jeudi 24 mai 2007

Le jeune qui attend

J'ai en face de moi un stagiaire qui attend. C'est un jeune, on dirait qu'il a encore le nombril humide de désinfectant. Devant son écran, il fait son stage d'ordinateur.

C'est marrant, en général le jeune stagiaire tape beaucoup. Soit il croit en son projet, ivre d'inspiration et sûr de révolutionner la science informatique avec son récent savoir faire, il met en pratique tout ce qu'il a lu dans les sites du web, et il dit "j'ai déjà fini" ; soit il découvre les forums et le chat à volonté. Dans tous les cas, il est vrillé à son écran, avec un air d'assoiffé sexuel électrisé. Il faut le mettre dehors le soir, avant qu'il ne devienne bossu d'avachissement.

Là, mon jeune ami attend. Il regarde dans le vide, il pense ; comme en classe d'Histoire-Géographie, au récit monotone de la Fronde ou des guerres d'Italie, il a les yeux dans le lointain. Il fait tourner un stylo avec son doigt. J'ai envie de lui dire : "tu veux l'adresse d'un site de Mangas ? Des vidéos de skaters scatophages décapités par les FARCS ?"

Il tête son gobelet en plastique. C'est ça, tu n'as pas eu assez de tété de ta maman ? Je sais que Kéké sera président du monde, car lui, il a eu son content de této. Mais mon jeune ami ?

"Oisive jeunesse
À tout asservie,
Par délicatesse
J'ai perdu ma vie.
Ah! que le temps vienne
Où les cœurs s'éprennent."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire