Accéder au contenu principal

Les gardes russes (4) : le directeur

Les décors arrivent dans un grand semi-remorque. Sitôt la porte de l’engin ouverte, découvrant les éléments entassés, sanglés, poussiéreux et rongés comme des ossements gigantesques, le gros directeur s’extasie. Ils viennent l’opéra de Nice, s’exclame-t-il ! Dans un élan d’enthousiasme, il invoque les grands esprits lyriques, Pierre Molière, Patrice Racine, Roger Corneille. Il voudrait à ce moment que Jane Fonda l’appelle sur son portable pour lui dire, non, je ne peux pas te parler là, je m’occupe des décors, oui de l’Opéra de Nice, il y en partout, c’est énorme, on va en parler dans Télé 7 jours, je suis complètement débordé. C’est un grand Mécano, la plus grande cabane du monde. Il les aura, les subventions. Il voit déjà le sigle s'étendre en lettres d’or : l’Opérette Nationale de France. Dirigé par Richard A., ténor renommé. Il semble danser sur ses petites chaussures, avec son gros ventre, tournoyant comme un moulin, décrivant des arabesques tarabiscotées.

Il voit déjà les cocktails au ministère de la Culture, oui, l’Opérette a été longuement sous-estimée, je suis heureux d’avoir apporté ma modeste contribution à son retour en vogue, un verre de champagne à la main, ah, monsieur le directeur, votre dernière production était fameuse, et ces décors ! Comme ils sont gros ! Il faudrait vous construire un théâtre spécial rien que pour vos décors ! Mais nous y songeons. C’est avec joie que je participe à la démocratisation de l’opérette avec cette production au Stade de France. Deux mille choristes, quatre cent premiers rôles, des hélicoptères, des hippopotames.

Contrairement à ses habitudes, le directeur ne s’est pas attribué le premier rôle, mais le second, celui du jeune premier de dix-huit ans. C’est toujours triste de ne pas être la vedette, mais faire le jeune premier est pratique tout de même pour fricoter avec des grisettes. Au restaurant, le directeur fronce beaucoup de sourcils, il parle d’eldorado, de pays inconnus, de forêts vierges, de pièces où il n’y a que des premiers rôles. Les grisettes l’écoutent en s’extasiant, un peu ivres. Des premiers rôles ! Pour tout le monde. Les yeux brillent d'envie. Sa perruque noire luit comme un chat empaillé. La Soprano arrive. Elle semble perpétuellement de profil, comme les divinités de l’Egypte antique. Elle fait le double de sa taille ; malgré ses fortes talonnettes, le directeur trouve le moyen de se jeter à terre pour être encore plus petit. Avec une voix de miel, il susurre : ma chère, si vous saviez, les décors sont fabuleux, ils sont tellement gigantesques, ils sont tellement gros ! On dirait des fortifications, des New York, des pyramides, c’est encore plus beau que le château de la belle au bois dormant à Disneyland. Puis tout le monde part, et le directeur seul à sa table, se ressert du vin, plonge son gros nez dans le ballon de verre, attrape machinalement des miettes avec son index, triste.

Le décor commence à se dresser, tel un pudding minable. Il s’agit d’une sorte de château de foire, une attraction de train fantôme, avec un chemin de ronde en hauteur, décrivant un vaste demi cercle sur toute la scène. Les éléments sont lourds, les metteurs en scène minimalistes doivent tous être des ex-manards. Olivier porte une partie d’un escalier, il s’arrête, distrait par le son cristallin émergeant d’une répétition. Happé par un songe, il reste planté là, mais à l’autre bout de l’élément insoutenable, il y a moi, qui n’en peux plus. On peut avancer Oliver ? Mmm ? répond-il, levant un sourcil.

Le directeur regarde le décor comme des décombres en construction. Il se ronge les ongles, et murmure son incantation : grandiose ! Les répétitions sur la scène vont pouvoir commencer, en costume, en situation, la première s'approche comme un monstre des mers. Le coeur palpite. La salle est comble de fauteuils, il ne manque plus qu'à les coiffer par des gens. Mon public ! Il se pose alors près de la rampe, déploie ses bras et tente de chanter, enivré, comme un châtelain au milieu de ses ruines. Jeunesse ! Puissance ! Gloire ! Un minuscule son éraillé sort de sa bouche, comme une porte qui grince, le laissant sur le seuil, VRP de chimères ; il tousse, regarde vite à droite à gauche, et disparaît dans les coulisses.

