Accéder au contenu principal

Secrets de caca

J’étais avec kéké dans la cuisine ; tandis que j’essuyais de la vaisselle en rêvassant, lui jouait près de moi, faisant rouler des voitures sur une étagère. Il ne s’éloignait jamais de ses parents de plus de trois mètres. Nous l’appelions à ce sujet : petite glu. Lui même s’exclamait parfois : « Attendez moi ! Petite glu arrive ! » lorsque nous changions de pièce. Nous l’apercevions alors déménager ses quatre voitures prestement pour établir sa base près de nous. En enfer, tandis que je me ferai rôtir méchamment pour m’être trop complu dans les blogs, il sera là, à quelques pas, à faire rouler ses voitures sur une roche.

J’étais donc rêvassant quand j’aperçus son visage se crisper, devenir rouge. Distraitement, comme je le faisais depuis toujours, je lui dis : « Alors, on fait un petit caca ? ». Mais pour la première fois, il eut l’air gêné, il se cacha derrière l’étagère en répondant d’un air sévère : « Non ! ». Penaud, je m’excusais aussitôt, et je me tournais pour contempler le mur, mon assiette à la main. Il devenait pudique.

Mon fils et moi, nous avons une longue histoire de cacas derrière nous.

A la maternité, je me souviens de son premier caca. J’avais ouvert sa couche pour y découvrir une étrange bulle de pétrole. Je l’avais contemplée, fasciné : j’avais sous mes yeux le premier caca d’un être humain. Etrange nature. Qui peut se vanter de ça, en rentrant chez lui le soir ? Le premier caca d’un homme. Qui se souvient du sien ? C’est un petit caca pour l’homme, mais un grand caca pour l’humanité. Un être, soudain fécondé, se déploie au soleil comme un tournesol, et quelques temps plus tard, l’amarre coupé, il expulse la première récolte de ses tripes. Quand il essaiera de m’embobiner, méprisant ma musique de vieux que j’écouterai toujours, je pourrai lui répondre, impérial : moi, j’ai vu ton premier caca.

Plus tard, entre quatre et neuf mois, il eut des problèmes de constipation. Des cacas durs, plus gros que lui, tentaient de sortir sans délicatesse, comme d’affreux aliens. Il me regardait terrorisé, se demandant qu’est-ce que c’était que cette vie, avec ces choses qui sortent en vous transperçant : le caca, les dents, la morve, les ongles qui labourent le visage. Dans ces moments là, ne pouvant me retourner vers le service après vente de Dieu, je tentais juste d’être solidaire. Je lui tenais les mains, de grosses larmes coulaient de son visage paniqué, et je lui répétais, comme un obstétricien fécal : pousse ! pousse ! Mon épouse me prenait pour un original. Le caca sortait enfin. Nous étions délivrés. La vie se dégageait comme un vaste champs de blé ukrainien. Plus tard, quand il marchait à peine, vers un an, il venait parfois me chercher, dans ces moments douloureux, pour s’agripper à mes doigts comme au guidon d’un vélo, dans un col ardu.

Mais ce soir là, dans la cuisine, toutes ces choses commençaient à avoir vécu, sembla-t-il. Je soupirai, maudissant comme tout un chacun ce satané temps qui passe. Mais fatalement, il faut bien un jour s’en défaire, de cette intimité écrasante, dévorante : connaître les petits secrets des cacas, comme si je le connaissais par cœur, comme s’il était un automate que j’avais monté de mes mains ! Cette petite glu qui nous suivait partout ; les jours qui passent font tout sécher, et soudain le voilà qui se détache un peu.

Commentaires

  1. Je connais cette sensation de l'enfant qui grandit. J'ai le souvenir de ma fille montrant les premiers signes d'une pudeur face à moi et moi m'excusant.

    RépondreSupprimer
  2. franchement vieux, il est encore temps d arreter d appeler kéké "kéké" !
    avec un peu de chance, il aura oublié , ado... mais si tu continues, un jour, il vroudra te mettre un coup de skate dans la mouille pendant ton someil ! y foutra tes cd de led zep dans le micro-onde et chiera dans la contre basse

    Mr Romano ( qui, je le rappelle, voit tout !!)

    RépondreSupprimer
  3. He oui... Un jour c'est lui qui lavera ton caca. La boucle sera bouclée.

    RépondreSupprimer
  4. J' te fais pas le classique : "et un jour, il voudra plus que tu le déposes devant l'ecole mais 100 metres avant?"...
    Soit possitif, dorénavant, tu peux allez aux toilettes la porte FERMEE en toute légitimité...

    RépondreSupprimer
  5. C'est ce qu'on appelle une régression ...on en revient toujours à des histoires de pipi-caca !

