sont devenus amphibie, peu à peu. A force de fricoter avec les océans, ils ont fini par perdre leurs pattes arrières. Tiens, c’est une remarque que je pourrai ressortir à un Kéké récalcitrant : « sors du bain, humide progéniture, ou tu vas finir par perdre des pattes arrières ! » Voilà pourquoi, d’ailleurs, les cétacés sont des mammifères ! Ils étaient poilus, avant.

Je me suis senti tellement plus intelligent, après. Presque le melon. A la limite du globicéphale.

Commentaires

  1. Bon mais le plus important, est-ce qu'on y voit des narvals ??? :)))

    RépondreSupprimer
  2. Matoo : oui, il y avait des narvals ! Et le pire, tu ne me croiras jamais, c'est qu'en les voyant, j'ai pensé à toi !

    RépondreSupprimer
  3. "Je me suis senti tellement plus intelligent".

    Faut dire qu'il y avait de la marge.

    RépondreSupprimer
  4. Salut Balmeyer !

    J'ai échoué ici, tel un cétacé obèse, il y a déjà quelques jours en suivant les liens du docteur Borg.
    Je dois dire que je n'ai pas été déçu : Ta plume a d'la gueule, si j'puis dire, et ta verve est conséquente.
    j'aime beaucoup le ton barré de tes billets, ton humour aux tons "d'inzestes de citron", et la variété qui anime ces pages.
    Je cesse avant que tu ne me prêtes des airs de Mark David Chapman ou de John W. Hinckley.

    En deux mots : Je repasserai.

    C'est cool.

    Ninjavert.

    RépondreSupprimer
  5. Je me demande si je ne vais pas déclencher une 'tite blogowar contre M. Ninjavert, moi...

    RépondreSupprimer
  6. Voilà au moins la cinquième fois que je reviens en me disant "Je vais laisser un commentaire à ce comme-toujours-juste-et-beau texte" et puis... Ma vue s'embue, mes doigts tremblotent, j'ai des trémolos dans les mots...
    Ensuite j'ai envie de jouer aux dames façon Dorham, avec en guise de pions des chasseurs marins montés sur harpon.
    Gloire à toi d'avoir cité "Il était une fois l'homme", qui reste à mes yeux le plus beau des dessins animés, avec son tout aussi plus beau générique que j'aime.
    Et merci de m'avoir instruite (de Schubert). Plouf plouf...

    RépondreSupprimer
  7. Ninjavert : bienvenue ! Vous êtes une sorte de Géant vert, mais plutôt en Ninja ? :-)

    Didier Goux : Ne mettez pas en danger le noviciat de ce blog ! (smiley).

    (vous remarquerez que je vous écris "smiley" et que je fais un vrai smiley à ninjavert, c'est vraiment du sur mesure ces réponses)

    Marie-Georges : l'absence de commentaire a deux interprétations :
    - le billet est tellement sublime que, respectueusement, les lecteurs se retirent sur la pointe des pieds dans une religieuse quiétude.
    - Vous faites absolument chier vos lecteurs.

    Pour "il était une fois l'homme", rah oui vraiment, c'était quelque chose de marquant ! AH ! Le bon dessin animée de FR3 avec l'alibi culturel de notre enfance ! L'élément pédagogique était le truc obligé, pour bétonner le dossier auprès du service public. Ulysse 31 ! ("ouais tu vois, un truc qui serait à la fois dans l'espace mais z'aussi dans l'antiquité culturelle !")

    RépondreSupprimer
  8. Didier Goux : Bonjour :) Une blogowar ? C'est quoi ça, une blogowar ? On s'envoie des scuds.gif par email ? On visite nos blogs réciproques en y semant menaces, défis et provocations ? On pirate nos adresses IP pour savoir où l'on habite et on va clouer des castors morts sur nos portes réciproques ?
    Ou c'est juste une façon polie et civilisée de se saluer dans la blogosphère ? ^^

    Balmeyer : Merci pour cet accueil chaleureux :) (et pour le smiley)
    Malheureusement, je n'ai du Géant Vert que la couleur (et le ricanement idiot, parfois). Si je devais -comme il le fait avec le maïs- me lancer dans l'industrie agro-alimentaire, j'ai peur que mon allure de gringalet rachitique n'évoque plus la forme du haricot vert que du géant.

    Et pour apporter ma modeste contribution à ce fil, je dirai que je garde aussi un souvenir ému d'il était une fois l'espace. L'alibi culturel était nettement moins pertinent, mais je n'ai jamais su résister à mon côté "aventurier du futur"...

    Ninjavert

    RépondreSupprimer
  9. le coup des "castors morts", il faudra y penser !

    Ah moi aussi j'aimais beaucoup "Il était une fois l'espace", alors que je trouvais la variation sur le corps humain ("il était une fois la vie "?) un peu plus raté.

    Dans ces différentes séries, les méchants avaient tous la même tête. En vrac : les conquistadores, les ennemis de Galilée, les virus de la grippe, les inquisiteurs, les bactéries, les colonisateurs, les bloggueurs réactionnaires, etc. Didier Goux, vous auriez adoré !

    Je ne sais pas si la série est remonté jusqu'à l'époque moderne, mais j'aurais été curieux de voir les têtes des gens à Vichy, pendant la guerre de Vichy.

