Accéder au contenu principal

Kremlin Carnet

Il devrait y avoir, comme pour les mariages, une gradation pour les soirées. Par exemple, on dit "noces de coton" pour les jeunes mariages (ceux en bas du classement wikio des mariages), "noces d'or" pour les mariages influents. Actuellement, il n'existe qu'une seule gradation pour les lendemains de soirée : "gueule de bois". Moi je dirais bien, pour me définir : "gueule de plomb" ou "gueule d'uranium", ce qui explique la teneur très vaseuse de ce billet.

Hier, c'était donc la première édition de ce que j'appellerai Kremlin Carnet, chez Nicolas. Nous sommes allé au Kremlin, à Bicêtre plus précisément. La soirée a commencé à l'Aéro, le célèbre bistro "la Comète" dont on suit les aventures ici étant fermé.

J'avais le trac. Avec Zoridae, dans un espace assez réduit, nous avons rencontré un blogueur, puis un autre, puis un autre, puis un autre. Des centaines de blogueurs, au moins douze. Je n'avais pas le temps de dire à l'un, stupéfait : "ah ben toi t'as cette tronche ?" qu'un autre blogueur arrivait pour me dire : "mais t'as cette tronche toi ?". Il y avait des gens que je connaissais peu, comme Bobby, ou Igor. D'autres plus familier et que j'apprécie comme Oh!91, ou Fiso (il faut prononcer Fisso, mais je me suis trompé une fois). J'ai enfin serré la pogne du fameux Tonnégrande, blogueur littéraire avec un chapeau.

Là, j'ai découvert que les blogueurs sont effectivement influents. Ils me disaient : "Tiens, bois un coup !" Et moi, évidemment, j'écoutais, tout esbaudi, tout influencé.

Bizarrement, contrairement à ce qui se passe habituellement dans les soirées arrosées, les blogueurs ne sont pas dédoublés, mais plutôt divisés en deux. Fizo, pardon, Fiso, est partie applaudir son frangin en concert, accompagné de Boby et Oh!91.

En sortant de l'ascenseur, sur le pallier, Nicolas s'est excusé : j'habite à droite. Il avait fait à manger pour cinquante, et nous étions six. Nous avons donc dévoré en entrée Monsieur Poireau, venu en compagnie des éditions filaplomb. C'est étrange à voir, en vrai, une "des éditions".

Le talentueux Dorham nous a présenté sa compagne. Celle-ci n'est pas du tout une blogueuse. Je ne peux donc pas mettre de lien pour elle. Nous l'avons longuement questionnée : tu n'as pas de blog, ça veut dire que tu l'as effacé ? Tu n'as pas de blog, en ce moment, ta plate-forme est en panne ? Tu n'as pas de blog, ça veut dire que tu en as juste un, contrairement à Nicolas qui en a trente-douze ? Mais comment fais-tu pour bloguer si tu n'as pas de blog ? Nous étions bien embêtés, car il est très difficile de faire un compte-rendu avec une personne sans blog. C'est embêtant pour mettre un lien. Alors nous l'avons découpée en morceau, mis la moitié au congélateur et fait cuire le reste, en psalmodiant : "lachévokom, lachévokom" !

Nous avons donc passé la soirée à longuement commenter, pardon, discuter. J'avais à la fin cette tête, sans trucage, à savoir un carré blanc à la place des yeux, avec des petits trous dedans. Plus tard, dans la nuit, j'ai pensé à Harry Potter. S'il lutte contre Voldemort, j'ai dû en rentrant affronter le redoutable Maldemer.

Commentaires

  1. "Nous étions bien embêtés, car il est très difficile de faire un compte-rendu avec une personne sans blog."
    Et voilà, encore de la discrimination ...

    RépondreSupprimer
  2. ...et oui. Et quand tu vois le sort qu'on lui a réservée, c'est carrément de la sauvagerie !

    Sérieusement, en vérité, elle a pris les choses à son compte puisqu'elle a fait un tour de table pour demander une présentation de chacun. J'ai trouvé ça intelligent, c'est exactement la tactique que chaque "isolé" égaré dans une soirée à thème devrait avoir.

    (comme on me le souffle à l'oreille, j'aurais dû le raconter. Je crois que j'éditerai le billet ultérieurement, là vraiment, j'ai la tête au carré !)

    RépondreSupprimer
  3. C'est dommage. Quicoulol n'a pas pu venir.

    RépondreSupprimer
  4. Excusez moi de m'introduire, mais je n'ai pas pu m'empêcher de suivre un lien venant de chez Nicolas.
    Alors, c'est ça un blog littéraire?

    C'est joli ! C'est comme un blog politique, mais avec des mots. Mais je ne veux pas déranger, je pense de je reviendrais plus tard, quand vous n'aurez plus la tête au cube (ah si, vu ce que je lis, c'est plus qu'un carré).

