Accéder au contenu principal

Ovin

Aujourd'hui, à 14h30, c'est la rentrée de mon fils, Kéké. Que dire ?

Pendant les vacances, on visitait une ferme. Le fermier nous montre le coq, dans un clapier :

"Regardez, c'est le coq Ovin !
- Formidable ! Ovin, très joli prénom !
- Non. Au vin. C'est le coq au vin de ce dimanche. Il est beau hein ?"

Le coq, fier comme un coq, acquiesce : cot cot !

Commentaires

  1. mais arrêteuh ça va trés bien se passer !

    RépondreSupprimer
  2. Ils l'ont accouplé avec la poule Oppo ?

    Je sais, je sais...

    RépondreSupprimer
  3. Pour faire le poulet Basket ou le poussin glinglin ?

    (je sors...)

    RépondreSupprimer
  4. Je suis obligé de faire un autre jeu de mot idiot (j'ai oublié de cocher).

    Le coq 6 ?

    RépondreSupprimer
  5. gaël : oui. non. arg.

    didier : très bon ! je ris. De veau. arg.

    nicolas : Monsieur et madame Diane Tell ont un coq. Comment l'appellent-ils ? Coq. Parce que Coq Tell. arg.

    RépondreSupprimer
  6. Heureusement qu'ils n'ont pas eu un canard, ils auraient été obligés de changer leur propre nom en "Laqué".

    RépondreSupprimer
  7. aujourd'hui, jour du coq. Cocorico aussi chez Mère Castor, en moins rigolo.

    RépondreSupprimer
  8. Moi j'ai une tendresse particulière pour le Pape qui est mort et le nouveau Pape qui est appelé Araignée.
    Ca change des volatils non ?

    RépondreSupprimer
  9. Sinon elle était comment l'instit... je demande ça pour Gael...

    RépondreSupprimer
  10. Oh, un blog de cuisine ! J'reviendrai !

    RépondreSupprimer
  11. Mais aloooors, ça c'est bien passé cette première journée ?
    Le coq du village est passé à la casserole ? Bien fait !

    RépondreSupprimer
  12. Moi qui ne peut regarder un concour hyppique sans avoir envie de bouffer le gagnant pour mon midi, je ne peux qu'opiner du chef (étoilé) avec la bave aux lèvres.

    RépondreSupprimer
  13. Oh non Melinbreizh pas les chevaux !

    RépondreSupprimer
  14. Oh mais...
    c'est le "rock'n roll des gallinacés" sur ce blog... sauf que, si vous les mettez tous dans la casserole, sur quel air va bien pouvoir danser cet adorable "Kéké"
    après l'école...
    Seteplait, m'sieur Balmeyer, elle s'est bien passée cette journée pour ce petit homme ???
    Jeffanne

    RépondreSupprimer
  15. Permettez-moi de vous dire, tous autant que vous êtes, que je vous trouve bien légers de faire de l'humour facile sur nos amis gallinacés, à l'heure où la France entière (hormis quelque îlot méditerranéen rocailleux) pleure la mort de Pinzutu, vaillant petit coq lâchement assassiné dans la fleur de l'âge au fond d'une piscine porto-vecchiaise.

    Certes, il reviendra au rapport d'autopsie de déterminer si Pinzutu, qui ne demandait qu'à vivre, a été jeté vivant ou mort dans les eaux chlorées du petit bassin, puis, grâce aux dernières techniques d'investigation de la police scientifique, d'établir de façon précise s'il était en plâtre ou en pierre.

    http://www.lepost.fr/article/2008/09/03/1256649_la-fable-du-coq-mort-chez-clavier.html

    Néanmoins, dans l'attente des résultats, la décence la plus élémentaire, excusez-moi de vous le dire, eût voulu que vous vous tussiez.

    RépondreSupprimer
  16. Tranche de vie:
    Gamine (4/5 ans au plus), on allait souvent dans ma famille au fin fond de l'Auvergne. Ils avaient (ont toujours je suppose) une ferme. Vaches laitières, poules, coqs et lapins. On m'emmène voir les lapins -j'adorais les lapins- et on me demande d'en choisir un que je pourrais ramener chez moi. J'étais ravie! Je choisi évidemment le plus beau à mes yeux d'enfant.
    Le soir venu, une fois rentrée, je demande après mon lapin...et on me montre un morceau de viande dépiauté, pendu piteusement au bout des mains de mon grand-père qui arborait un sourire carnassier. J'en ai pleuré des nuits entières!

    RépondreSupprimer
  17. Votre bien triste anecdote, Mademoiselle Ciguë, me rappelle le « T'as vu, c'est ton lapin Kiki qu'on est en train de bouffer » que lance l'un des trois enfants au plus petit dans La Maison des bois, de Maurice Pialat.

    C'était ma référence culturelle semestrielle.

    RépondreSupprimer
  18. boudiou ! quel retard !

    nicolas : lol du passé, lol apprécié ! :)

    mère castor : j'ai lu avec plaisir !

    Audine : j'ai mis du temps à la comprendre... mais c'est réussi ! :)

    marc vasseur : une vraie bombasse ! Ce n'est pas vraie, mais ça si ça peut faire plaisir à Gaël... un peu de rêve en ce bas monde.

    Nick : bienvenue !

    Catherine : pas mal ! Mais finalement, ni Z ni moi n'avons fait de rapport objectif !!

    RépondreSupprimer
  19. Merlin : je mangeais du ch'val quand j'étais petit. Maintenant, plus. Mais ce n'est pas conscient. Les boucheries chevalines me font penser au film "le Parrain".

    Jeffanne : merci encore ! Pas mal ! Il faut créer un compte blogger, j'ai l'impression que ma réponse ne va pas vous parvenir ! :)

    Chieuvrou : je vous adore ! :)

    Mlle Cigüe : ah ! j'ai une anecdote similaire, qui se passe aux Vendanges, je l'ai en brouillon depuis des lustres !! :)

    Balmeyer : ah... ça c'est moi. Ouf, ça veut dire que j'ai tout bien répondu ! \o/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…