Accéder au contenu principal

le crépuscule des demi-dieux

C’était la rentrée des classes pour Kéké, aujourd’hui, je fus infiniment triste en me levant ; poisseuse et déraisonnable tristesse. Z. dut me faire la morale, on dirait que c’est toi qui rentres à l’école. J’enchaînais, lorsque mon fils avait le dos tourné, sarcasme sur sarcasme. « Ouais on va tous crever », pour donner une idée. Je me sentais tripoté par le temps qui passe, ce n’était pas grave, ça irait mieux.

Alors, tout alla mieux.

Je mis un pantalon propre. Je me sentais bien dedans. Les poches n’étaient pas encore déformées par les centaines de pièces de un centime ou les tickets de Champion jamais jetés. Je mis une chemise blanche, aussi, je m’adressai à Kéké, occupé comme d’habitude à organiser ses camions ; tu vois comme je suis bien habillé, qui c’est le plus beau, ah ben c’est ton père, tiens, tu sais c’est comme un jour de fête même si… (regard noir de Z.) .. j’achevais alors dans mes pensées : …même si on va tous crever. Je lus le dernier billet d’Olivier qui, certainement sous l' emprise d’hallucinogènes, alla jusqu’à m’attribuer un terme plus prisé dans les blogs que « procrastination » ou « miscellanées » : le terme d’influent. Ragaillardi par tant d’attentions, neuf dans mes habits propres, je me figurai tout à coup comme une sorte de demi-dieu, chassant le daim en sandales dans les forêts, tirant des flèches sur des biches avec des cordes de violon.

Je savais que j’allais, en attendant la sortie de l’école, pontifier dans un café avec ma compagne, me la jouer, bavarder de mille choses, avoir toujours raison, oisive après-midi d’étudiants.

En classe, Kéké se précipita vers les jeux, surexcité. Nous sortîmes de l’endroit, vite, tandis que notre enfant entretenait encore des illusions avec sa pâte à modeler. Il faisait beau, la vie était belle, il y avait tant d’endroits où aller. Rien, ni personne ne pouvait entamer cette confiance qui m’échauffait. Je me sentais invincible. Pour me faire de l’ombre dans cette journée splendide, pour me casser ma baraque, pour me concurrencer dans mon radieux triomphe, il aurait fallu au moins me coltiner Brad Pitt, sur le boulevard Barbès !

Dans le magasin presque désert « la Grande Récré », boulevard Barbès, Brad Pitt faisait la queue à la seule caisse ouverte, juste devant moi. Qu’est-ce qu’il fout là, lui, pensais-je, horrifié ? Qu’est-ce qu’il vient faire dans ma journée parfaite ? Il portait un petit chapeau, comme mon personnage de blog, tenant sa fille dans ses bras, il attendait la monnaie. Z., qui poursuivait inlassablement sa longue phrase débutée le matin au réveil, l’aperçut, se tourna vers moi avec une expression déchirant son visage entre « le cri » de Munch et un personnage de Guernica : « Oh la la ! murmura-t-elle en hurlant de toutes ses forces, tu as vu ? C’est Brad Pitt ! A cinquante centimètres de nous !
- Bah, je grognais, il fait bien caca comme tout le monde, non ? »

Le caissier transpirait, il n’arrivait pas à rendre la monnaie à Brad Pitt. L’acteur, blindé, murmurait des douceurs à sa fille, comme dans une bulle, derrière ses lunettes noires, évitant le regard des quelques curieux autour. La sucette de l’enfant tomba par terre, près des pieds de Z. Celle-ci, tétanisée, ne se baissa pas, et l’autre dut se tordre pour attraper la friandise au sol. Je lui reprochai doucement : c’est un truc que tu regretteras peut-être toute ta vie, ça, ne pas avoir donné une sucette à Brad Pitt. Elle me rendit une mine de désespoir entre Francis Bacon et Yves Klein. Brad salua les gens, en français, tandis que les femmes envoyaient des SMS pour divorcer de leur mari. Il regagna dehors une berline noire contenant huit vigiles et cinq avocats. Les juristes avaient apparemment demandé qu’on ne prenne pas de photo, car l’acteur était avec son enfant, vie privée. Les vigiles, eux, comparaient les innombrables clichés pris sur leur téléphones portables.

Au comptoir des papiers cadeaux, quelques clientes s’adossaient, abasourdies, encore sous le choc, un air d’extase sur la figure. Comme des Bernadette Soubirou, elles répétaient : « Mon Dieu qu’il est beau ! Ah oui quand même ! Oh, en vrai, il est plus beau qu’au cinéma, il est plus beau en vrai qu’en vrai ! ». Moi et mes habits propres. Et dire qu’elles ont obtenu le droit de vote ! Un livreur, la main sur le cœur, avec un lyrisme patriotique, clama : « Après on dit du Boulevard Barbès, hein, mais vous voyez qui le fréquente ! » Je grommelai, tout doucement, oh hein, il fait bien caca comme tout le monde.