    Amicalement

    RépondreSupprimer
  5. En tous cas, mon époux t'a trouvé bien sympathique ;)

    RépondreSupprimer
  6. Nicolas : Quicoulol devait pister des femmes nues...

    Didier b : où avez-vous lu qu'il fallait s'excuser quand on "s'introduisait" ? Ce n'est pas un club privé, ici ! :-) Bienvenue en tout cas, revenez quand vous voulez.

    Zoridae : merci! Fais lui une bise de ma part, il devrait faire un blog, ce type là !

    RépondreSupprimer
  7. "Excusez moi de m'introduire". S'auto introduire : il faut en avoir une souple et longue.

    RépondreSupprimer
  8. Non, vaut mieux pas... Il boit trop ;)

    RépondreSupprimer
  9. Et pendant ces orgies gauchistes, il y a de malheureux provinciaux qui s'échinent à travailler plus pour gagner la même chose (et déjà bien content de) !

    RépondreSupprimer
  10. J'espère que Kéké était tranquillement à la maison à boire du whisky-coca en regardant des films de Bollywood !
    j'avais moi-même rencontré nicolas tout petit et on peut voir ce que ça a donné !

    RépondreSupprimer
  11. Gaël,

    @marcvasseur donne la recette @zoridae sur twitter.

    RépondreSupprimer
  12. Didier : nous avons fait un véritable Yalta de la blogosphère, c'était terrible. A moi les vigilants, à toi les z'influents.

    Gaël : kéké a passé sa première nuit sans nous. J'ai eu la lourde tâche de l'amener chez sa nounou en lui disant, l'air faussement décontracté comme il est d'usage dans les manuels de parents parfaits : "Allez... tu vas super ... (gloups) t'amuser ce soir ! (gloups) A demain ! " Ah la la...

    RépondreSupprimer
  13. Tu m'aurais scotchée si tu avais écrit que vous n'aviez pas parlé du tout parlé de blog lol

    RépondreSupprimer
  14. Oui, Madisson, c'était d'ailleurs un peu gênant pour la compagne de Dorham... elle a dû nous prendre pour des timbrés...

    Ceci dit, j'imagine que dans les réunions de l'amicale des boulistes, il est aussi beaucoup question de boules...

    Et puis c'était la première fois que nous nous rencontrions, on avait des tas de choses à dire sur notre dada commun...

    RépondreSupprimer
  15. Ca nous a fendu le coeur de vous quitter aussi vite, juste au moment où la glace commençait à se briser !
    Bobo la tête le lendemain, à ce que j'ai compris ?
    Bises à ton épouse, elle est charmante :)

    RépondreSupprimer
  16. Briser le coeur est un faible mot... Heureusement, y'avait de la compensation, après. Mais plus jamais deux soirées en une, c'est trop frustrant. Bon, je confirme, Quicoulol n'était pas au concert non plus, il devait donc bien pister les femmes nues. On se la refait très vite. Je suis ouvert à tous les formats. Ah! au fait, c'est drôle la photo chez Nicolas : de chez moi, les carrés blancs, ils s'affichent pas...

    RépondreSupprimer
  17. c était mieux quand ça parlait moins de blog dans ce blog. mais moi ce que j en dis... comme j ai pas de blog, je peux pas comprendre.
    Mme Romano

    RépondreSupprimer
  18. fiso : bobo la tête, oui, l'information circule, à ce que je vois, c'est très web 2.0 tout ça ! :-) Oui ce fut bref, mais court.

    Oh!91 : et oui, on aurait pu papoter pendant des heures, j'espère que le frangin de Fisso joue de la bonne musique !

    Mme Romano : "c était mieux quand ça parlait moins de blog dans ce blog", mais n'importe quoi ! Le dernier billet à parler de blog date du 31 décembre, à savoir, il y a 3 mois ! C'est un peu hâtif pour un seul message ! Trollette, va. :o)

    RépondreSupprimer
  19. Après quelques semaines de disparition pour cause de travaux de ravalement (tu parles d'un chantier) sur mon site perso), je reviens et qu'est-ce que je vois ? On traîne la patte pour aller voter pour Balmeyer ? Mais, mais, mais...

    DB_qui_va_aller_arranger_ça

    RépondreSupprimer
  20. hop ! au boulot feignasse ! la gueule de bois est fini et y a un festival auquel tu es attendu avec un tas de femmes nues (ou non) et d'hommes nus ou non !

    signé : un cornac exigeant !

    RépondreSupprimer
  21. comment? trollette?
    MALHEUR !!!
    MALHEUUUUR !!!
    là, je part au boulot mais ça se passera pas comme ça.
    les mers vont s ouvrir, les criquets vont contre-attaquer !
    on n insulte pas Mmme Romano sans essuyer un peu de vaisselle après.
    auuuuu purée, attend voir!
    trollette?...

