Accéder au contenu principal

Ne pas trop serrer les petits lapins

C'était le week-end "petite enfance", à Pantin, place Stalingrad. Des petits chapiteaux, avec des jouets, des puzzles, des voitures en plastique, une dinette. Un parcours sportif, fait de cerceaux, de matelas, de tapis, de trampolines, parcours rangé et deballé au fur de la pluie qui cesse et retombe. Des moyens modestes, car il n'y a pas de casino, à Pantin, mais le coeur bat à gauche. Le café est offert.

A côté des toilettes, un coin "ferme des animaux", comprenant une vache, un veau, trois cochons, une poule et vingt-trois poussins, deux moutons, deux brebis, et une chèvre. Plus, sous une cage de fortune, une lapine et huit petits lapins. Les lapins étaient tellement mignons qu'ils ont failli provoquer une émeute parmi les enfants de moins de quatre ans. Le fermier disait à ceux qui s'emparaient des boulettes de poils, à travers la cage, comme des doudous : "ne les prenez pas dans la main !", puis s'adressant aux parents en désignant les bébés lapins : "ce soir, ils sont morts..." En effet, compresser un petit lapin dans sa main leur provoque une agonie certaine, quelques heures après. Nous nous regardons, avec ma compagne, moment étrange, fait du bonheur débridé des enfants, et de la mort prochaine de petits lapins, broutant gaîment leur paillasse.

Kéké regarde la vache. Il s'écrit, du fond du coeur, comme Archimède découvrant la Relativité d'Einstein : "Meuh !!". Enfin, ces animaux des livres, ces chimères fermières, ne sont pas des inventions de ses parents. La bête existe, la vache, grosse comme une barrique, comme une voiture, comme une grosse vache. Elle regarde mollement de travers, comme si elle avait brouté une paquet de Prozac, abrutie par le bruit perçant des enfants. A midi, ma compagne nous a préparé un steak. Je suis mal à l'aise avec Kéké, mimant l'émerveillement devant cet animal extraordinaire et sympathique, que Kéké veut caresser, et dont nous mangerons à midi. Plus tard, à E. : "je crois que nous devrions devenir végétariens."

Les moutons, eux, ne sont pas farouche, ils courent à travers les jambes des enfants, comme si c'étaient leur week-end à eux, avec découverte des humains.

Puis, avec Kéké, nous sommes allé au grand parc, dévaler en crissant de joie, de vastes pelouses fraîchement tondues.

Commentaires

  1. Hello !.
    might , perhaps curious to know how one can collect a huge starting capital .
    There is no initial capital needed You may start to get income with as small sum of money as 20-100 dollars.

    AimTrust is what you thought of all the time
    AimTrust represents an offshore structure with advanced asset management technologies in production and delivery of pipes for oil and gas.

    It is based in Panama with structures around the world.
    Do you want to become really rich in short time?
    That`s your choice That`s what you really need!

    I feel good, I started to get income with the help of this company,
    and I invite you to do the same. If it gets down to select a proper companion utilizes your funds in a right way - that`s it!.
    I take now up to 2G every day, and my first deposit was 1 grand only!
    It`s easy to join , just click this link http://otehusybo.o-f.com/etavepy.html
    and go! Let`s take this option together to feel the smell of real money

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…