Au café, quand même, je tentai de me la péter un peu, de pontifier comme prévu, mais ma compagne écoutait d’un air distrait. Elle lançait, parfois : « Tu as vu comme il a l’air baraqué dans sa chemise ? » ou bien : « Il avait vraiment des fesses très musclés, dis donc. Son nez, je ne dis pas. Je n’aime pas son nez. Mais le reste ! Le reste ! ». Ce fut 16 h 15, il fut temps de récupérer Kéké. Avant, j’allai au cabinet, et, vindicatif, je fis caca, oui, pareil que Brad Pitt.

Commentaires

  1. Prem's et je fais caca comme Brad Pitt (Oh mon dieu, qu'il est beau ce fumier)

    RépondreSupprimer
  2. La rentrée des classes me donnerait presque envie de suicider mon chien. Oui, ce n'est pas très glorieux, mais je n'aime pas tellement souffrir personnellement.

    Et attend l'entrée en CP, c'est le vrai début du bâton de merde

    RépondreSupprimer
  3. Si Brad Pitt fait caca comme moi, il devrait arrêter la bière.

    Le Balmeyer's blog fut un blog littéraire...

    RépondreSupprimer
  4. Elle ne fait jamais les courses Anjelina ? Tu devrais peut-être surveiller les parages du boulevard, au cas où !
    :-))

    RépondreSupprimer
  5. Moi aussi, je veux rencontrer Brad Pitt ! Mais finalement, non, parce que mon Luminaire Céleste, ces jours ci, il fait plus de caca que lui !

    RépondreSupprimer
  6. Vous n'avez pas une fonction "modération des commentaires d'Irremplaçables", des fois ?

    RépondreSupprimer
  7. Didier,

    Vous ne vous rendez pas compte du compliment qu'elle vous fait : VOUS FAITES PLUS CACA QUE BRAD PITT qui arriver à bier par la Chine.

    RépondreSupprimer
  8. Putain, c'est pas à moi que ça arriverait, une rencontre pareil. Si ça, c'est pas une preuve irréfutable d'influence hors norme. Le prochain coup, fais moi quand même un SMS, même si c'est pas pour annoncer ton divorce.

    RépondreSupprimer
  9. Au fond qu'est ce qu'il a de plus que vous ? Des lunettes noires ? Et si ce n'est qu'un demi-dieu, de quoi est faite la seconde moitié ?

    RépondreSupprimer
  10. merde tout le monde parle du caca de Brad Pit ! (enfin les garçons surtout)

    moi qui voulais dire que la grande récré devrait porter plainte suite au caca que tu as déposé sur le comptoir pour appuyer tes propos, ben ça tombe à l'eau

    RépondreSupprimer
  11. Ce que vous oubliez les gars c'est qu'il ressemblait exactement ça !

    RépondreSupprimer
  12. Je voulais dire exactement à ça !

    RépondreSupprimer
  13. Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !
    Non en fait, quand bien même il ne défèquerait pas (depuis quand est-ce sexy, la constipation ?!), il ne me fait pas grand chose, ce Bad Pitr.

    RépondreSupprimer
  14. Marie-Georges,

    Hilarant ton "depuis quand c'est sexy la constipation ?"

    Pour le reste, moi aussi je disais cela avant de le voir en vrai ! D'ailleurs, tout compte fait, je me dis même que son nez est très bien...

    RépondreSupprimer
  15. La constipation n'est pas sexy mais certains remèdes contre peuvent l'être.

    Mais je m'égare.

    RépondreSupprimer
  16. Zo, je ne comprends pas les exemples photos. Tu veux dire qu'il marchait de biais tout le temps ?

    ----------

    Brad Pitt, c'est surfait, une fois, j'ai rencontré Jacques Ballutin, c'est largement la classe au-dessus...

    RépondreSupprimer
  17. Nicolas,

    Bof.

    Dorham,

    Pfff !
    Le fait est qu'on l'a vu de profil essentiellement !

    RépondreSupprimer
  18. - Brad Pitt...
    - Qui ?
    - L'acteur...
    - Et il vient faire caca en France ?!

    RépondreSupprimer
  19. C'est pas juste !!
    En faisant visiter la ville aux enfants, nous avons croisé... Patrick Timsit !
    ... ...
    C'est pas juste, mais Olivier doit avoir raison. C'est parce que moi, je ne suis pas zinfluent...