Commentaires

  1. Patrice Racine, c'est pas le nom de seine de Gérard Poquelin ?

    RépondreSupprimer
  2. Je ne di-raie rien, j'au-raie peur de ne pas être à la hauteur...

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas, ça me rappelle une bonne vieille anecdote que je bazarderai ici, quand j'en aurai terminé !

    Nicolas, merci !

    Zoridae, tu te crois chez nea ici ? :-)

    RépondreSupprimer
  4. Nul...Mal écrit, pas intéressant, trop de langage SMS, hors-sujet.Note : 2/20.
    L'élève Balmeyer doit envisager une réorientation dès la fin de l'année vers les filières techniques, qui correspondent plus à son profil.

    Richard A., professeur principal.

    RépondreSupprimer
  5. tain tu l'as trouvée où la photo de mon mec?^^

    RépondreSupprimer
  6. @nea : je comprends pourquoi tu l'as quitté !

    RépondreSupprimer
  7. Richard A., J'eusse aimé que tu kiffasses mon texte, autant que je lolai à ton commentaire. =)

    nea, Il est également en noir et blanc ?

    Zoridae : C'est peut-être lui qui est parti. nea boit au GRETA, tu sais bien.

    RépondreSupprimer
  8. @zoridae : mais il est tres beau cet homme

    @balmeyer : c'est pas forcément rédhibitoire hein^^

    RépondreSupprimer
  9. nea,

    Ah bon ? J'ai pas dû bien regarder...
    Attends je vais jeter un oeil et je reviens...

    RépondreSupprimer
  10. nea,

    Hum, on voit pas bien mais ses cheveux sont un peu trop gominés à mon goût... Je te le laisse !

    RépondreSupprimer
  11. Il est dur de vieillir mais la jeunesse est dans l'esprit et ce directeur m'est sympathique ,il reste un grand enfant .

    RépondreSupprimer
  12. Ah les filles... et après on s'étonne que les gens se déguisent en Luis Mariano ! :)

    Mc, oui le directeur tel que je le décris est sympathique. Le vrai l'était un peu moins, en fait, mais quand on se penche sur n'importe qui, on ne pas s'empêcher d'avoir de l'empathie...

    RépondreSupprimer
  13. C'est vrai : voilà comment on les aime ces dirlos de pacotille : plein de r^ves brisés.

    Mais hélas, comme tu le dis en com, d'ordinaire, ils sont bien plus vulgaires et odieux les enc****.

    RépondreSupprimer
  14. Que le Bal m'emporte !

    Bal toi tu es l'Arturo Brachetti de la littérature blogesque !

    RépondreSupprimer
  15. Paradox, tu as tout dit ! Pleins de rêves brisés, comme c'est vrai.

    JustMaried : eh bééé ! que dire ? Je voudrais d'abord remercier ma mère sans qui je...

    :)

    RépondreSupprimer
  16. C'est très drole cette description, ça me fait penser à un passage des "Confessions" de Rousseau sur le théâtre italien et sur le bordel qui règne sur scène avant la représentation...
    Mais après se fait l'harmonie...
    "VRP de chimères", c'est quand même un métier presqu'enviable en ces temps de "winners rois".

    ça a de la gueule en tous cas, ton texte...faut que je reprenne depuis le début en revanche...
    J'espère que le 5e "mouvement" est en préparation...

    RépondreSupprimer
  17. Bon, ben ? et la suite ?
    ou bien Kéké est balade ?

    RépondreSupprimer
  18. Dom a raison : la suite ! la suite !

    RépondreSupprimer
  19. Merci Dorham (comme Kenny ?) d'être passé par là ! :)

    Dom, Zoridae, pfiou ! Ce soir peut-être. Je rame ! :)

    RépondreSupprimer
  20. @ Balmeyer - Comme Kenny...exactement !

    RépondreSupprimer
  21. Arrête
    t'es sur le sable là.

    Ouais, je sais
    elle est facile.

    RépondreSupprimer
  22. Euh m'énerve blogger machin, pas foutu de se rappeler d'un nom.
    le précédent commentaire est de moi.
    Oui, j'assume même mes blagues minables.

    RépondreSupprimer
  23. ah ah ah !

    Excellent, dom, ça me fait plaisir ! Non, je ne suis pas fini, je ne fais pas mon Rocky XII ! Mais le nouveau site sort demain soir ! :)

    RépondreSupprimer
  24. On a déjà lu tous tes billets ! Pas la peine de nous faire des liens... Laisse tomber le NS et écris, pour nous c'est bien plus agréable !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…