Accéder au contenu principal

L’Orphée Noir

Le garçon entraîne son camarade, ils courent, c’est presque l’aube. C’est une sorte de secret. Ils montent la petite colline ponctuée d’arbustes secs ; à son sommet est offerte une vue sur la baie. A l’est, l’horizon maritime, tendu comme une corde, sombre, frémit, la nuit va s’effiler. Tout en courant, le garçon désigne l’homme qu’ils suivent, qu’ils aperçoivent un peu plus bas, isolé dans ses pensées. Regarde ! Il est là. C’est Orfeu, c’est l’employé du tramway. C’est un héros de carnaval. Il joue comme un dieu. Lui, il chemine tranquillement, comme tous les matins, s’imaginant seul au monde, avec une guitare empoignée au milieu du manche.

Il a ses yeux baissés vers le sol, le chemin de terre, de sable, indifférent à cette vue qu’il connaît par cœur, la Baie de Guanabara s'étendant en contrebas et l’océan et l’écume et la reptation de son corps couvert de mailles serrées et lumineuses, comme l’écaille d’un poisson considérable. Il s’arrête sur un monticule, et regarde alors le paysage d’avant l’aube.

Les garçons se sont dissimulés derrière des fougères, leur tête en dépassent. Ils fixent la silhouette, plus bas. Le camarade murmure : qu’est-ce qu’il va faire ? L’autre lui répond, avec gravité, avec importance : il va faire se lever le soleil. L’ami fronce les sourcils, incrédule. Bien sûr que si ! Il lui secoue le bras pour mieux le convaincre. Regarde. Le silence les gagne.

L’Orphée Noir, assis, sourit un peu, son instrument léger posé sur la cuisse. Il parait accomplir une besogne secrète, ponctuel, lampiste du ciel, horloger de la voûte céleste. Regarde. Puis il commence enfin à décliner quelques accords, danse très lente, à la limite du mouvement. Lèvres closes, il fredonne, aussi, un peu. Les garçons sont pétrifiés, bouches bées, leur visage doré battu par les fins végétaux qu’agite une brise. Le temps en passant fait un bruit de ressac. Là, au loin, l’horizon s’épaissit alors, blanc, les nuages amoncelés s’allument, les rayons ondulent comme des serpents, l’œil de lumière s’ouvre, la braise du monde se ranime dans un second souffle ; c’est une évidence, mais c’est une évidence qui est comme un miracle : le jour se lève.

free music


Commentaires

  1. on s'y croirait. non vraiment, manha de carnaval plus ta belle plume c'est commencer la journée du bon pied :)

    RépondreSupprimer
  2. "L’Orphée Noir, assis, sourit un peu, son instrument léger posé sur la cuisse. Il parait accomplir une besogne secrète"

    Hem...

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis plié de rire, Nicolas, mais comment fais-tu ? :o)

    Pourtant j'ai bien fait la relecture "Nicolas", pensant que tu ne trouverais rien de grivois ! :o)))

    RépondreSupprimer
  5. J'allais dire à peu près la même chose que Nicolas, mais il est passé avant moi : j'essaierai de venir plus tôt la prochaine fois...

    RépondreSupprimer
  6. Balmeyer,

    Je vais te donner mon truc : j'ai l'esprit aussi mal tourné que Didier Goux.

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas, Didier, vous formez un sacré duo ! Il faudrait que je publie des extraits de feue la constitution européenne, pour vous pousser dans vos retranchements...

    RépondreSupprimer
  8. Dans que c'est dans les retranchements...

    RépondreSupprimer
  9. «Dans que c'est dans les retranchements...» ?

    On parle comme ça, à gauche, maintenant ? Pas étonnant que votre message soit inaudible !

    (smiley ! smiley ! pas sur la tête !)

    RépondreSupprimer
  10. Oups ! On ne devrait pas commenter à l'heure de l'apéro.

    "tant que c'est dans les retranchements..." voulais-je dire.

    Remarque ! On peut considérer qu'il n'y avait que deux lettres mauvaises dans un seul mot. A gauche, on est optimiste.

    RépondreSupprimer
  11. Nicolas, moi aussi je suis tordue de rire... (Et j'avais pensé la même chose que toi mais jamais je n'aurais osé l'écrire...)

    RépondreSupprimer
  12. Ma mère a lu ton blog, chéri, tout à l'heure et elle m'a dit : "ses commentateurs sont un peu farfelus non ?"

    RépondreSupprimer
  13. Ses commentateurs trouveraient du grivois même dans la constitution européenne, c'est dire.
    Et en plus, ils boivent des bières, à deux.
    Collusion de commentateurs.

    RépondreSupprimer
  14. Même remarque que Nicoals et ses comparses aux idées mal placées.

    Balmeyer, navrée, mais preuve en est faite: tu as un public de pervers.

    RépondreSupprimer
  15. Ce que j'aime surtout, c'est l'expression "besogne secrète". Combien d'adolescents se besognent secrètement tandis que l'on palabre ???

    RépondreSupprimer
  16. Crois tu qu'il aurait dit à rama Yade, "tu me salis ?"

    RépondreSupprimer
  17. ça doit faire tout bizarre de voir un lever de soleil sur la mer. Faut absolument que j'aille voir ça.
    Mais c'est strictement pour le soleil hein, l'instrument d'Orphée n'évoque absolument aucun balbutiement de soupçon d'intérêt pour moi.

    RépondreSupprimer
  18. Tu m'as donné envie de revoir le film...

    PS : je dois avoir l'esprit aussi mal tourné que Nicolas, la phrase m'a sauté aux yeux lol

    RépondreSupprimer
  19. Tiens ! Je n'ai répondu à personne ici ! J'ai oublié !

    Bon, vos commentaires m'ont bien fait rire, j'étais à mille lieu de tout ça, mais c'est vrai que "..L’Orphée Noir, assis, sourit un peu, son instrument léger posé sur la cuisse. Il parait accomplir une besogne secrète..." ça peut prêter à confusion avec un peu de recul !

    Toujours est-il que vous êtes quand même un gros tas d'obsédés ! :o)

    RépondreSupprimer
  20. J'ai dit "un gros tas d'obsédés", pas un "tas de gros zobsédés", nuance.

    Mais je crois qu'au bout du compte, on me dira un "gros tas de gros obsédés", alors j'anticipe...

    (comme dit Didier : smiley ! smiley !)

    RépondreSupprimer
  21. Suis pas d'accord.
    Je suis grosse, c'est tout.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…