    RépondreSupprimer
  10. Ninjavert : oui, c'est un peu tout cela, une blogowar. Mais, en l'occurrence, c'était pure plaisanterie de ma part : celle du mec qui veut absolument laisser un commentaire pour montrer au taulier qu'il est venu lire, mais qui, suite à une panne (que l'on espère momentanée) du cerveau, ne trouve rigoureusement rien de pertinent à dire.

    (Sinon, c'était aussi, un tout petit peu, pour me moquer discrètement de votre tendance à un certain charabia...)

    RépondreSupprimer
  11. Juste une impression en passant :
    Kéké ne connaît pas son bonheur :-)

    RépondreSupprimer
  12. Brendufat,

    tu dis ça parce que t'as pas vu Balmeyer tenter de le perdre dans un labyrinthe...

    ----------

    Bal,

    à un moment donné, j'ai voulu rédiger un commentaire vulgaire, du genre : "ah, j'ai eu peur, j'ai cru un moment qu'un globicéphale, c'était une gonzesse avec un dauphin coincé dans l'arrière-train"...

    et puis je me suis ravisé :

    parce que tu dis bien assez de conneries comme ça...
    sans que j'en rajoute...
    ne serait-ce qu'un mot...
    un...
    mot...
    tu m'entends ?

    Allez, je te donne pour ce texte hirsute un bout de palme que j'ai déjà partagé entre Mtislav et Marie Georges...ça fait un tiers chacun, c'est pas mal déjà...c'est comme le quatre quart...heu...qui veut un quart de palme ?

    (je sais)

    (je suis fatigué !!!!!!!!!!!!!!!!!!!)

    RépondreSupprimer
  13. Vaut mieux voir un globicéphale qu'avoir une blogocéphalée, moi j'dis.

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour,

    ce petit trait d'humour (sors du bain, sinon tu vas perdre tes jambes)m'a permis de respirer.
    je ne m'étais pas rendu compte que j'étais en apnée depuis quasiment le début.

    Excellement bien placé, ce déclenchement de rire vous permet de garder vos lecteurs en évitant l'asphixie.

    Et comme aurait pu dire la fameuse Céline québecoise (d'ailleurs vraisemblablemetn ancêtre du Globicéphale) :
    - "I'm falling in love with your style"

    Merci pour ce moment.

    RépondreSupprimer
  15. Dorham : blogowar !!!
    (Et ce, même si je décerne volontiers une palme entière à Balmeyer)
    Je t'ai déjà dit qu'on n'a jamais vu de palme sécable. (Ou tu confonds avec un palmito ?!)
    Balmeyer : Ulysse 31, c'est vrai, il fallait y penser ! Curieux que le concept n'ait pas été développé plus que ça... Les classiques de Molière dans l'espace (Scapin 31 ?), Jésus chez les extra-terrestres, etc.
    Audine : hihiiii ! Blogocéphalée, je suis sûre que ça parle à tous les blogueurs invétérés !

    RépondreSupprimer
  16. Je repasse, un peu en retard, mais suffisamment à l'heure pour répondre.

    Didier : Alors c'est de bonne guerre, c'est plus qu'une tendance au charabia que je développe, c'est une véritable maladie.
    Mais j'me soigne, même si ça ne se voit pas.

    Balmeyer : De mémoire il n'y a pas que les méchants qui avaient la même tête dans "il était une fois". Les gentils étaient servis à la même enseigne... Ca faisait partie du charme ;)

    Et s'il reste un quart de palme à distribuer, je veux bien m'en charger, le maître des lieux m'a tout l'air de la mériter pleinement.

    Ninjavert, qui concise son charabiatage. (un peu)

    RépondreSupprimer
  17. Cette évocation du globicéphale m'évoque un souvenir, je vais faire un écho chez moi qui sera en ligne demain matin.

    RépondreSupprimer
  18. Ninjavert : bel effort ! Notez tout de même, pour une fois prochaine, que l'on est logé à la même enseigne, plutôt que servi. (Sauf si l'enseigne fait également restaurant, mais c'est une autre affaire...)

    RépondreSupprimer
  19. brendufat : oui ! Ma femme non plus. Et mes amis non plus.

    dorham : j'ai tenté de perdre Kéké dans le labyrinthe parce que tu m'avais baratiné : "ouais, on prendra une grosse voiture, ouais, on sera lib', sans nos femmes et nos gosses, et on pissera quand on aura envie de pisser, etc.". Alors moi je t'ai cru. Mais une fois dessoulé, il n'y avait plus personne.

    Audine : les dauphins aussi, ont le melon. C'est comme ça que ça s'appelle. Si si.

    philtre : merci pour cet enthousiasme, je ne sais que répondre.

    Marie-Georges : pour Jésus, j'ai déjà un truc prévu. Je le précise car Dorham me pique mes idées par télépathie.

    Ninjavert : oui, je me souviens de la tête des gentils, ils s'appelaient Pierrot et Pierrette, et aussi "Maestro". C'était reposant.

    Marcus : je viens de voir ! Excellent ! :)

    Didier Goux : Vous êtes charmant. A un point, ça fait peur. Je me demande si c'est une tactique pour l'avènement du troll au carré (smiley !).

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…