Accéder au contenu principal

Faire le malin

La dernière fois que j’ai fait le malin sur mon blog, j’ai récolté des trolls nazis, débarquant en imperméable dans des centaines de camions blindés, armés jusqu’aux dents, prêts à me couper la tête dans les bois. J’ai immédiatement accusé Didier Goux, bien sûr, d’être le passeur, et il m’a rétorqué, offusqué : "Voyons, vous n’en avez eu qu’un, un tout petit troll !"

J’ai dû reconnaître qu’il avait raison, et que des fois, j’exagérais un peu. J’ai dit que j’étais de Marseille, bonne mère, peuchère, ce qui est techniquement vrai, mais d’une profonde mauvaise foi quand on me connaît. J’ai eu un tout petit troll, vaguement nationaliste. Il m’a dit une broutille, il m’a parlé d’Israël, la routine. Il m’a dit "eux aussi ont des nationalistes !", un truc qui n’avait aucun rapport. J’aurais dit : "Berk, quelle mauvaise confiture ! On aurait dit de la confiture de Nazis !" Mon petit troll m’aurait dit : "Quel scandale, les israéliens aussi font parfois de très mauvaises confitures".

Aujourd’hui, Dagrouik, sur son blog a publié mon nom, avec un lien. J’ai été impliqué dans une sombre affaire de "Links Connection", un trafic de liens de synthèses fabriqués dans des laboratoires de gauchistes pour inonder le classement wikio. A ce sujet, je vais inventer WIKIOPEDIA, le premier classement où chaque blogueur édite son rang lui même. Tel Vercingetorix, Maitre Eolas, Jean d’Arc, je suis monté au créneau pour défendre le type qui m’avait fait boire tant de vin que j’en ai failli décorer la voiture de Dorham pour le mois. Que les averses balayant la ville endormie emportent à jamais dans leur passage mélancolique les vomis de ma jeunesse.

Dans cette sombre histoire, j’ai été prudent. Je n’ai pas mis le lien de mon blog sur Authueil. Quel pseudonyme ardu ! On est obligé d’aller sur son blog à chaque fois pour faire un copier-coller de ce mot, c’est astucieux, il devrait monétiser son audience. J’ai fait profil bas. Je sais que Dagrouik emploie le terme « blog littéraire » pour se gausser de ses adversaires (n’oubliez pas d’aller voter pour moi, au Festival de Romans, dans la catégorie… hum… blogs Littéraires).

Dans le cas où le fait d’avoir fait mon malin une seconde fois m’attire les habituels spadassins qui hantent les blogs politiques, experts, ingénieurs, trolls, monstres, fortiches de la répartie, je trouve utile de faire un rappel pour les quelques personnes n’ayant pas lu le moindre billet ici.

J’ai un fils. Il s’appelle Kéké. Il a des bouclettes blondes, c’est son portrait qui est utilisé dans l’encyclopédie pour illustrer le terme "Perfection". On a envoyé l’ADN de ses selles dans l’espace, à l’usage des martiens peuplant l’infini, pour vanter la gloire de l'humanité déclinante. Il a à peine deux ans, il devrait passer son baccalauréat dans six mois, je crois qu’il est doué.

Je fais mes courses au Champion, en compagnie d’Olivier Besancenot qui habite dans ma rue. Le porte-parole de la LCR mange des pizzas de marque Champion. C’est l’information centrale de ce blog, le seul scoop de ma courte carrière de blogueur. Il est passé inaperçu, mais à l’époque, CoZop, LePost, et autres sites avec des majuscules au milieu du nom n’existaient pas.

Dans le cadre d’un pseudo-publi-rédactionel de blog, j’ai malheureusement hérité d’un sexe artificiel hors du commun, fonctionnant à pile. Cette plaisanterie m’a longuement suivi, je l’ai porté comme une croix, courageux, avec abnégation, heureusement l’anecdote de mes nausées dans la voiture de Dorham va la remplacer, je suis sauvé.

Je me suis remis à la contrebasse. Actuellement, je joue du jazz à la perfection, mais pendant trente secondes seulement, après, mon poignet éclate. Je fais également des concours, des jeux et autres divertissements sur les tortues de mer et les sexes qui changent.

Je lis des blogs bien écrits. Parfois, des gens au travail arrivent dans mon dos, sans prévenir et voient sur mon écran, au lieu des phrases souples et agiles qui me transportent, des photos avec des messieurs tous nus. Ils me regardent étrangement, après.

