mercredi 28 novembre 2007

Poli 2.0 : Kéké (3)

Ca commence beaucoup ici, et un peu par là.

La maternité était à un quart d'heure à pied, nous avons pris la valise noire et entamé notre périple. Le matin se dressait lentement, métallique, comme une lame à cran d'arrêt découpant la brume. C'était un quart d'heure à pied, mais pas pour quelqu'un qui accouche, en fait. Quelle idée avions-nous, impossible de marcher plus de deux pas sans s'asseoir par terre. J'ai dit très diplomatiquement : s'il te plaît, tu ne vas tout de même pas accoucher sur le trottoir ? La neige s'est mise à tomber. Il ne manquait plus que les loups.

Parfois nous croisions des passants, qui accéléraient leur marche avec horreur comme s'ils avaient croisés les monstres des égouts. E. me disait de temps en temps : " tu es vraiment un connard ". Arrivés à la maternité, j'ai dit un truc débile du style " C'est pour un accouchement, s'il vous plait ", tandis que mon épouse se traînait par terre, implorant qu'on l'achève d'une balle dans la tête comme un cheval.

C'est que nous voulions un accouchement sans douleur. Naturel. Sans artifice. Sans péridurale, juste le souffle de la respiration et des chansons. Avec un âne et des vaches ; j'aurais joué de la guitare, et ma femme fait du macramé, tout ça. Elle avait tout prévu, elle allait accoucher assise ou accroupie, avec du Chopin en fond sonore, des danseurs contemporains, des happenings avec des gens nus, etc. Mais bon, nous avons eu en fait l'accouchement le plus médicalisé de l'année, il ne manquait plus que des androïdes, Dark Vador et un bistouri laser pour faire plus moderne. E. me répétait : " pardon, mais tu es vraiment un connard, pardon, etc. S'il vous plaît, piquez-moi ! "

C'était long, c'était trop, je n'avais pas les moyens pour de telles émotions. J'ai vu la tête apparaître, éponge rouge de cheveux, et j'ai pensé : "tiens ça serait bien si je pleurais maintenant, je crois que çà me défoulerait un petit peu.", mais en vain, j'étais comme un rustre devant l'horloge du monde, abruti, effacé, envahi. J'ai eu un court-circuit, je me suis senti décalé, c'était comme si je vivais un documentaire en trois dimension, au Futuroscope. Je voulais vraiment pleurer, cela semblait une bonne initiative, un bonne idée d'improvisation dans cette séquence. Mais je regardais, hébété, les mains posées sur mes cuisses, comme on regarde une course de cheval, attentif, concentré sur le résultat. Je comprenais que certains s'encombrent de camescopes ou d'appareils photos, pour meubler. Ma compagne me disait de temps en temps : " Espèce de connard, peux-tu me vaporiser le front ? " J'ai vu une oreille. Une bon sang de bonsoir d'oreille d'être humain, neuve, ronde, parfaite, une personne que l'on déballe devant moi, encore sous garantie, un congénère qui a voyagé depuis le singe, les huîtres et les lombrics, qui va s'essayer à l'existence, encore un autre contribuable, un ami fidèle, un amoureux, quelqu'un qui écoutera de la musique en rêvant, quelqu'un qui voudra dompter le monde ; j'ai pensé qu'on ferait sacrement la foire, qu'on accomplirait un sacré voyage, même si on ne sortait jamais du quartier, j'ai pensé qu'il fermerait mes yeux, un jour.

J'avais prévu bien avant tout ça de vomir partout, le moment venu ; j'avais averti E. : si on me propose de couper le " cordon " (je surnommais ça : " la tripe "), je dirai non, hein, c'est quand même dégueulasse. Mais en fait non. Tout m'a paru doux et intéressant, comme véritablement dans les coulisses de l'existence, l'atelier de l'humanité. Peu à peu, je me détendais. C'est bête à dire, mais c'était captivant, comme lorsque j'avais visité une usine de chocolat.

On a sorti un tout petit enfant, il était bleu, il ne respirait pas tellement puisque son cordon s'était enroulé autour du cou, il était flasque et ses membres pendouillaient à l'instar d'un poulet aux hormones déplumé ; les gens étaient très inquiets, mais moi j'étais très heureux, c'était mon fils, j'étais fier, c'était moi qui l'avais fait, moi, le type derrière le personnel en blanc, le figurant considérable, l'homme au sexe électrique qui avait transformé de la salade niçoise en créature humaine ; alors on l'a dénoué gentiment, calmement, patiemment, sans paniquer ; c'était joli, il s'est mis à tousser, à rosir, à respirer, il vivait. Puis on demandé si je voulais couper le cordon, j'ai dit " oui, pardi, tiens, bordel ! ", la sage-femme a clampé la tripe grise qui battait encore comme une veine majestueuse, tandis que mon fils était au monde, et j'ai sectionné sa fidèle cantine. Puis on l'a posé contre sa mère, il n'était pas très content, il gémissait " what the fuck, c'est quoi ce bazar, das ist eine scandall ? ! ", des grossièretés dans le langage des anges. Après, la sage-femme a tenu a me montrer le placenta, j'ai dit oui, au cas où je passe un examen de placenta dans l'année, on ne sait jamais ; elle m'a tout expliqué de cet immense bonnet de bain tout flasque, et j'étais content et studieux, j'ai failli prendre des notes.

J'avais le mal de joie, comme si une méchanceté divine avait fait pivoter ma tête plusieurs fois autour de mon cou.
...il me ressemble ! Avais-je fini par lâcher quand même, les lèvres tordues, les yeux avalés. Mais c'est vrai, avait répondu tout doucement la sage-femme, il vous ressemble.

