Accéder au contenu principal

Diurne #2

J’ai les cheveux courts ! Je me les suis fait couper dimanche, après manger, par ma mère, que je n’avais pas vu depuis six mois. Sur la table, il y avait des grandes tasses de café, il faisait enfin soleil, nous allions faire un automne à ma tête. Une petite serviette autour du cou, je me rappelais des moments chez le coiffeur, lorsque des gens bavards faisaient de mon crâne important une sorte de jardin à la française, en regardant des catalogues de caniches tondus pour surtout ne pas me réussir.

Et qu’allez-vous faire pour les vacances ? Me demandaient les coiffeuses. Rien. Et vous faites quoi dans la vie ? J’exhume des cadavres pour me faire des colliers de phalanges. Dans le miroir très lumineux se reflétait mon visage blafard de non-surfeur. On va vous faire quelque chose de jeune, de très à la mode. Pitié.

Kéké, sur le canapé, allongé de tout son poids sur un chat aplati, observe tomber au sol ma tignasse, d’un air rêveur. Lui est né chauve, ma femme avait l’air bien embarrassée avec sa brosse aux poils mous, il n’y avait rien à coiffer. Au sol, des cheveux blancs font comme du parmesan saupoudré dans ma salade de cheveux.

Comme ça m’arrive à peu prêt tous les huit mois, j’ai toujours l’impression d’entrer dans les ordres, de produire du pull comme un mouton. C’est toujours spectaculaire. Sur le plancher, un nid de poil grandit, on dirait une compote de chatons, une sorte de scalp. Ça y est, je ressemble plus au grand chef comptable qu’à Kurt Cobain, c’est bizarre que les choses aillent toujours dans ce sens.

A dix-sept ans j’avais les cheveux longs. Plus tard, je suis entré dans un salon de coiffure, à côté du MacDo, et l’employée m’a dit vous êtes sûr ? Vous avez bien réfléchi ? J’ai haussé les épaules, ce n’est pas comme si je faisais euthanasier ma jeunesse, tout de même. Est parti dans l’aspirateur l’essentiel de ma tronche, qui m’a accompagné un moment, pour beaucoup de choses, des premières, et des dernières. Ça y est, pensais-je en sortant méconnaissable, je pouvais éventuellement envoyer un CV au MacDonald d'en face. Avant, des scouts ivres me murmuraient, le soir : va te faire couper les cheveux ! Maintenant, le chef comptable me veut sur sa liste UMP, pour les élections.

Le lundi matin, au petit déjeuner, E. me regarde et dit : "Tiens, ça ne marche plus.
- Quoi, dis-je ?
- Avant, fait-elle, mélancolique, une bonne coupe de cheveux, ça te donnait toujours un coup de jeune. Là, non. Tu as l’air aussi vieux qu’avant hier. Tintement de cuillère dans la tasse.
- Sympa"m’exclame-je, la bouche tordue, exagérément.
Elle éclate de rire. Je prends mon blouson, ma tête de vieux, mon écharpe, mes écouteurs, et tous ensemble, nous allons nous faire aspirer par le métro.

En arrivant, des collègues s’esclafferont, comme si ma tête était la chose la plus cocasse de l’univers.

Pour la naissance de Kéké, une amie de ma grand-mère a voulu lui offrir un disque. Comme la personne n’y connaissait rien, elle a regardé au hasard, les pochettes, dans la grande surface, pour trouver finalement une image de gros bébé nageur. Elle s’est dit : tiens, ça a l’air bien pour un bébé ! C’était le premier album de Nirvana.

free music

Je lui ai fait écouter des extraits, vers trois ou quatre mois, pour rigoler ; il n’a pas eu l’air de trouver ça pire que ses dents. Ce disque, je l’écoute souvent, le matin. Ça va bien comme bande sonore, sur les visages immobiles des gens. Comme je ne m’entends pas parler, je dis « pardon » plus fort aux silhouettes qui, suspendues aux barres et aux poignées, semblent sécher comme des saucissons, au milieu du chemin. Alors, à mon passage, ils s’écartent en murmurant des choses confuses, ou bien, pétrifiés par une sollicitation imprévue, regardent droit devant eux, fixement, puis, bousculés, tombent comme des quilles sur le quai, remuant encore tels des poulets décapités. Je dois alors tous les ranger dans le wagon, soigneusement, les gens dérangés, avant que le métro ne s’en aille.

