Accéder au contenu principal

Communication digitale, zéro

La vie offre parfois des moments de honte tel que l'idée de vivre au fond d'un abris nucléaire, avec des boites de flageolets, ou dans une cabane oubliée sur la montagne en mangeant des baies paraît alors une alternative tout à fait engageante.

Pour mieux saisir cette histoire, il faut la replacer dans son contexte. A l'époque, il y avait un service client dans mon entreprise, tenu artisanalement par des jeunes filles à peine sortie du lycée, qui mâchaient, le casque téléphonique sur la tête, des gros chewing-gums roses et en faisaient des bulles. L'une de ces bulles, la bulle Internet, éclata dans l'air, avec plein de gens dedans. A partir de là, et tous les six mois, des plans sociaux renvoyèrent quelques jeunes Rastignac dans leur Bretagne natale, dans une ambiance de Star Academy un peu ulcérante. Les survivants, comme moi, tachaient de se faire petits comme des playmobils, de ne pas péter, de porter des couches pour ne pas aller aux toilettes, d'éviter de montrer son sexe au Président Directeur Général, ivre le jour d'un cent-douzième pot de départ. Des réunions générales étaient vite organisées, devant des employés debout aussi joyeux que des poulets de batterie. On prononçait des discours fédérateurs, tandis qu'en coulisse, le prochain licenciement s'organisait prestement, délai étroit oblige.

Comme on le sait, il n'y a rien de tel qu'un bon licenciement économique pour recruter d'autres personnes juste après, des cadres bien habillés, et mieux payés que ceux d'avant. C'était naturel, avec les économies qu'on faisait, on pouvait se le permettre. Au Service Client, il fut donc décrété la fin de la république autogérée des filles, il arriva enfin quelqu'un de sérieux, un homme. C'était un jeune cadre dynamique, il portait une cravate, sauf le vendredi bien sûr, "Friday Wear" oblige. il articulait quand il parlait, blond, le nez pointu, une tête de fouine.

Tout de suite, il organisa, il planifia, il installa des " procédures ", il fit des " schémas ", et afficha sur les murs des sentences et des consignes en gros caractères. Puis il se ficha derrière son ordinateur, et tapota, dans son coin. Au bout de quelques semaines, ses subordonnées commencèrent à s'interroger sur l'apport effectif de leur responsable dans leur labeur, ainsi que sur toutes ces inconnues qui cherchaient à le joindre au téléphone. Certaines interlocutrices se montraient très coquines, malicieuses, voire franchement explicites. Pas très comptabilité-fournisseur, tout ça. Parfois, quand il revenait de déjeuner, il trouvait sur un post-it des messages notés scrupuleusement par la standardiste, du genre " Tigra a hâte de se faire dresser par le bambou " ou " La vampire a les crocs, tarzan75 ".

Un certain malaise s'installa. Une enquête fut discrètement ordonnée, un stagiaire informatique option KGB se fit une joie de monitorer son ordinateur. Il s'avéra alors que le jeune homme passait l'essentiel de son temps sur des sites de rencontres en pleine expansion, sites de charme, érotiques, échangistes, amateur cochon zootruc, etc. Sans se démonter, digne, le jeune cadre dynamique fit face, organisa une réunion avec ses jeunes amazones. Quelque part, il fit preuve d'un certain courage, mais il sentit vite une atmosphère à se retrouver ficelé dans un coffre de voiture, le pénis coupé dans la bouche. La confiance ne régnait plus, en somme. Il disparut du jour au lendemain.

***

C'est dans cette ambiance de rigolade que j'entre en scène. Je travaillais dans un coin, je répondais à des mails toute la journée, les yeux rivés sur " Outlook Express ". Des centaines de mails, des centaines de centaines, mon adresse directe étant proposée brutalement, en clair, sur des sites marchands.

Un lundi matin, j'étais fatigué, je répondais à un client grec, paf, j'appuyais sur mail suivant. Je tombais sur un problème insoluble, paf j'effaçais le mail, mail suivant. Une jeune employée arriva alors pour me poser une question. C'était une toute petite personne, Mimi Geignarde, excessivement bavarde. Du genre à raconter des détails croustillants à toute l'entreprise. Et elle venait droit vers moi.

La sentant arriver, j'envoyai machinalement le message en cours, j'appuyai sur message suivant et je pivotai ma chaise vers elle, attentif. Elle commença alors à m'interroger, toute petite, avec ses lunettes et son petit cahier ; je l'écoutais bras croisés, lorsque son regard fut attiré par mon écran. Elle fit une bouche toute ronde, des yeux exorbités d'horreur, et s'interrompit pour fuir. Je tournai quant à moi ma tête vers mon ordinateur et je découvris une spectacle fort incongru en plein écran, d'une obscénité grandiloquente et animée, une femme les jambes écartées, des messieurs tout autour et de fort bonne humeur.

L'infamante mésaventure avait une explication scientifique : le message suivant dont j'avais lancé l'affichage était un spam plus vicieux que de coutume. Il contenait un script provoquant l'ouverture d'une fenêtre en plein écran, publicité fort percutante. Mais allez expliquer ça à des jeunes filles à lunettes, hein. Sur le champ, je me précipitai vers ma collègue afin de sauver ma réputation dans ce coupe-gorge. Elle m'écoutait avec un air de sphinx, la bouche pincée. "Je peux tout expliquer, dis-je d'un rire faussement détendu..." Et je me lançai dans des théories sur les javascript, la publicité non sollicitée, que je subissais sans me plaindre dans la solitude de mon bureau bien caché. Autant chanter Carmen à un caillou.

Quelques heures après, tel un Jacques Chirac, je tentai de me sortir de cette affaire (nous mangions tous ensembles, dans une cantine). Discret d'habitude, j'abordais le sujet de plein front, en insistant bien sur le côté cocasse, plaisantant, me tapant le genou. La collègue disait : ouais, ouais. Puis, l'après-midi, je fis moi-même le tour des services, dissertant au passage sur ce bon moment dont j'étais le héros.

La jeune fille, comme beaucoup d'autres, fut licenciée quelques mois plus tard ; elle regagna sa Bretagne natale.



Musique : "www.com", Arthur H. (mais je ne l'ai trouvé nulle part, ben tant pis)

Commentaires

  1. Excellent !
    Comme tu as dû te sentir mal.. Et tu nous le fais partager d'une façon truculente, avec ta verve habituelle.

    (Par contre je ne comprends pas bien cette histoire de SPAM, si tu as reçu ça, ce n'est pas au hasard si ? Parce que pour ma part je n'ai jamais reçu ce genre de message visuel explicite... Hum.
    Pourtant j'en ai reçu des spams !
    ;)
    )

    RépondreSupprimer
  2. attention, la derniere phrase pouvait laisser entendre que la jeune fille avait perdu son boulot à cause de cela... ce qui ne doit pas être le cas... excellent en tout cas^^

    RépondreSupprimer
  3. @ aux deux ! Merci ! C'était un peu longuet, j'ai peur d'avoir manqué de concision... :)

    @nea : tu as parfaitement raison. Et d'ailleurs, merci d'avoir interprêté la fin dans le bon sens, dans le doute !

    Je me suis dit que la conclusion était légérement cruelle, mais j'ai essayé de "rendre" l'esprit malsain et "coupage de tête" qui régnait à l'époque. J'ai même été tenté de romancer, un moment, et de faire croire que c'était ma version qui avait triomphé, et poussée la jeune fille à la porte. Pourquoi pas ? Je n'ai pas voulu faire de confusion, le parti pris de ce blog n'étant pas la fiction, me suis-je dit.

    Pour l'anecdote, on s'est quitté en bon terme. Délégué du personel à ce moment, j'ai fait de mon mieux pour qu'on obtienne une sortie honorable...

    RépondreSupprimer
  4. ...sortie honorable... qu'on a pas obtenu... :(

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,
    je découvre ton blog.
    J'aime beaucoup ton humour...acide !
    Carole

    RépondreSupprimer
  6. J'ai eu quelque chose de similaire alors que je venais de prendre internet : premier message : paf, du porno en pleine page, bien agressif...sauf que c'est ma femme qui a ouvert le mail.

    Fort heureusement ça l'a fait beaucoup rire !

    RépondreSupprimer
  7. joli billet sur un sujet assez original meme s'il reste toutefois réaliste . je découvre votre blog qui est tres agréable , bonsoir !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…