Accéder au contenu principal

En avant l'amnésique

Je regarde par la fenêtre, j'ai un balcon étroit qui donne sur la rue. J'ai toujours rêvé d'un petit balcon pour y fumer mes cigarettes ; maintenant je ne fume plus, mais j'ai un petit balcon.

Je le regarde et je pense, le visage écrasé contre la vitre : maudit petit balcon. J'ai passé une semaine étrange. Je suis fatigué, comme j'ai commencé une cure de vitamines, je suis fatigué en pleine forme.

A la cantine, le cuistot commence à m'appeler Monsieur Frite. Je n'aime pas ça. Mais comme je suis très ouvert d'esprit, je souris et je réponds : "j'aime les frites, que voulez-vous." Aujourd'hui, Z. est allée à l'hôpital, avec Kéké, comme ce n'était pas grave, finalement, nous avons été soulagés.

Pour me récompenser de toutes mes aventures depuis l'aube de mon humanité, j'ai décidé de prendre des frites à midi. Le cuistot est arrivé, me voyant avec mon plateau orné d'une nappe en papier blanche, il m'a dit, il m'a susurré plutôt, avec une merveilleuse discrétion : "avec ça, des frites ?"

Je me serais cru au Fouquet's, ou dans un bordel de luxe, je me sentais comme le Prince d'un quelconque rocher. Ce tact très hôtelier, cette épochè du patron de bar face à son pilier, c'était remarquable. J'ai opiné, au diable les z'harricots et la glauque engeance légumineuse, donnez moi de la patate, pour que j'ai la patate.

Avec une noblesse achevée, un geste expert et mélancolique, il a sorti la grille de la friteuse, et le produit étincelant de la friture semblait un cabas rempli d'or !

Dans le métro quelqu'un parlait tout seul, je me suis surpris à ne plus en être surpris. J'ai posé mon livre sur mes genoux, et regardé au loin, dans l'infini obscur derrière la vitre, un infini avec moi en train de nager dans la mer, hélant les gens sur la plage, regarde comme je vais loin, vacances permanentes, et une fille pas tellement belle a cru que je la fixais intensément, elle s'est levée quelques secondes plus tôt que nécessaire pour sortir. A la place de cet infini de songe, il y avait une sorte de fauteuil vide.

Kéké est sur le lit, pendant ce temps, allongé, il regarde son chien en peluche, sa bonne fripe fidèle, il lui dit : "tu es beau comme un vieux."

Commentaires

  1. C'est mon tunique bleu préféré. le titre. Vive Blutch !
    (je vais lire le billet maintenant)

    RépondreSupprimer
  2. Je te conseille la soupe de légumes. Ça ressemble pas à un cabas rempli d'or, une louche de potage, mais avec une bonne cure tu seras moins fatigué en pleine forme. Après, se priver de frites ça peut rendre aigri, c'est toi qui vois.

    beau texte balmeyerien à souhait !

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. J'adore le titre ! et la fripe belle comme une vieille ! et être fatigué en pleine forme vitaminée ! Et "je me suis surpris à être surpris".
    Merci Bats l'meilleur !

    RépondreSupprimer
  5. Kéké a déjà compris où résidait la seule beauté authentique ? C'est fort.

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Avec frite et fripe et sans frime, c'est beau ce que vous écrivez. Et bravo à Kéké pour la réhabilitation des vieux, il était temps.

    RépondreSupprimer
  8. Dorham : de rien, mon vieux.

    Nef : tu veux dire que le titre était pris ? Ah oui.

    Nicolas : ça va être ta fête.

    Marie-Georges : en octobre, j'ai mangé un fruit. La propagande étant 5 fruits ou légumes par an, j'en ai encore 4 à faire avant la fin de l'année.

    Catherine : oh ! c'est surtout kéké.

    Commentaire supprimé par l'auteur : Je comprends, Gaël, ce n'est pas facile de parler de ses organes sexuels, tu as bien fait de supprimer si tu n'étais pas prêt à nous confier ça.

    Lois : apparemment, le titre a déjà été trouvé, selon cette raclure sadique grecque qu'est Nef.

    Didier : oui. Je n'ai pas cherché à défloré le mystère de cette phrase, mais il a vraiment dit ça à son chien.

    RépondreSupprimer
  9. Des patates ! Des patates ! Des patates !

    La finance mondiale te remercie pour ce post encourageant...

    RépondreSupprimer
  10. « Dans les débats publics, Obama commence à m'appeler Monsieur Frite. Je n'aime pas ça. Mais comme je suis très ouvert d'esprit, je souris. »

    John McCain, Journal de campagne, Presses de la Cité, 2008, p. 453.

    Décidément, ce qui se publie sur la blogosphère a parfois des résonances bien singulières.

    RépondreSupprimer
  11. Merlin : merci, finance mondiale ! :-) ! (cent patates ? ha !!...)

    Chieuvrou : j'ai toujours gardé dans le silence mes jeux de mots sur Barbaque et Frite. Je vous remercie de nous montrer la voie et de nous faire dépasser la honte du calembourgeois ! Barbaque Obama et Frite MacCain !!

    RépondreSupprimer
  12. J'ai tout lu et c'était bien agréable mais au moment où tu as quitté le balcon, est-ce que tu n'as pas refermé la porte derrière toi, ce qui expliquerait que je n'ai pas capté la fin de l'histoire ?

    RépondreSupprimer
  13. Ben à la fin, un vieux mange une frite. C'est comme un film suédois, mais belge aussi. Entre les deux. Un film danois, voilà.

    RépondreSupprimer
  14. si j'ai bien compris : t'as arrêté de boire, t'as arrêté de fumer... et tu prends des vitamines, va t'étonner après que ton fils prenne les vieux pour des peluches, euh, prenne les peluches pour... (aucun rapport, je sais). Quand je te lis (surtout les scènes au boulot), je vois des images de Brazil (le film). Et de te lire ça donne la pêche !

    RépondreSupprimer
  15. Affolant le titre mais... le texte ça donne la frite...être "beau comme un vieux ou une !!!" n'est-ce pas l'essentiel

    RépondreSupprimer
  16. dans la soupe de légumes y a des patates aussiiii
    Kéké est philosophe;il se remet de sa nuit avec ses baby sitters?

    RépondreSupprimer
  17. Tes frites, nature ou à la Picallily ?

    RépondreSupprimer
  18. La poésie sort de la bouche des enfants.
    Cela dit, très beau titre, sans rapport avec le billet, j'ai l'impression, mais si on ne doit plus écrire que des choses cohérentes, on ne va plus écrire grand chose...

    RépondreSupprimer
  19. Oui, les titres sont souvent très bien chez Balmeyer...

    RépondreSupprimer
  20. J'avais déjà lu sans avoir le temps de vous dire tout le bien que j'en pensais.Du titre épatant jusqu'à la chute délicieuse : rien à jeter, comme d'habitude.

    RépondreSupprimer
  21. A tout le monde : merci.

    Marie-Georges : ok. Merci.

    RépondreSupprimer
  22. je débarque ici à cause de la Tata Lulu de Tifenn, elle m'a donnée envie de faire un tour par chez toi, et c'est sympa par là: on parle bien, on mange des frites, on prend le metro, on fait semblant de lire, et Kéké philosophe.

    RépondreSupprimer
  23. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  24. Balmeyer,

    Tu as effacé un commentaire par mégarde. Celui qui faisait la promotion de :
    http://www.franceblogs.net.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…