Accéder au contenu principal

L'impayable monsieur le chef

Sarkozy ; il est vraiment impayable ce gars-là. Enfin, façon de parler. C'est mon héros. Je l'aime. J'ai toujours aimé Sarkozy, je l'ai toujours défendu. Toi qui m'accuse d'être un sarkozyste de la dernière heure, de profiter de cette vague opportune de bonheur, de ce choc de confiance ; non, je suis sarkozyste depuis tout petit, depuis avant ma naissance. J'ai été conçu dans un lit sarkozyste, il y avait un bruit sarkozyste de montre tandis que j'étais fécondé (bling-bling-bling-bling-bling). Avec Balladur, ils faisaient vraiment un super duo, j'ai d'ailleurs des T-Shirts "Sarkodur, Ballazy, allez-y". Quand ils allaient dans le métro, c'était "chaud"...

Alors moi je suis content. Je vais taper sur le verre Duralex de la cantine. Je veux du rabiot. Ca me gratte tellement de trop l'aimer, je vais finir par vraiment l'adorer. Que faire ; téléphoner à qui ; pour lui dire quoi ?

Quel gag entreprendre ? Je crois que je vais adhérer à l'UMP. Avec Jonnhy on chanterait à tue-tête : "On vous met l'Hortefeux"... "Sarkzoy, tu l'aimes ou tu le quittes..."

Le tonton, il m'a flingué. Alors, tout d'abord, messieurs les français, les champions des sondages de l'amour, les rois de la baguette, les cadors de la braguette, les numéros un des droits de l'homme, les inventeurs de la Culture, les hérauts de l'exception, bravo. C'est sûr que ça donne des idées, vilipender pendant des années Georges double-vé Bush, "Berlusconi l'entrepreneur avec des pouffes qui a assassiné la culture italienne heureusement qu'on est en France et que notre culture et ben elle est pas assassinée hein parce qu'on est les plus malins hein".

Nous, en France, c'est quand même autre chose. Nous, c'est la classe. On n'est pas des italiens, avec leurs petites chaussures pointues, ou des amerloques avec leurs satanés présidents fans de jogging. Nous c'est la classe. Le feutré. La mesure. Le classicisme. Place Vendôme. Palace le Ritz. Bibliothèque François Mitran. Jean-Luc Truffaut. François Godard. Comme dans la chanson de Gainsbourg : "Grand seigneur, dix sacs au chasseur" ! Allez, faisons-nous plaisir, en intégral, comme un nu :

Ah baiser la main d'une femme du monde,
Et m'écorcher les lèvres à ses diamants,
Et puis dans la jaguar, brûler son léopard,
Avec une cigarette anglaise,
Et s'envoyer des dry, au Gordon et des Pimm's,
Number one avant que de filer chez Maxim's.
Grand seigneur, dix sacs au chasseur,
Enfin poser, ma pelle échauffée, ma gamelle."


Le type force le respect. Le mec, il est malin. Au comptoir : ah mais c'est un scandale nous les pauvres et lui. Ah mais il s'embête pas c'est la révolution c'est la guerre civile non mais si j'avais pas mon verre de blanc pour me calmer je te dis pas le foin que je ferais la raclée que je leur mettrais moi aux riches aux pauvres aux gars fonctionnaires de la SNCF aux professeurs des écoles avec leur deux mois de vacances ouais mais les gamins ya plus de respect c'est la pagaille c'est la fin du monde. Mais quand même. Tu en connais toi des gars qui font fois deux de leur salaire comme ça ? Silence dans les rangs. Il a débloqué l'oseille. Touché le grisbi. Capté le pognon. Tâte la maille. Il a fait rouler les ronds.

Silence. Il a réussi, lui. Nous on est que des fieffés jaloux, des aigris, des frustrés, des salauds de pauvres, on dit des "malgré que".

Et pi t'as vu sa maîtresse ? Il s'embête pas le coquin. Rires. Silence. Ah ça c'est sûr et pi y s'embête pas le coquin... Ouais il est malin quand même. Faire fois deux de son salaire, dégoter une petite poulette, tranquille. Ouais c'est pour çà que c'est le président, hein, et pas nous. Respect. Bravo, chef. Oui, chef. D'accord chef. Tout de suite chef. Cinq ans, chef. Dix ans, chef. Et moi, je pouffe.

Commentaires

  1. Arff !! Grande forme le balmeyer today ! J't'avais jamais lu comme ça mon gars...
    Je te soupçonnerai presque d'être ironique sur ce coup là...

    RépondreSupprimer
  2. ah ah ! ironique ? Mah, mah pourquoi ?!?

    Comme le dit malicieusement Eric Mainville, dans les blogs "Evitez l'humour" ! ;)

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai que je le jalouse grave!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…