    RépondreSupprimer
  6. à tietie007 ce n'est absolument pas une régresseion, balmeyer recommence à écrire pour des incultes comme moi !!!

    vivent les cacas !

    autrement c'est vrai qu'avec les jumelles, il me semble avoir déclaré à mon épouse, lors du premier changement de couche : "nous voilà rois du pétrole !" j'en rigole encore (tout seul...)

    RépondreSupprimer
  7. En ce qui me concerne, c'est un secret qui restera bien gardé ! L'enfance et la paternité ne me sont pas autorisées, et j'envie ton évocation. La seule chose à quoi j'ai accès, du coup, et je ne m'en prive pas, c'est touche-pipi... A chacun ses petits vices !

    RépondreSupprimer
  8. Tu seras comprendre que ton fils vient de faire un bon gros caca qui pue, toute la pièce embaume !

    RépondreSupprimer
  9. *** gasp *** Je viens de perdre toutes mes longues réponses à vos commentaires... je m'y remets plus tard là je n'ai pas le courage ! :)

    RépondreSupprimer
  10. Le caca, c'est un truc ultra-sérieux et ultra-drole à la fois. Pour un gosse, c'est une étape ultra-sérieuse.
    Les gros complets dont tu parles, ma fille a refusé de les faire. Pendant près de 6 mois, il m'a fallu batailler pour vaincre avec elle cette angoisse.
    C'est terrible parfois de grandir.

    RépondreSupprimer
  11. trop mignon :-)

    et oh combien psychanalytique, surtout la fin ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Zut je voulais écrire : "tu seras content d'apprendre"...
    Bon ben j'en profite pour ajouter que la consistance était géniale aussi, bien collant le caca !

    RépondreSupprimer
  13. Le grand retour de kéké ! J'adore !

    RépondreSupprimer
  14. bien bien bien, j'en suis au chapitre masturbation avec mes 2 grands, et j'envie celui du caca qui sort sans qu'on puisse l'en empêcher trop longtemps " mais maman, c'est pas normal que je perde des trucs dans ma culotte", ce à quoi il m'était super facile de répondre " tout ce qui pue doit sortir".
    Je sais...

    Des bizettes

    RépondreSupprimer
  15. non mais tu te rends compte que tu dis que ton fils devient pudique et que tu parles de son caca A LA TERRE ENTIERE ? honte à toi, pere indigne^^

    RépondreSupprimer
  16. nea,

    C'est pas pire que Melinda qui parle de leurs branlettes !

    RépondreSupprimer
  17. *** allez courage ! je reprends mes réponses toutes z'effacées ! ***

    marc : c'est vertigineux, on se rend compte qu'on a fait un vrai être humain.

    Mr Romano :Même à son mariage ou son PACS, je l'appelerai Kéké ! Tous les deux mois, je vérifie s'il se rappelle bien de son prénom, histoire de pas avoir la honte quand on ira à l'école.

    Nicolas : oui, j'y ai pensé. Vive l'euthanasie !

    K : ça t'est arrivé ? Raconte ! :)

    tietie : bienvenue ici ! Vive la regression, vive le caca ! On faisait la reflexion avec ma compagne, à propos des leçons de calcul ou d'histoire qui allait venir un jour, qu'il était doux de grandir une seconde fois.

    Gaël : Non je n'écris pas pour les incultes ! J'aime le pipi-caca-vomi, c'est mon lyrisme fait maison. Sinon, belle expression, les rois du pétroles, j'y penserai quand j'aurai mes jumeaux ! :)

    RépondreSupprimer
  18. oh!91 :Adopte ! :) Ca fait longtemps que je muris un sujet en ce sens, mais comme c'est sérieux, ça prend du temps, je suis maladroit.

    e. :Il est adorable ce garçon ! C'est ça façon à lui de commenter mon billet.

    Dorham : Pareil ! C'est du sérieux, le caca. Je suis abasourdi de constater que ce n'est pas une chose simple. Il a peur de ce truc qui lui sort des fesses, et qu'on abandonne dans un trou d'eau. Si j'avais imaginé ça ! Il a fait son premier caca dans le pot avec moi (je précise pour ma femme, histoire de me la péter grave), et j'ai vu qu'il avait une petite mine inquiète.

    madison : merci ! Ce que tu dis me rapelle mes lacunes géantes dans ce domaine.

    zoridae :oui c'est le retour ! J'avais fait ce billet il y a quelques jours, et ça me manquait un peu, les histoires de kéké-caca. Et puis aussi, plus il grandit, moins je sais comment décrire ce petit être qui devient de plus en plus complexe.

    Mélina :Vive le caca ! Vive la masturbation ! (c'est drôle d'écrire ça, alors que dans la vraie vie je suis très réservé et plutôt pudique... ah les blogs...)

    RépondreSupprimer
  19. nea :mon blog n'existera plus quand il saura lire ! :)

    nicolas : C'est vrai, dis donc Mélina, t'éxagères, moi j'étais super complexé avec ça ! :)

    RépondreSupprimer
  20. quand tu parles de pudeur, je ne suis pas sûre que kéké appréciera quand tu l'appelleras kéké quand il aura 20 ans. Je dois essuyer des regards qui tuent quand j'appelle les miens toto (30 ans) et tintin (28) !

    RépondreSupprimer
  21. Balmeyer, il faut que tu saches que le oueb n'oublie rien, jamais, même effacé tout est toujours là. non seulement nous serons peut être 60 millions dans 10 ans à te reprocher d'avoir mis des nouilles dans un micro-ondes et de leur avoir trouvé l'air triomphant en prime, mais nous serons également peut être 60 millions à appeler un grand benêt Kéké (parce qu'avec un nom pareil, on ne peut devenir qu'un grand benêt, méfie toi) et à tout savoir de sa première crotte pudique.

    Bon, et quand est ce que tu lui apprends à pisser debout ? parce que là aussi c'est un grand moment de gloire triomphante.

    RépondreSupprimer
  22. Merci de m'avoir redonné le goût de rire toi et Nicolas aujourd'hui, vous avez fait quoi ce week end ?Biz man !

    RépondreSupprimer
  23. N'ayons pas peur de parler de ce premier caca. Et puis, une fois sorti, cela relève de l'affaire publique.

    Je me souviens aussi du premier caca, de mon premier enfant. Noir qu'il était. Pas l'enfant, le caca.

    Et bien, je vous remercie, grâce à vous ce osuvenir m'est revenu à l'esprit. Première visite chez vous, je repasserai.

    Accent Grave

    RépondreSupprimer
  24. Fascinante manière d'évoquer un thème ô combien crucial... ! ;-)))

    RépondreSupprimer
  25. zab : toto et tintin ! :) C'est pas pareil, kéké, c'est vraiment trop classe. Non ? Ah bon.

    dom : Déjà, pisser assis dans le pot, ça sera un bon début !

    fanette : merci ! Ce week-end ? Bah, rien de spécial. J'aurais bien tué un chat, à force de faire leur littière, mais on m'a fait comprendre qu'il ne fallait pas.

    accent grave : Bienvenue ! J'irai vous visiter avec plaisir.

    jo : Si j'avais eu moins de pudeur, j'aurais abordé le délicat problème de la gastrau-entérite... mais je tiens à garder mon image de blogueur absolument sophistiqué.

    RépondreSupprimer
  26. Il ne t'a pas échappé que l'adoption n'est pas autorisée aux couples homosexuels... Hélas ou pas hélas, je ne sais pas, parfois j'en souffre, du coup la question n'a pas eu le temps de me toturer.

    RépondreSupprimer
  27. oh!91 : et cette décision récente ? Ca m'a l'air bien parti pour. En tout cas, l'adoption est absurdement difficile. Je vais essayer d'en faire un billet, mais c'est un sujet bien plus ardu que le caca, j'espère avoir los corones pour terminer.

    Mais en gros, homosexuels ou pas, il y a deux sortes de position : ceux qui ne veulent pas entendre du tout parler d'enfant, et ceux qui en voudraient. Le simple fait d'arriver dans la seconde catégorie est le fruit d'un tel cheminement, d'un tel parcours intérieur, que cela devrait suffire, par principe.

    On interdit l'adoption aux homosexuels car de manière ancestrale, on confond homosexualité et pédérastie, et on recouvre ça d'un pudique discours sur la "construction" de l'enfant qui a besoin pour modèle d'un père et d'une mère.

    Enfin bon, on verra ça.

    RépondreSupprimer
  28. "homosexuels ou pas, il y a deux sortes de position" : Bien !

    RépondreSupprimer
  29. T'as pas fini de le regarder grandir......(soupirs...) profites bien de ces moment de la vie caca et autres... ils grandissent tellement vite les loulous...... ! mon grand 10 ans déjà et quand je lis des choses sur ton Kéké j'ai l'impression que j'ai vécu ça il y a juste 4 ou 5 ans...... bouuuuuuuh !
    joli billet en tout cas !

    RépondreSupprimer
  30. "Quand il essaiera de m’embobiner, méprisant ma musique de vieux que j’écouterai toujours, je pourrai lui répondre, impérial : moi, j’ai vu ton premier caca."
    quel vilain papa machiavélique ;)

    RépondreSupprimer
  31. Nicolas : zobsédé ! :)

    Romy : oui, la vie avec un nourisson commence à être un souvenir brumeux : j'ai l'impression que ça n'est pas arrivé en vrai...

    Mlle A : gnark gnark ! J'aurais du le conserver au congélateur, d'ailleurs....

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…