19 commentaires:

  1. vraiment formidable !
    tout y est
    et quel humour
    j'adore "l'homme au sexe électrique qui avait transformé de la salade niçoise ..." ,
    éclats de rires ! ça fait du bien dès le matin

    RépondreSupprimer
  2. pareil au frisaplat... plus le coup de "il vous ressemble" je suis pas sur que c'était flatteur... pour toi (ayant vu un bb à peine né...)^^
    y aura un kéké 4.0 ?

    RépondreSupprimer
  3. mais c'est qu'il minimiserait la sensation et la souffrance des mères lui ;)
    des bizettes, c'était bien beau dès le matin avec le cafay.

    RépondreSupprimer
  4. Ben voilà t'as réussi à me faire taire.
    Il a bien de la chance, Kéké.

    RépondreSupprimer
  5. merci ! :o)

    Mélina : la douleur des femmes est très surfaite, hier par exemple, j'ai eu une crampe au mollet droit, c'était terrible. :D

    RépondreSupprimer
  6. J'ai pas résisté à la conclusion de cette épopée en 4 épisodes. Et voilà pour la ptite larme, merci Balmeyer !
    Garde bien tous tes écrits précieusement... Grave-les, apprends-les par coeur, fais-les toi tatouer en police 2 sur le corps... Parce que ça peut en faire un chouette cadeau pour kéké plus tard. Et si tu as opté pour l'option tatouage, tu finiras peut-être embaumé. Petit veinard.

    RépondreSupprimer
  7. Je plussoie sur les propos de Plancton, garde ce texte pour lui, plus tard, quand ca sera son tour de constater que le petit homme lui ressemble :)

    RépondreSupprimer
  8. Alors ça ! Ta femme et toi êtes d'une grossièreté inqualifiable. Putain chié vous avez des gros mots plein la gueule. Même les jours de ponte.
    Bel exemple pour la jeunesse...
    :o)

    RépondreSupprimer
  9. La vérité c'est que je ne l'ai traité qu'une seule fois de connard mais lui ne s'est pas gênée pour m'insulter copieusement parce que c'était un peu trop long...

    Non c'est pas vrai non plus !

    Ce qui l'est en revanche c'est que nous adorons la truculence des gros mot, des blagues salaces et autres cochoncetés qui feraient hurler les grands-mères comme il faut !

    Et cela jours de ponte compris !
    ;)

    RépondreSupprimer
  10. @plancton : oh ! je croyais que tu avais disparu de la circulation ! C'est chouette.

    @b & e : Ca me rappelle quand e. m'a proposé comme volontaire d'office pour garder le petit d'une de ses copines, qui allait accoucher du second, en pleine nuit. Elle et son copain se préparaient pour partir, et le copain s'est mis deux litres de parfum. Sa copine entre deux contractions lui a dit : "Mais tu pues ? Pourquoi tu as mis du parfum ? Tu mets du parfum pour aller à la maternité, toi ? Mais t'es vraiment trop un con !"..... :o)

    RépondreSupprimer
  11. une serie de billets magnifique

    RépondreSupprimer
  12. Tout est dit : tout simplement divin ! Comme dit

    RépondreSupprimer
  13. Soufflez, inspirez.
    c'est un magnifique ... texte !
    Bravo !

    RépondreSupprimer
  14. Merci à tous. Je n'ai pas vraiment le temps de répondre aussi bien que je le devrais à vos commentaires, mais ils me ravissent pour plusieurs raisons :

    - J'aime quand même bien les compliments ! C'est mieux que que des coups de pieds dans le short !:o)
    - Je pensais avoir fait des textes trop longs et qui allait raser les gens. Je sais, on s'en fout, on écrit ce que l'on veut. Mais bon, j'étais un peu dépité de faire ça pour quoi, pour qui, dans quel but, d'où vient le vent, les gens préfèrent les textes avec des photos de petites culottes, etc.

    J'étais fatigué.

    Mais non. J'ai eu de bons retours, malgré une série plus intime, et je me dis qu'en fait, il y a une place pour des billets comme ça, il y a des gens qui les lisent, qui suivent, qui ne zappent pas. Cette constatation fracasse ma misanthropie. Ca m'encourage pour la suite. C'est-y pas sympa de me donner la pêche comme ça ?

    RépondreSupprimer
  15. J'ai connu ça moi aussi en jurant que jamais je ne voudrais être responsable de tout ça une nouvelle fois... C'est arrivé encore deux fois après

    RépondreSupprimer
  16. Bien sûr qu'il y a la place pour des billets plus intimistes, tes textes sont drôles, légers et profonds à la fois, tu dis qu'ils sont longs ? t'es bien le seul à les trouver longs, personnellement je trouve qu'ils se lisent d'une traite, comme un escargot de Lanvin, avec juste ce qu'il faut de goût de noisette laissé derrière.

    RépondreSupprimer
  17. j'adore.... c'est touchant tout ça.... bravo

    RépondreSupprimer
  18. "les gens préfèrent les textes avec des photos de petites culottes" : bof par contre une photo du placenta aurait été la bienvenue je trouve

    RépondreSupprimer
  19. J'ai beaucoup aimé le périple (qui m'a rappelé que j'étais moi-même incapable de monter dans l'ambulance ... alors marcher 10 minutes ..... c'est bien une idée de MEC !!! J'ai adoré le passage du vaporisateur ...juste retour des choses .... ça m'a rappelé des souvenirs ! hihihi

    RépondreSupprimer