Accéder au contenu principal

Les gardes russes(7) : les grandes manœuvres

En coulisse, notre cœur bat vite, c’est idiot. Nous sommes en jeans, embarrassés de la sueur des objets lourds à porter, et là il nous faut faire semblant, comme au temps des cabanes. Devant nous, Orlofsky, silencieux, absorbé, marche doucement, très froid, de long en large. Il a l’air déterminé, comme un gentilhomme blafard avant un duel. Le répétiteur en guise d’orchestre saute à pieds joints sur le clavier et soudain, une voix retentit : Mesdames et messieurs… ! Voyant nos faces de poulets en batterie perdre jusqu’à leur pâleur, Orlofsky s’interrompt une fraction de seconde avant son entrée, il nous murmure avec un clin d’œil malicieux : « Allez, en scène messieurs ! » avant d’aller se perdre dans la lumière… La voix lointaine conclue : Voici le prince Orlofsky !

Somptueusement, légèrement, négligemment, Orlofsky ouvre les vastes battants ; derrière, tentant de le suivre, nous nous percutons, Boche et moi. Le prince entame son air et descend lentement l’immense escalier fait de cercles concentriques. Nous n’apparaissons pas. Puis reprenant nos esprits, nous surgissons, et suivons le mouvement. Cet escalier, pendant des jours nous l’avons monté, et à présent, nous le descendons. La lumière est aveuglante, imaginez un entretien d’embauche avec des centaines de recruteurs vous montrant du doigt. Imaginez l’arrivée triomphante des nouilles dans le micro-onde. Une grimace plaquée sur le visage, nous tentons de prendre l’air farouche, c’est la consigne, mais gardons les yeux clos et humides, comme au réveil lorsqu’on ouvre les volets sur un été furieux.

De chaque côté du seuil, nous nous déployons : l’objectif est le milieu de l’escalier. Je m’aperçois que j’ai compté une marche de plus : je suis trop bas. Discrètement, je tente de remonter une marche, tandis que de son côté, Boche voulant corriger mon erreur, en descend une. Je comprends son mouvement, et je descends une marche, pendant que Boche, qui constate le malentendu, remonte d’une marche. La synchronisation est difficile, nous trépignons un moment entre deux paliers. Le metteur en scène remue la tête, affligé. Rien n’est en place, à la veille de la générale. Il se dit qu’une fuite en Uruguay ou un suicide collectif sont peut-être des alternatives très honorables.

Immobiles et raides, nous sommes en faction ; nous avons connu nos quelques secondes de mouvement sur scène, et là, nous avons le temps. Il nous faut rester trois quart d’heures les bras croisés, tandis que les intrigues et les quiproquos se nouent avec des gestes grandiloquents, des galipettes sur le canapé, des peaux de bananes, des placards farcis d’amants moustachus, au loin sur la scène. Habitués enfin à la lumière, nous observons, toujours farouches et les bras croisés. Les choristes, désœuvrés, plantés comme nous, nous dévisagent, moqueurs ou attendris. Toute une troupe de gens sans costume, aristocrates en survêtement, comtesses en sandale s’amusent à être leur propre poupée Barbie. Certaines grisettes, pour rire, gloussent, nous font des signes obscènes. Toujours un verre en plastique à la main, quelques uns abordent leur rôle de silhouettes avec une louable conviction, et s’élancent dans des conversations muettes sans queue ni tête, espérant se faire remarquer. Des habitués sans illusions discutent véritablement. Avec un air très emprunté qui sied à la situation, ils échangent des recettes, des opinions sur des films, parlent des bonnes affaires, pour passer le temps. D’autres s’amusent en tenant très dignement des propos des plus pornographiques.

Au bout de trois quart d’heure, voyant que personne n’est en place, le metteur en scène pique une colère contre nous : Les gardes russes ! Un peu de prestance bon sang ! Le temps passant, nous nous sommes en effet avachis, et bossus, appuyé contre le mur, une épaule plus basse que l’autre nous sommes comme vidés de substance. La répétition s’interrompt, nous restons quelques secondes figés. Le prince, par ironie ? par délicatesse ? vient nous féliciter. Il nous serre la main, et lance : bravo je suis bien entouré !

Commentaires

  1. La scène de l'escalier m'a fait avaler de travers mon café ;)

    RépondreSupprimer
  2. Fais gaffe au clavier tout de même ! :)

    RépondreSupprimer
  3. Faudrait voir à arrêter de faire le con dans les escaliers.

    RépondreSupprimer
  4. A propos d'escalier, j'ai retrouvé des vraies photos de ce spectacle, avec nous plantés sur les escaliers... j'en mettrai une pour le prochain, c'est amusant.

    RépondreSupprimer
  5. Tu peux les envoyer au type de Quicoulol qui sera les exploiter au mieux.

    RépondreSupprimer
  6. la prochaine fois que je mets des nouilles dans mon micro-onde, je pense à toi^^

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas, oh non, des photo de moi nu, je préfère les garder pour ici ! :)

    nea, merci, je savais que cette belle métaphore allait reveiller chez toi une passion culinaire !

    RépondreSupprimer
  8. Donc, t'es prêt pour le Crazy horse, non ?
    Pour les nouilles, j'observerai, mais déjà, je ne les cuits pas au micro ondes, mais même dans la casserole d'eau bouillante, je ne leur ai jamais vu un air triomphant.
    Crier, parfois on les entends crier, comme les langoustes, ou les patates.

    RépondreSupprimer
  9. Dom : j'assume beaucoup de chose dans la vie, j'assume d'avoir porté une veste en jean "Iron Maiden", j'assume d'avoir un jour pété au boulot alors que je me croyais seul, mais jamais au grand JAMAIS je n'assumerai cette phrase... moi le père nourricier qui fait parfois à manger à mon fils, je n'ai jamais fait cuire la moindre pâte au micro onde... je j'ai d'ailleurs pas de micro-onde.

    Je ne sais pas ce qui m'a pris d'écrire ça. La pression. Le stress. Mes parents. Je ne sais pas. Je ne sais plus.

    Je ne sais plus où j'en suis.

    RépondreSupprimer
  10. Bon , les nouilles , c'est comme une armée de petits , y a ceux qu'on se met dans le nez , l'air de rien , et y a ceux qui ressemblent à des pieuvres , c'est malin , à l'heure du compte.. qu'est ce ki faut pas faire pour manger son plat de nouilles ?

    RépondreSupprimer
  11. mc, les nouilles dans le nez, une armée de petits, des pieuvres : quels genres de produits prends-tu ? Sais-tu que certaines substances sont illégales ?

    Sinon, mon épouse se moque de moi car j'ai employé le terme "belle métaphore" dans les commentaires à propos des nouilles. Si vous saviez comme c'est dur de vivre avec le troll de son blog... Là, aucun moyen de modérer...

    RépondreSupprimer
  12. bon , mon clavier a oublié de taper "verres"..Pas besoin de les boires pour moi, l'odeur me suffit. je suis hyper économique sur ce plan là.

    RépondreSupprimer
  13. Splendide.
    A mourir de rire. On croirait du Westlake !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…