Voilà, comme dirait Corbier, bienvenue aux nouveaux ! Pour l'anecdote, je finirai vite en disant que j'avais préparé ce billet hier soir, à la sauvette, quand j'ai lu que Dagrouik aller me citer chez lui, comme une présentation (ou un imperméable) pour les curieux qui se pointent lisent une phrase et s'en vont. Ce matin, j'ai vu qu'il ne m'avait pas mis en lien : mon billet tombait à l'eau ! Un invendu ! Un périmé ! Alors j'ai dû le contacter pour qu'il me lie... Vive les blogueurs !

Commentaires

  1. ...je sais, Madame Romano, un deuxième article sur le blog en deux jours ! :-)

    RépondreSupprimer
  2. "l’anecdote de mes nausées dans la voiture de Dorham va la remplacer, je suis sauvé."... ça peut aussi se cumuler car vu la taille de ton sexe, il y a fort à parier qu'il a subi des dommage collatéraux de tes nausées (je n'utilise pas le terme de vomi nous sommes sur un blog de belles écritures)

    RépondreSupprimer
  3. marc : ah, mais je l'ai utilisé, le terme vomi, on me le réclame, ça fait parti de mon job ! :)

    RépondreSupprimer
  4. "On est obligé d’ailler sur son blog à chaque fois pour faire un copier-coller de ce mot"

    D'ailler et fines herbes ?

    Marc,

    Balmeyer a décidé d'être grossier comme moi pour monter au classement Wikio.

    Bon, je retourne lire la suite.

    RépondreSupprimer
  5. A propos du lien chez Dagrouik (ou tout autre blog), quand il y en a trop dans un billet, personne ne les suit (saut peut-être chez ce type.

    RépondreSupprimer
  6. ha ! ha ! après m'avoir piqué Mlle Agnès, tu souhaites me piquer ma place dans blogroll de Toreador ?! c'est bas tout ça je trouve !

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas : merci pour la correction. (je parle pas de samedi).

    Pour le grand nombre de liens, je sais, je ne clique jamais quand il y en a trop. C'est plus un clin d'oeil pour la personne en question ! ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Pour la correction de samedi, je plaide coupable. Je n'ai pas l'habitude de faire boire du vin aux gens.

    De la bière, seulement.

    RépondreSupprimer
  9. Nicolas même si monsieur poireau... le mieux eut de dire pénis pour être suivi... enfin je crois

    RépondreSupprimer
  10. Franchement, tu ne crois pas que les pizzas toutes faites c'est cher et dégueulasse ?

    Quant à la photo qui illustre le terme "Perfection", je suis désolée, c'est celle de mes enfants. Mais quand ils étaient petits.

    RépondreSupprimer
  11. Nicolas : Plaide donc coupable ! Mais non, c'est moi, j'ai passé une superbe soirée, et comme souvent dans ce cas, je me suis senti pousser des ailes. Mais pas un foie.

    Marc : pas compris ! Mais j'ai lu le mot "pénis", j'étais content.

    Ellie : Je suis président de l'association des amis de la Pizza. Je te confirme que les pizzas toutes faites sont chères et pas souvent bonnes. Il faudrait en faire un billet, voire un blog.

    Je crains pour la survie de la pizza en cas d'accession de Besancenot au pouvoir.

    Pour les enfants, on me répète souvent que la perfection ne dépasse pas les trois ans. Laisse moi mes illusions !! ^^

    RépondreSupprimer
  12. D'accord pour les pizzas toutes faites et dégueu. D'accord que ton blog je le lis parce qu'il est bien écrit. Trop bien écrit. Je suis tellement jalouse, que va falloir qu'en plus j'essaie d'être intelligente pour essayer de voter pour toi. Na.

    RépondreSupprimer
  13. Tiffen, merci. Tu y es inscrite ? Je ferai ta promo ! Vive le copinage éhonté ! :-)

    RépondreSupprimer
  14. Les pizzas en boite c'est pas bon, d'ailleurs les pizzas bonnes sont tellement rares que j'en ai vu qu'à Abdijan.
    Depuis je mange des pâtes.

