Accéder au contenu principal

Titanic chalutier

Cette image, je l'ai offerte à Dorham, c'est parce qu'il est une Traviata Punk. Le genre de gens, il meurt sur scène, oui mais, avant, ou après, quand même, il lance des cocktails molotov dans la maison du méchant Germont, lui crève les pneus de sa voiture, l'attend à la sortie de la banque pour lui pourrir sa soirée juste en argumentant comme un malade sur le pourquoi du comment, avant de revenir sur scène pour y mourir, y re-mourir, puis se relever avant de dire, oh, même pas mort.

Quand Kéké est entré à l'école, je me suis senti triste et idiot, une image m'est venue, le Titanic Chalutier. Je vous explique.

Le Titanic Chalutier navigue en mer, il a attrapé des milliers de poissons, alors il va regagner le port. Soudain, il heurte un ex-iceberg, déjà fondu. Il sombre. C'est la panique, à bord. Les poissons se lamentent. Horreur ! Malheur ! Le chalutier coule ! On va tous crever ! J'aurais bien voulu faire, une dernière fois, chère truite, tendre roussette, king of the world, mais non c'est trop tard, c'est fini. Plus jamais. Jamais plus. C'est l'apocalypse des poissons, ils font poa poa, dans leur bac, tristement, asphyxiants dans une ambiance de cataclysme. King of the end of the world.

Il y a aussi des effets spéciaux. Vu le naufrage, on tire des fusées de detresse, des feux d'artifices, on jongle avec des balles, pour ne pas gâcher.

Et voilà. Fatalité. Funeste sort. Cruel destin. Le chalutier s'est abîmé. Perdu, corps et bien. Les poissons engloutis se regardent alors, et font : "Bon ben voilà. On a tous coulé. C'était terrible."

Puis ils concluent : "Poa, bon, et bien à la prochaine, alors. Oui, aurevoir ! Bonsoir ! Au plaisir !" Et les poissons  repartent, silencieux, placides, muzos, au fil des courants.

Commentaires

  1. Alors, ce n'est pas si grave, non ? En plus le chalutier titanic, il reprend les flots chaque soir...
    :-))

    RépondreSupprimer
  2. quoi les poissons gâchent ?! ils ne mangent pas l'équipage ?!

    RépondreSupprimer
  3. Ma fille est entrée au CP mardi, et je suis très triste moi aussi. Nous n'avions pas voulu la décevoir, aussi comme un seul homme beau fort et tranquille, ma concubine et moi, on avait été dans son sens : oui, c'est super, tu vas apprendre des tas de trucs, toi qui adore les livre, Philippe Corentin et tout et tout, tu vas pouvoir liretoi même. Et elle était très heureuse. Mais ce matin, elle a ravalé ses larmes au moment d'aller à l'école, elle a demandé un paquet Kleenex, histoire de tenir la journée, et elle est parti avec son immense cartable tout neuf. L'école n'ai pas à la hauteur de son espérence qui était si grande...

    Putain de vie de merde.

    P.S. Tu me donne une idée Blameyer, ce soir je mangerais bien des jolis petits filets de sardines, cuits à la vapeur au milieu de gentils petits légumes...

    RépondreSupprimer
  4. Gaël : c'est pour la version exotique, ça !

    Merlin : bien dit ! Pareil ! Copier-Coller ! Par contre, le poisson, non pas manger, pas aimer.

    RépondreSupprimer
  5. Ouah, ça te fais de l'effet dit-donc!

    Beau texte déglingué qui part dans tous les sens.

    RépondreSupprimer
  6. "la maman des poissons, elle est bien gentille", oui, j'aime bien tes textes, ils ont un petit côté Bobby... Lapointe.

    RépondreSupprimer
  7. Et le côté Bobby Lapointe n'est vraiment pas à votre honneur...

    RépondreSupprimer
  8. Tiens Didier, je suis d'accord avec vous ! (Et je vais encore me faire traiter de troll domestique !)

    RépondreSupprimer
  9. @Didier Goux : Booby Lapointe, pas vraiment. Philippe Corentin plutôt. Du bon, du Supérieur, du Meilleur Cru !!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…