Accéder au contenu principal

Portes automatiques

Au début, je l’aimais bien, cette porte automatique. J’arrivais avec un pass, comme dans Star Trek. Ou le FBI. Je passais le badge sur le détecteur, la porte en verre s’ouvrait, coulissant en silence. Je rentrais, en me la pétant intérieurement.

C’est beau, un sas qui s’ouvre. Automatiquement. Un touriste égaré venant de nulle part avec son gros appareil photo n’aurait pas pu faire ça. Le gardien serait venu le voir, que faites-vous ici, monsieur ? Vous avez votre pass ? Puis il l’aurait entrainé dans un coin pour le tabasser sale touriste de merde qu’a pas son pass de sécurité. Puis tandis qu’il lui aurait infligé une correction bien légitime, il m’aurait dit entre deux coups de pieds : bien le bonjour monsieur Balmeyer ! Le détecteur. Bip. Pssh. La porte de s’ouvrir. Et bonne journée !

C’était l’averse. J’arrivai en courant avec mon café, devant le sas. J’avais rangé mon pass dans une poche. Je me mis à jongler avec le gobelet pour le retrouver. En vain. Le gardien : alors, votre pass monsieur Balmeyer ? Et ne voulez-vous pas me l’ouvrir, cette porte, vermine communiste-fasciste ? Ah non, il y a des consignes, monsieur Balmeyer. Le pass, c’est le pass. S’il vous plait monsieur le gardien, vous voyez bien qu’il pleut la fin des temps ! Je posai alors mon café contre le muret. Je tentai nerveusement l’ouverture avec ma carte de bibliothèque, ma carte champion, ma carte orange. Enfin, je le trouvai, le badge. Je récupérai mon gobelet de café débordant d’eau. Je rentrai, trempé. Bonne journée monsieur Balmeyer ! FBI, mon cul, oui.

Commentaires

  1. AutoCAD ?
    Encore une entreprise à dimension humaine.

    une fois à moet&chandon, le gardien m'avait enfermé. Dans le salon Napoléon (ou Napoleon veniat se bourrer la gueule avec ses potes à ses heures perdues). Brrrr...

    RépondreSupprimer
  2. C'est presque pareil chez nous, ils ne veulent pas nous laisser rentrer alors qu'ils nous connaissent très bien (surtout les fumeurs).

    RépondreSupprimer
  3. Même si tu les soudoies avec un demi Nicolas ?

    RépondreSupprimer
  4. t'as du pot que les tireurs d'élite ne se soient pas mis en place !

    mais tu sais je les comprend moi les gardiens ! il y a beaucoup trop de gens qui essayent de se faire passer pour nous pour travailler à notre place pendant qu'on reste glander à la maison !

    RépondreSupprimer
  5. ahah et encore, il y en a des sournoises, par exemple les portes automatiques qui ne s'ouvrent pas même quand tu sautes nerveusement sur le tapis sensible, comme si elles ne savaient pas que tu étais en pleine campagne de lutte contre l'auto obésité.

    A bas les portes automatiques, moi j'dis.

    RépondreSupprimer
  6. Mouahahahahahahahahahaha !
    Tu veux que je l'achève à coups de tatane ton vigile... ah non, je peux rien faire, il va me mettre une chiquenaude et je vais me rouler par terre en pleurant Mama Mia ! Mama mia ! é cara mia !

    RépondreSupprimer
  7. Chouette, un nouvel épisode de Star Trek ! La fin fait flipper, quand même (le café à l'eau de pluie, Dieu du ciel, tout mais pas ça !)
    Audine, a contrario y'a aussi la porte hypersensible (voire susceptible) qui s'ouvre alors qu'on lui a rien demandé. Du coup on se sent obligé d'entrer. Pour peu qu'il y en ait une deuxième, etc. ça peut mener loin.

    RépondreSupprimer
  8. A tous :

    oui.

    --------- (séparateur copyright Dorham)

    non.

    (vive les réponses automatiques !)

    RépondreSupprimer
  9. Les portes, les pass, les badges, le pouvoir... Quand j'étais fière de travailler là où je travaillais, je poussais en crânant une grosse énorme lourde porte sous un grand perron pour entrer dans un immeuble classé Monument historique, siouplaît. J'entrais dans le saint des saints.

    Et puis bon, ça s'est terminé. Quand je suis arrivée à Toulouse et que j'ai imaginé (quelle conne...) que je pourrais à nouveau être fière de travailler quelque part, on m'a donné un badge servait À LA FOIS à entrer sur le parking en l'agitant devant une borne commandant une barrière (la super-classe c'est quand tu mets ton badge dans ton gant de moto, tu lèves la main et tu passes comme par magie, c'est trop cool), et à payer la cantine. Avec le badge, à la cantine, tu passes à la caisse réservée pour ceux qui en ont.

    Et on a voulu me virer. Pour ça, les chefs ont sorti leurs gros muscles, leur gros pouvoir, leur grosse puissance de chefs. Ils m'ont convoquée dans une salle gardée par une porte à côté de laquelle celles du FBI ont l'air de rideaux de douche. Une porte épaisse comme ça, blindée, renforcée. Pour l'ouvrir, il faut la carte exprès, plus le code secret, plus l'empreinte digitale. L'un des chefs avait la carte. L'autre avait le code. Aucun n'avait l'empreinte. Panique. Pas moyen de joindre le méga-chef. Alors on est allé chercher la personne qui doit pouvoir entrer partout, tout le temps. C'est la réceptionniste qui a posé son petit doigt pour que Sésame s'ouvre en chuintant.

    Je crois qu'elle chuintait, la porte, mais en fait, j'ai pas très bien entendu. Je faisais trop de bruit en me foutant de la gueule des petits chefs. Je leur ai dit que la prochaine fois, ils feraient bien de couper la main du big boss s'ils voulaient vraiment m'impressionner. Vu que j'étais virée, je pouvais dire ce que je voulais.

    Finalement j'ai toujours mon badge, et quand je passe devant la Sainte Porte je lui vire un grand coup de pied. J'aimerais bien déclencher une alarme qui ferait débouler toutes les Forces Spéciales de l'univers. Mais on dirait que l'alarme ne marche pas. Ou alors je tape pas assez fort, je sais pas.

    C'est dommage, quand même.

    RépondreSupprimer
  10. "Audine, a contrario y'a aussi la porte hypersensible (voire susceptible) qui s'ouvre alors qu'on lui a rien demandé. Du coup on se sent obligé d'entrer. Pour peu qu'il y en ait une deuxième, etc. ça peut mener loin."

    Surtout pendant les soldes.

    RépondreSupprimer
  11. Eh bien, chez nous, il y a une adorable Caroline blonde, à l'accueil, avec un sourire à tomber raide (très raide...), et elle me laisse tout le temps entrer. Des fois, même, quand je me sens l'âme d'un serial worker, je lui dis que je n'ai pas mon badge, alors qu'il est dans ma poche. T'as qu'à voir.

    RépondreSupprimer
  12. (Maxime perplexe se grattant la tête): ta machine à café est dehors??
    J'en étais sûr..!! Et ça commence déjà!!
    Oui, bientôt, demain, nous serons tous obligés de boire notre café dehors...
    Tout fout l'camp j'vous dis, tout fout l'camp.

    RépondreSupprimer
  13. Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi il te faut sortir pour prendre un café. Z'ont pas des machines sur place ?
    :-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…