    RépondreSupprimer
  20. Boby, dis pas de mal de Patrick Timsit. Je l'adore (d'accord, pas pour les mêmes raisons) : et je vais même le voir le 5 décembre en spectacle à Paris avant de me faire un dîner privé avec... sa soeur ! (difficile de satisfaire tous ses fantasmes à la fois)

    RépondreSupprimer
  21. Wouah, M'sieur Balmeyer...
    C'est joliment décrit tout cela. Je vois même défiler le film au ralenti... c'est que, mon imagination travaille encore (lol).
    (Bon pour le ralenti : exception faite de caca-prout... normal non ???)
    Et dire que je viens de regarder, comme par hasard - ce hasard qui fait si bien les choses dit-on -
    quelques photos de "stars dans 10 ans" imaginées par je ne sais qui au fait !!! Pas vraiment de quoi pleurer, le clou de la collection étant ce "super" bel homme - c'est bien ainsi qu'on le qualifie dans ce blog ... super !!!
    Bonne soirée...
    Jeffanne
    Jeffanne

    RépondreSupprimer
  22. Brad fait peut être caca comme tout le monde ...
    Mais à M. Tout le monde, on lui aurait ramassé la sucette...

    :)

    RépondreSupprimer
  23. J'en conviens, celui qui a récemment incarné un Jesse James tourmenté avec un jeu tout en retenue qui, je dois l'avouer, m'a le premier surpris, semble doté d'une musculature et d'une souplesse qui ne sont pas sans évoquer quelque grand félin ou, pour les caninophiles (puisque cela, paraît-il, existe), une sorte de pitbull musculeux, la sale gueule en moins.

    N'oublions pas, toutefois, que, pour le tournage de cette œuvre impérissable que fut, il y a quelques années, le dernier Troie en date des studios hollywoodiens, notre homme, pour porter la jupette, dut se faire doubler lors des scènes dévoilant ses jambes, celles-ci étant en effet insuffisamment musclées au regard de ce qu'étaient en droit d'attendre les bataillons de ses admiratrices au beau regard lubrique.

    En conclusion, cet acteur a des mollets d'coq, bien qu'il ait des bras d'pit.

    Je sais, je sais, tout ça pour ça...

    RépondreSupprimer
  24. ... Trop vieille pour bêler encore... J'ai arrêté après Kirk Douglas, que je n'ai jamais vu en vrai, mais je peux vous dire que le type qui dansait et chantait sous la pluie n'était pas plus grand que moi (en cm, s'entend !)et que les jambes de Marlène étaient tellement fabuleuses qu'on ne voyait qu'elles... dans la pénombre du Crazy horse.
    Bon, c'est vieux tout ça.
    Tiens, c'est les petiots qui vont à l'école et les grands qui parlent pipi-caca. Un signe des temps ?

    RépondreSupprimer
  25. et la sucette sale ... qu'est-elle devenue ?

    RépondreSupprimer
  26. Et 10 points de moins dans le top Wikio des blogs litteraires.
    Ils aiment peu les poeples.

    RépondreSupprimer
  27. "Et 10 points de moins dans le top Wikio des blogs litteraires.
    Ils aiment peu les poeples"

    Ah, la bonne vieille tendance bien française à distinguer le beau et le pas beau, le bon du mauvais propos, ce qui est intelligent et ce qui ne l'est pas...

    D'ici, Christine Angot écrit sur ses histoires de fesse avec Doc Gyneco, et de l'autre coté de la manche, Vollmann interroge les pauvres...

    Bon sang, pour cette rentrée, quel dilemme ! Que choisir ? Les galipettes fripées de Philippe Sollers ? Ou les gros ragots d'un Don Wolfe ?

    Je vous laisse deviner...

    (Balmeyer, trop génial)

    RépondreSupprimer
  28. 'Le cri'! J'adore ce tableau! Il trône, non pas au-dessus (du trône) mais dans mon salon...

    Quant à Brad Pitt, m'en fous, moi j'ai parlé à Catherine Zeta-Jones!

    RépondreSupprimer
  29. C'est grâce à Marie-Georges que je suis arrivée chez toi, et je l'en remercie... j'aime le regard tendrement ironique que tu portes sur les choses de la vie. J'ai beaucoup aimé "Babel"...

    RépondreSupprimer
  30. Juste etre a avec accent de Z mon clavier ne marche *as, cette fois...devoir choisir entre Balmeyer et Brad...gordien, cornélien, tous les "iens" du monde...sou*ir...le * rem*lace la lettre a*res le o, si tu navais *as com*ris...je marrete la avec accent, ccedillea, devient lassant non?

    RépondreSupprimer
  31. Brav Type prend son hélicoptère personnel depuis sa provence personnelle pour aller faire ses courses juste à côté de chez Balmeyer et personne ne s'étonne ?
    Sont vraiment blasés, les gens, non ?

    RépondreSupprimer
  32. Si je peux me permettre... Vous avez oublié le mot 'nu' dans votre billet...

    ;-)

    RépondreSupprimer
  33. Question essentielle à la compréhension de votre billet : de quelle fille de Brad Pitt s'agissait-il ?? Zahara, Shiloh ou bien la dernière jumelle

    (Et puis généralement, il ne se déplace pas sans sa femme à moins d'un mètre, l'animal...)

    (A part ces remarques factuelles, billet d'excellente facture)

    RépondreSupprimer
  34. "tandis que les femmes envoyaient des SMS pour divorcer de leur mari."

    Excellent, je suis morte de rire!!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…