Commentaires

  1. C'est pour cacher tes cheveux blanc que tu mets un chapeau ?

    RépondreSupprimer
  2. Les cheveux ça sert à rien de toute façon... :-(

    RépondreSupprimer
  3. Y a qu'un ch'veu sur la tête à Matthieu...

    Nirvana pour un bébé ... :-)

    RépondreSupprimer
  4. Ah ouais, le disqaue, c'est bon... Bon cadeau tout de même.

    Tu sais, musicalement j'entends, on a les gosses qu'on mérité. Tu leur gaves les oreilles de trucs chouettes et ils sont différents après ; avec leurs gouts. C'est drole. Un ami a un gosse qui entre en transe à chaque fois qu'il entend une note de Mingus (pas simple Mingus pourtant).
    J'ai une fille qui adore Springsteen et l'autre Radiohead. Va comprendre.

    RépondreSupprimer
  5. Dis donc, ta femme elle a un sacré humour ;)

    RépondreSupprimer
  6. Nicolas : ouf, j'ai failli me faire couper le chapeau !

    Homer : et les poux, tu y a pensé ?

    Madison : quel fou rire quand j'ai ouvert le paquet !

    Dorham : pour l'instant, c'est l'inconnu, mais je suis curieux de voir ce que ça va faire. J'imagine que la plus part du temps, on aime à prendre le contrepied de ses parents.

    Nicolas2 : tu l'as dit !

    RépondreSupprimer
  7. J'oubliais : Zoridae : oui, elle est adorable ! Pour la st valentin va falloir que je trouve une merdouille, du style une pomme ou un coca ! ;)

    RépondreSupprimer
  8. Tu devrais plutôt lui offrir un livre (il serait temps qu'elle se cultive), genre le dernier Cormac Mac Carthy...

    RépondreSupprimer
  9. mais nous avons plein de choses en commun très cher, et merci pour Nirvana, bon coup de fouet ;-))

    J'aime bien cette phrase :
    "Je lui ai fait écouter des extraits, vers trois ou quatre mois, pour rigoler ; il n’a pas eu l’air de trouver ça pire que ses dents."

    le fils de son père, mdrrr !

    RépondreSupprimer
  10. Merci Fanette ! :)
    Oui, les dents, c'était très rock'n'roll ! :)

    RépondreSupprimer
  11. [m'énerve ce problème de mise en page à cause de deezer !!]

    RépondreSupprimer
  12. [Mais non, Nicolas, Deezer.com c'est le site qui fait des musiques pour le blog ! Le truc que tu insères fout la mise en page en l'air. Enfin, désolé pour ce râlage intempestif... ]

    RépondreSupprimer
  13. @ Balmeyer - Tu crois qu'ellkes vont écouter Michel Sardou, oarce que ça, ce serait un sacré contrepied...tu me fiches les jetons...

    RépondreSupprimer
  14. Balmeyer,

    Je sais, merci ! J'avais pourtant trouvé ça drôle...

    Explique @marc que ça fout en l'air la présentation, il vient de ronchonner sur mon billet de ce matin.

    RépondreSupprimer
  15. Dorham, non, Michel Sardou, c'est du domaine de l'éducation, voire de l'hygiène. Si elles écoutent, tu les menaces gentiment au début, sinon, la pension, et après la maison de redressement.

    RépondreSupprimer
  16. Rah, pardon, Nicolas, j'ai cru que tu n'avais pas compris.

    Je n'ai pas encore lu ton billet, mais j'ai trouvé pour la mise en page... c'est pénible.

    RépondreSupprimer
  17. J'ai juste oublier d'ajouter que je te trouvais beau, cheveux longs ou cheveux courts. Vieux mais beau.

    RépondreSupprimer
  18. Nicolas,

    J'émets une réserve sur cette affirmation...

    RépondreSupprimer
  19. Chez les hommes, les cheveux ont la faculté étonnante de migrer.
    Au début sur le haut du crâne, va comprendre comment, ils se retrouvent quelques étages plus bas.
    Par contre, je m'offusque, qui c'est qui le plus sexy ?
    Georges.
    Et qui c'est qui a les cheveux tout gris et n'est plus de première fraîcheur ?
    Georges.
    Alors hin.