    RépondreSupprimer
  22. Mme Romano, au lieu de troller, va avertir va voter pour moi au festival de Romans, histoire que je sois le président des blogs ! :-)

    RépondreSupprimer
  23. T'en as beaucoup d'anonymes toi aussi qui jouent à la trollette ? On n'a pas de photo de Kéké, dommage !Bises

    RépondreSupprimer
  24. Je note juste que je n'ai pas été invité au Kremlin ... Je ne sais comment le prendre ...

    Est-ce parce que je ne suis pas assez littéraire ou plutôt parce que je n'ai pas de chapeau ?

    RépondreSupprimer
  25. Pourtant, vu l'état de Balmeyer, on aurait bien eu besoin d'un toubib !

    RépondreSupprimer
  26. Fanette, cette trollette habite à 300 mètres de chez moi ! :-)

    Farid : tu es de retour ! C'est vrai, quel dommage ! Je ne savais même pas que tu étais dans la région parisienne toi ! Va donc te plaindre au Taulier ci dessous !

    Nicolas : on aurait pas dû t'inviter. Ah zut, c'était chez toi.

    RépondreSupprimer
  27. On pourra manger la demie non-blogueuse plus tard, congelée frais, ça se conserve !

    Le lendemain, c'était 6 heures et quelques de train en compagnie de gamins entre 8 et 12 ans et très mal accompagnés. Dure journée avec le casque !
    :-)))

    [A inviter pour une prochaine, d'après moi : FloPy et Farid !]

    RépondreSupprimer
  28. Il faut que j'achète un appart plus grand ?

    RépondreSupprimer
  29. Oui, Poireau, FloPy je la connais pas mais je l'ai mise dans mon Netvibes, histoire de la connaitre, et pour Farid, on n'a pas trop échangé ces derniers mois, ce qui explique ce regrettable oubli !

    RépondreSupprimer
  30. Je tiens à rectifier un truc: mon mari Monsieur Romano a signé son mail anonyme Madame Romano, hors je n'ai RIEN à voir là dedans. Moi Madame D je ne veux pas qu'on m'insulte de trolette alors que je dormais à l'heure où le mail a été envoyé.
    Bon à part ça , je vote pour toi.

    RépondreSupprimer
  31. Rhooo Madame Romano ! Comme c'est tout petit, ça, de la part de Monsieur Romano ! Il va m'entendre, crois moi !

    RépondreSupprimer
  32. Ah, avoir un blog ou ne pas en avoir. Pourquoi on fait ça, pourquoi on ne le fait pas ? Le plus important, c'est la vie de toute façon, non ? Je dois avouer que tout blogger que je sois, je suis presque misanthrope.

    RépondreSupprimer
  33. Dohram, bon retour !

    Je plaisantais bien sûr, je tentais de faire un peu d'auto-dérision dans cette soirée autour des blogs...

    RépondreSupprimer
  34. Dorham,

    Misanthrope toi ? ça m'étonnerait ! En tous cas ça ne se voit pas :)))

    Tu as raison, la vie est plus importante que le virtuel mais l'écriture c'est aussi la vie non ?

    RépondreSupprimer
  35. Ça fait écho avec le premier commentaire d'Ellie sur la "discrimination" entre blogueur et non blogueur. J'ai pris ça pour de la plaisanterie, je n'ai pas réagi.

    Si cette caricature, ce second degré dans ce billet, n'est pas passé, c'est dommage. Je ne peux que te dire humblement que je partage ton avis, j'ai été heureux que durant cette soirée, les deux se mélangent, la vie, les blogs, les jeux, les concours, le repas.

    J'aime bien exagérer une situation, comme celle de la "non-blogueuse" découpée en morceau, pour tourner en dérision. Je précise qu'en vrai, je ne suis pas un assassin.

    Je me sens aussi misanthrope, je n'aime pas 99,8% des gens, mais vous avez fait parti des 0,2% restant... :)

    RépondreSupprimer
  36. @zoridae ça dépend de ce qu'on écrit !
    @balmeyer avec 0.2% tu auras du mal à devenir maître du monde (ta campagne éhontée pour le Festival de Romans risque même de ne pas être prise en charge !)

    RépondreSupprimer
  37. Zoridae,

    ah ça, je ne sais pas.
    Moi, j'ai tendance à croire que ce n'est pas la vie mais je sais qu'en tous cas, je ne pourrais pas vraiment vivre sans...

    @ Balmeyer - mais si j'avais bien senti le coté dérision, t'inquiètes.
    Et puis, il y a tellement de moyens d'expression différents, l'écriture, l'art en général, une certaine façon de partager ou de communiquer...

    Heureusement, le blog n'est pas une fin en soi, c'est juste l'expression que l'on s'est choisi. Même si nous le faisons avec un manifeste talent, je dois le dire...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…