Accéder au contenu principal

Les gardes russes (2) : la Reine de l'arène

Une soprano arrive sur scène côté cour, inspecte, renifle, fait claquer ses talons. La salle de spectacle vide est superbe comme les projets naissants, et les gloires à venir. Elle va tester, l'air dégagé, l'acoustique. Elle pousse quelques cris aigus ; regarde du coin de l'oeil si l'on a écouté son éclair musical. Pas mal l'acoustique, dit-elle !

Une seconde soprano entre alors, côté jardin, tandis que nous, les manards, examinons des caisses trop lourdes, un torchon dépassant de la poche. La seconde soprano veut également tester l'acoustique. Elle salut la première, lâche, décontractée, quelques rafales sonores, plus fortes. Elle regarde furtivement si des gens ont écouté, toise sa collègue. Puis une troisième débarque, renifle et s'époumone à son tour, la sueur coule de son front, les mains dans les poches elle conclue : pas mal l'acoustique ! Les autres vérifient, s'en assurent, testent, rectifient, se répondent, en ponctuant perfidement la conversation de vocalises de plus en plus volumineuses. Elles en arrivent à gueuler comme des malades, la bouche ouverte telles des oisillons affamés. Elles jouent à celles qui ont la plus grosse ; voix.

Les soprani à la montagne périssent toutes sous les avalanches. C'est plus fort qu'elles, elles ne peuvent pas s'en empêcher. La vue des grands espaces provoquent de vastes épanchements vocaliques, les bras ouverts, l'écharpe déployée dans le vent. Montagnes ! Sapins ! Sommets ! Et tout s'écroule.

Je demande : où as-tu mis la corde ? Le manard me gronde, malheureux ! On ne dit pas ça, dans un théâtre ! On dit une "guinde", ça porte malheur, sinon !

Des hommes entrent ensuite, reniflent, rodent. Ils regardent si les sopranos les regardent, avant même de brailler. Puis ils braillent. Ils sont bientôt vingt à arpenter la scène dans tous les sens, les bras levés, à vocaliser comme des cargos dans un aéroport.

La costumière, une petite dame avec des lunettes, arrive, et elle aussi, elle se met à gueuler. Elle n'est pas chanteuse, mais elle fait comme tout le monde, elle est très heureuse car ça défoule.

Tout à coup, une soprano supplémentaire apparaît, comme une apparition. C'est le rôle principal. Le silence se fait. Un silence respectueux, recueilli et dangereux. Elle pénètre une arène, et elle le sait bien. Elle voit tous ces beaux visages respectueux, et elle sait que derrière ces sourires compassés et aimables, il y a des mâchoires de lions affamés, de jeunes tigres, de vieilles hyènes, de vautours lubriques, et elle sait qu'à chaque pas qui propulse sa splendeur, elle peut finir comme une côtelette.

La soprano semble immense, une walkyrie, une géante, une déesse nordique. Étrangement, elle parait faire le double de notre taille. Ses cheveux sont volumineux, ses bras sont volumineux, ses jambes, ses seins, son visage, elle est pourtant fine et belle et immense et prodigieuse à la fois, comme un statue de Minerve descendue de l'Olympe, ou sortie des forges de Vulcain. Ses talons claquent distinctement sur les planches, les chanteurs s'écartent, elle tourne la tête à droite à gauche, sourit délicatement, jette des regards de petit chaton ; elle sait qu'elle va devoir les mater, tous, les aplatir, tous. Et tous et toutes, se tapissent, reniflent, l'oeil luisant.

Elle marque un arrêt, regarde la salle, se racle la gorge et... une vocalise... retentit comme l'artillerie des archanges de l'enfer, comme les monstres vacataires de l'Apocalypse, les employés du fracas cosmique, les mur vibrent, les perruques s'envolent, les accessoires se brisent, les vis se dévissent, les caisses se transportent toutes seules, les décors ploient, les microbes sont désinfectés, les enfants naissent, les morts surgissent de leur tombe.

Pas mal l'acoustique.

Avec la discrétion des titans, elle regagne doucement les coulisses. Les autres, matés, ratatinés, tondus comme des petits caniches, examinent leur montre, renouent leurs écharpe. Elle a domestiqué les pensionnaires du zoo, ce qui est fait n'étant plus à faire.

Commentaires

  1. Tu fais mentir Donzo qui disait que souvent le 2 est moins bien ! Ouah ! ça décoiffe ! Tu me donnes envie d'aller chanter, c'est dire !

    (Et de mettre pleins de point d'exclamations !!!)

    RépondreSupprimer
  2. Merci !!!!
    C'est gentil !!!!!!!!
    Moi aussi j'aime les points d'exclamations !!!!!!!!!!

    ;)

    RépondreSupprimer
  3. "en ponctuant perfidement la conversation de vocalises de plus en plus volumineuses"

    Tu orientes tes textes pour que je fasse des commentaires obsènes ?

    RépondreSupprimer
  4. Pendant ce temps là, le canard ne produit pas d'écho.
    Tiens, ça me fait penser qu'il y a des canards qui vibrent.

    RépondreSupprimer
  5. Je reviens suite au billet de Nea.
    Alors, moi je suis contre les soprani parce qu'elles sont toutes trop grandes et que j'ai l'impression d'être une naine.
    Bon en fait je suis une naine.
    Mais faut alimenter la controverse pour pas que cela fasse club des bisounours.
    Quelqu'un a une idée ?

    RépondreSupprimer
  6. Dom,

    Je ne comprends pas ton premier commentaire. Ou si je le comprends, c'est peut-être que je suis un tordu qui voit des jouets sexuels de partout ; à moins bien sûr que cela soit toi la tordue. (un canard qui vibre... pourquoi pas une chaussure ?)

    Pour le second, j'ai bien lu ton commentaire chez nea, sache qu'il est interdit de critiquer quoi ce soit dans ce blog, qui doit rester un exemple de bien être et de joie de vivre comme le Turkmenistan par exemple.

    RépondreSupprimer
  7. PUTAIN !!! QUELLE VOIE !!! HEIN ?!
    NON JE CRIE PAS !!! HEIN ?! QUOI ?! MAIS PARLEZ PLUS FORT !!! J'ENTENDS RIEN !!! SERAIS-JE DEVENU SOURD ?!

    RépondreSupprimer
  8. vraiment agréable à lire ce billet!!!!!

    RépondreSupprimer
  9. Bon et le troisième épisode Balmeyer ? On l'aura aujourd'hui j'espère ;)
    J'attends la suite moi !

    RépondreSupprimer
  10. C'est le coffre qui ouvre la voix...

    RépondreSupprimer
  11. Clap clap clap !

    Encore, encore ! :)

    RépondreSupprimer
  12. Hey mais ! Je n'ai répondu à rien ici ! :-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…