    Les gens comme des saucissons dans le métro, là, c'est tout à fait cela, même l'odeur. En pire.
    Les camemberts aussi, ils sont mis à sécher pareillement ? non ?

    RépondreSupprimer
  20. Le lundi matin, au petit déjeuner, "E. me regarde et dit : "Tiens, ça ne marche plus.
    - Quoi, dis-je ?
    - Avant, fait-elle, mélancolique, une bonne coupe de cheveux, ça te donnait toujours un coup de jeune. Là, non. Tu as l’air aussi vieux qu’avant hier. Tintement de cuillère dans la tasse.
    - Sympa"m’exclame-je, la bouche tordue, exagérément."

    Grand... simplement Grand :-)))

    un vrai régal à lire :-)

    RépondreSupprimer
  21. E. : merci, mais je suis déjà casé.

    Nicolas : exactement.

    E. : ordure. Tu vas voir, ton cadeau de mes deux pour la St-Valentin, une éponge toute neuve !

    Dom : oui, je tente effectivement de penser à Georges Clooney quand je vois mes quelques cheveux blancs. Je ne sais pas si de son côté, il pense à moi, en examinant les siens.

    Marc : Merci. Comme E. me le souligne perfidement par email, tu apprécies un passage qui restitue ses paroles. Je vie avec un troll, le coup est rude.

    RépondreSupprimer
  22. Je tiens quand même à préciser, afin de lever toute ambiguïté, comme je rapporte les commentaires sarcastiques de mon épouse, qu'elle le dit avec humour pour me chambre. Je me plains, mais en fait, c'est comme si j'aimais bien ! :-)

    RépondreSupprimer
  23. Chéri, je me suis rasée ce matin, tu exagères de me traiter de Troll !

    RépondreSupprimer
  24. @Balmeyer
    tu devrais demander des conseils en "html" à Gael.
    J'ai simplement apprécié l'humour de ta tendre :-))

    RépondreSupprimer
  25. à balmeyer,

    trés beau texte, malheureusement la catégorie cap coiffure n'existe pas non plus chez WIKIO....

    où vais-je bien pouvoir vous classer le mois prochain ?

    Mlle AGNES de WIKIO

    RépondreSupprimer
  26. Melle Agnès,

    Arrêtez de faire le con pendant les heures de bureau.

    Signé : M. Paul de Wikio

    RépondreSupprimer
  27. e : tant mieux !

    marc : je pense bien ! On aime bien se chambrer.

    Gaël : maintenant qu'on connait melle Agnès, on va pouvoir réclamer toutes les catégories que l'on veut ! Coiffure, Caca, Cowboys Etanches, Blogs de Gaël, etc.

    Nicolas : elle est payé pour lire des blogs ! Tu y crois ça ! :-)

    RépondreSupprimer
  28. Mademoiselle Agnès, Monsieur Paul,

    Vous embauchez chez Wikio ?

    Peut-être que quand je travaillerai chez Wikio, je pourrais enfin rédiger les spécs attendues par la MOA plutôt que de passer des journées à lire des blogs.

    RépondreSupprimer
  29. Ici, la coiffeuse, c'est moi.
    Coupe unique et gratuite.
    Dans le jardin, avec la tondeuse sans fil.
    j'y poursuis mes futurs clients qui hurlent au voleur de cheveux.
    Des bizettes (pfouarf il a des cheveux blancs.)

    RépondreSupprimer
  30. Elle est sympa la E. dès le matin ! Déjà que tu es traumatisé par ta perte capillaire et voilà qu'elle en rajoute sur la décrépitude cranienne !
    :-)

    [beau texte !]

    RépondreSupprimer
  31. Nicolas : mort de rire ! Madame Agnès, en secret de son travail de lectrice de blogs, fait des spécs attendues par la MOA !

    Mélina : chouette anecdote ! :) J'aime beaucoup.

    Filaplomb : Oui, ce matin, c'était encore mieux, il faut que j'en fasse un billet : "au fait, tu as ta carte d'identité sur toi ? Je sais pas moi, au cas où le métro explose, qu'on puisse t'identifier !" Véridique... Elle est folle !

    RépondreSupprimer
  32. Oui, j'ai réalisé après coup que la carte d'identité risquerait de fondre... Il faudrait que je te fasse fabriquer un badge spécial, antifeu...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…