Accéder au contenu principal

Chance ! Chance !

Je m'avance sur la passerelle Debilly, large monticule de planches. Un étrange individu arrive en face, il regarde au sol, se penche, semble ramasser quelque chose et s'approche de moi. Il me tend l'objet en répétant : "chance ! chance !"

Je refuse de prime abord, il doit s'imaginer que je l'ai perdu avant mon passage, je le prends pour un demeuré. Mais il insiste. Il me confie alors une volumineuse bague, puis s'en va. Je regarde dans ma paume : c'est une chevalière massive, sombre, elle semble en or, j'inspecte l'intérieur, remarque une sorte de poinçon. Sans rien y connaître, j'imagine qu'un poinçon, c'est du sérieux.

L'anneau dans le creux de la main, je reste un instant interdit, je vois partir l'inconnu sur la passerelle, sans réaction. Puis je reprends mon chemin. C'est la vie, c'est comme ça, des gens vous donnent des bagues en or, sur des ponts.

Peu après avoir repris la marche, je sens le plancher vibrer sous mes pieds, je me retourne : il revient. Il me réclame de l'argent. Ou un ticket restaurant. Naturellement, comme si nous terminions une répétition, et que nous avions à reprendre la scène du début, je lui rends la bague, et j'hausse les épaules, nous n'avons pas été très crédibles, tous les deux.

Tandis qu'il s'éloigne, la bague serrée dans le poing, je médite sur cette déconcertante technique pour faire la manche. Qu'est-ce qui a pu lui traverser l'esprit pour qu'il en arrive à mendier en distribuant des bijoux ?

Un bateau-mouche obèse vrombit sous mes pieds, des gens hilares me font coucou, je suis seul au centre de la passerelle, avec en contrebas le fleuve fendu d'un grand V. Puis je me pose la question : et si j'étais parti, si j'avais continué mon chemin avec la bague, ou refusé de la lui rendre ? A l'extrémité de la structure, je croise une sorte de molosse ombrageux, accoudé à la balustrade, prenant le frais avec une feinte nonchalance : j'ai ma réponse.

Commentaires

  1. Le molosse ombrageux n'est rien. Pense à la réaction de ton épouse si tu étais rentré à la maison avec une bague.

    RépondreSupprimer
  2. t'as de la chance, nous c'était un p'tit truc tricoté à la main qui nous avait été donné pour porter chance aux filles...

    RépondreSupprimer
  3. T'as rencontré Danielle Gilbert sur un pont ? Tu parles d'une chance, toi !

    RépondreSupprimer
  4. Alors comme ça, le vrai nom de Balmeyer, c'est Frodo, le seul capable de résister à l'attrait de l'anneau...

    RépondreSupprimer
  5. Balmeyer a croisé le nain Alberich : das ist unmöglich !

    RépondreSupprimer
  6. nicolas : ah ah ah ! Non, je ne rentre plus à la maison avec des bagues, je n'ai que dix doigts, malheureusement...

    gaël : et alors ça a marché ? Moins de gastros ? :o)

    dorham : C'est quoi donc cette histoire ? Danièle Gilbert a vendu des bagues de la chance, comme Patrick Sabatier ?

    d.k. : Je n'imagine même pas le résultat si on avait confié la mission de rejoindre le Mordor à Danielle Gilbert... Voilà pourquoi j'ai une grande affection pour l'hobbit.

    didier goux : J'ai déjà une walkyrie à la maison...

    RépondreSupprimer
  7. Ah ! la walkyrie, avec ses grosses boucles d'oreilles en forme de walkyrie : toute la poésie de l'enfance, ça, mon bon (caramels, esquimos, chocolats...) !

    RépondreSupprimer
  8. @balmeyer non, les gastros ont suivi... était-ce un piège ?

    RépondreSupprimer
  9. Imagine, tu regardes la bague, tu lui dis : "même pas de l'or" et tu la balances dans la Seine.

    Ou mieux : tu la lances sur le pont du bateau mouche en criant : "chance". Et là, c'est vraiment le bordel.

    RépondreSupprimer
  10. Quoi tu t'es pas vouté d'un coup d'un seul, t'as pas perdu tous tes cheveux et t'es pas devenu tout vert ?
    en plsu tu t'es pasmis à siffler my precious.... my preciousss.... mis ou est passé ton sens narratif ? pfff...

    ich mag es nicht comme dirait didier goux

    RépondreSupprimer
  11. Votre instinct vous a bien servi. Qui sait ce qu'aurait été la suite si vous aviez conservé la bague...

    Chose certaiune, nous aurions eu droit à un joli billet!

    Accent Grave

    RépondreSupprimer
  12. Didier : J'ai mis quatre jours pour comprendre, mais ça vaut le coup, je suis plié, et ça m'arrive au travail. Des blagues à retardateur, vous êtes un troll machiavélique...

    Nicolas : Le taureau !

    Gaël : D'où vient l'histoire de "l'homme au masque de fer" d'après toi ? On avait peur que Louis XIV et son jumeau attrapent la gastro et se la refilent indéfiniment, comme ça t'arrive. Donc une solution, tu prends soit Anna soit Prune, et tu lui fabriques un masque de fer avant de l'exiler.

    Marcus : Excellent ! Tiens, je vais y retourner et tenter le coup !

    Nef : On ne s'attaque pas au physique. Je suis déjà petit, tout vert, avec des grands yeux globuleux et des membres fins et livides.

    Accent Grave : en gros, vous dites que, comme j'ai rendu la bague, vous avez eu droit à un billet tout pourri ? (smiley ! smiley !)

    RépondreSupprimer
  13. monsieur Balmeyer vous êtes un monstre !

    Je m'en souviendrai et dès que j'en aurai l'occasion je vous recouvrirai de chocolat, vous affublerai de grandes oreilles et enfin vous libérerai dans le jardin...

    Je lâcherai mes deux petites lionnes, à qui l'on n'aura refusé tout bout de chocolat pendant trois semaines au moins !

    Cette chasse au lapin en chocolat sera bien entendu filmée et diffusée à l'envi !

    RépondreSupprimer
  14. Tiens ! Gaël se fâche. Remarque ! Pendant ce temps là, il n'est pas au bistro.

    RépondreSupprimer
  15. Gaël : quelle fin terrible ! Déjà que j'ai été mangé de bisous par un monstre cannibale...

    RépondreSupprimer
  16. Nicolas, Gaël est à bout, il a publié ce week-end, alors qu'il n'en a pas l'habitude...

    RépondreSupprimer
  17. C'est dingue cela,
    il m'est arrivé la même arnaque...

    http://www.menageredemoinsde50ans.com/article-4189496.html

    le 16 octobre 2006, comme quoi, il faudrait qu'ils se renouvèlent un peu !

    RépondreSupprimer
  18. Dom => je suis allé voir. Vraiment étrange !

    RépondreSupprimer
  19. Oui, n'est ce pas ? mais je n'ai pas fait expertiser la bague puisque rapportée au commissariat.
    En même temps, je vais être méchante, mais une bague volée, même deux euros, ça rapporte.

    RépondreSupprimer
  20. Oui dom. Enfin ça m'étonne qu'il n'y ait pas une magouille pour en tirer un petit peu plus. Surtout qu'il faut en piquer en quantité industrielle...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…