    RépondreSupprimer
  15. Tu brises tous mes rêves ! Et moi qui croyait que Besancenot était un homme parfait habillé de vertu et voilà que j'apprends qu'il mange de la pizza surgelée !
    Peut-etre qu'avec tous les penis enlarger qu'il livre, il n'a plus le temps, remarque…
    :-)

    RépondreSupprimer
  16. Rien à voir avec la choucroute ou plutôt avec la pizza de Besancenot, mais... tu as vu que nea avait fermé son blog ?

    RépondreSupprimer
  17. oui, au fait, où est nea ?

    Personne n'en parle...

    RépondreSupprimer
  18. nea a supprimé son blog. Et celui d'avant ! C'est quand même un geste fort. Elle a blogué intensivement, 2 à 3 billets par jour, pendant longtemps, et coupe tout d'un coup. Pour moi, ça va dire qu'elle veut faire "table rase", repartir de zéro, tout effacer. Ça fera un ménage dans ses trolls, aussi.

    Quand on comprend qu'une "existence virtuelle" est terminée, on sent qu'il faut laisser ça tranquille. Elle n'a pas non plus envoyé "d'avis de destruction de blog", comme si on avait été des proches ou des voisins. Dans 6 mois, on connaitra peut-être son nouveau blog, si elle veut reprendre contact.

    Moi, ça ne m'a pas surpris outre mesure. Après son voyage à Cuba, qui a dû être une coupure radicale par rapport à tout (blog / vie / boulot), elle a dû prendre un recul soudain. Ça m'arrive parfois, je regarde d'un air surpris mon blog, mon netvibes, et je me dis : "pourquoi je fais ça ?". Pour elle, ça a dû être si radical qu'elle a tout détruit.

    Si j'ai un avis personnel là dessus( elle nous dira un jour si c'est vrai) : après un blog polyvalent, plutôt écrit, elle a glissé vers quelque chose de très intime, spontané. Photos, délires, confidences. Se livrer comme ça peut être une petite spirale. Plus un espace d'expression que de discussion... enfin, vous me direz ce que vous en pensez.

    RépondreSupprimer
  19. Faudrait faire un sondage !

    Je crois que depuis la création de son blog chez blogger, elle s'est donné une pression croissante ! Son voyage à Cuba l'a calmée. Elle a fait un premier billet en rentrant. Puis s'est dit : "ne recommençons pas les conneries".

    RépondreSupprimer
  20. Le blog, c'est bien si tu laisse l'ambition derrière toi, si tu sais ne pas mélanger ta vie avec. Le problème de nea est sans doute celui-là ; quand un blog te bouffe peu à peu l'existence, une seule solution, la touche "suppr" de ton clavier.

    RépondreSupprimer
  21. Je suis d'accord, à propos de nea, elle a dû avoir envie de couper, après ce séjour ailleurs.
    Mais bon, j'aimais bien aller sur son blog, et puis je m'inquiétais aussi un peu... alors, j'aurais aimé avoir des nouvelles.

    RépondreSupprimer
  22. Voir des messieurs tout nus derrière ton dos, ça doit juste les faire grandir, tes collègues. Ca leur fera prendre goût aux blogs bien écrits, c'est pas un bien gros risque, finalement.

    RépondreSupprimer
  23. Oh!91,

    Tout n'est pas sexuel. Balmeyer a une carrière à assurer...

    RépondreSupprimer
  24. nicolas : je suis d'accord. Elle a eu une position "impossible" avant de partir, trop exposée, critiquant les grèves alors que ses potes blogueurs sont des gauchistes... mais elle reviendra, et nous fera signe si elle le veut.

    dorham : pas facile, tout ça. Je blogue justement parce que c'est plus décontracté que la philosophie barbichue, et on peut essayer plein de choses, mais brasser les mots, s'échanger des compliments, avoir des "classements", avoir des "polémiques", c'est chaud, ça peut faire perdre la tête... je regarde parfois mon autre moi en lui faisant des grands gestes... il ne faut pas se faire manger par le blog, et c'est facile à dire.

    ellie : moi j'attendais un peu son retour, qu'elle atterrisse, tout ça, mais on n'en a pas eu l'occasion. C'est une personne attachante.

    RépondreSupprimer
  25. oh!91 : oh, tu as raison. "Grandir", dans quel sens ?

    Nicolas : oui, ce n'est pas très grave, de toute façon je fais des plaisanteries grasses ou ambigües tout le temps, en fait, mes collègues sont habitués.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…