Accéder au contenu principal

La Grue Eiffel

Nous sortons du RER, nous avons décidé de faire du tourisme. Notre fils n'a jamais vu la Tour Eiffel. Spectacle étrange, sur le trottoir, un groupe d'une cinquantaine de personnes passe devant nous, ses membres portent tous la même parka.

Tout d'un coup, les immeubles s'écartent comme des rideaux, la Tour Eiffel se dresse, gracile, orange de près, échafaudage sans façade.

Nous lui montrons du doigt ce qui est décrit comme un exploit des ingénieurs moustachus du temps passé : Kéké reste impassible. Il examine ce sémaphore métallique, fronce les sourcils, le soleil l'aveugle. Il scrute, c'est immense, de la dentelle d'acier partout, dans tous les sens, comme un arbre bourgeonnant de rivets. Puis il tourne la tête dans la direction opposée, et son visage s'illumine, enfin, il aperçoit par dessus les toits de zinc, derrière nous, s'élever un fin T métallique, il s'exclame fou de joie, l'index brandi : "Une grue ! Une grue ! Une grue !".

Commentaires

  1. Hem. Je fais comment, moi, pour justifier un fou-rire tonitruant à une heure du matin ? Hein ? T'as une solution ?

    "-Ça va pas de rire comme ça ? T'as vu l'heure ?
    -Ben ouais mais c'est Kéké qu'a vu une grue...
    -...
    -Laisse tomber.
    -'Fait ch... avec ton ordinateur !
    -Voui mais Kéké...
    -'Fait ch...
    -Bon d'accord."

    DB_en_pleine_crise_diplomatique

    RépondreSupprimer
  2. Ben il a raison le moutard, la tour Eiffel, ça ne bouge pas !

    RépondreSupprimer
  3. Le patriarcat est notre dernière école de modestie...

    RépondreSupprimer
  4. Gustave se retourne dans sa tombe, furieux : "Je savais bien que j'aurais dû l'animer, mais ces imbéciles ne m'ont jamais totalement fait confiance ! Quand je pense qu'ils ne voulaient même pas garder MA tour, qui est maintenant le symbole de leur ville ! Pfff... Sur roulettes, elle aurait fait la conquête du monde et de Kéké !"

    RépondreSupprimer
  5. Oui, mais, une grue c'est orange et ça bouge. C'est beaucoup plus fort. Et la Tour Eiffel, c'est plutôt moche, si on regarde bien, en vrai.

    RépondreSupprimer
  6. Ils devraient transformer la tour Machin en grande grue, ça diminuerait les coûts des travaux dans Paris.

    RépondreSupprimer
  7. Excellent !!
    Ben ouais quoi une grue qui bouge !!
    Qu'est ce que tu vas lui montrer une dame de fer statique depuis 1 siècle ;o))

    RépondreSupprimer
  8. «une dame de fer statique depuis 1 siècle» :

    Manou, vous avez lu trop distraitement notre ami Balmeyer : il n'a jamais été question de Margaret Thatcher dans son billet !

    RépondreSupprimer
  9. Effectivement, je n'avais pas percuté : si la tour avait bougé, elle aurait été plus sexy ! Tiens, je vais préparer une suggestion d'amélioration. Roulettes, bras mécaniques, poulies, etc.

    RépondreSupprimer
  10. Vive Kéké. Elle est trop vilaine, cette tour géante. Les grues, c'est mieux, ça construit nos HLM ! Si petit et une conscience politique déjà si aiguë ! Mais quand on a de bons parents...

    RépondreSupprimer
  11. Kéké est un inculte !!
    Son père a sacrément du souci à se faire, et du pain sur la planche.
    Bon courage, Balmeyer !

    RépondreSupprimer
  12. dbardel : désolé pour le fou rire ! Enfin non. Gnark ! Nous avons bien rigolé, aussi. C'est toujours la même chose : tout petit, au cadeau, il préférait l'emballage...

    Loïs de Murphy : Il a quand même réussi à s'intéresser à quelques ascenseurs qui parcouraient les entrailles de la structure !

    didier goux : Je ferais bien de votre commentaire ma devise, tant ceci s'est maintes fois avéré...

    d.k. : Oui, la plaisanterie a assez duré, je vais, sous l'impulsion de mon fils, créer un mouvement pour son démontage ! On n'a qu'à mettre la Tour Montparnasse à sa place. :o)

    Ellie : "Bergère ô tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin"...

    Nicolas : Je compte bien sur Delanoë pour ça ! On pourrait aussi louer des touristes, un touriste'lib, il y en a plein.

    Manou : Bienvenue ici !! En rentrant, il a joué à construire des Tours Eiffel avec ses cubes, et à les détruire après. C'était peut-être sa vengeance...

    RépondreSupprimer
  13. J'aime toujours autant cette histoire... :-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…