Accéder au contenu principal

Bloguons moins, bloguons rien

J'ai débuté ce mois de Novembre avec une consigne envoyée par les instances dirigeantes de mon surmoi : faire moins, faire bien. J'avais l'espoir de concentrer toutes mes forces sur quelques billets bien sentis, du style "la vérité sur la Relativité d'Einstein", "dix solutions pour éradiquer le chômage", "Vaincre la mort avec des haricots verts", "Proust expliqué aux animaux", etc.

Mais penser que la somme des petits efforts consacrés à écrire des petits articles peut produire, répartis également sur moins d'articles, des... bref, et ben c'est de la théorie. En fait, moins je blogue, moins je blogue.

Et plus je blogue, plus je blogue. (vlan, 100 lecteurs en moins).

(comme si j'avais 100 lecteurs).

Je signale donc au passage la reprise d'un de mes articles dans le blog collaboratif "Equilibre précaire". Pour l'anecdote, une fois le billet terminé, j'avais caressé l'idée de l'envoyer à Eric Mainville, mais une pudeur de jeune vierge passionnée d'équitation m'avait embrumé l'idée, jusqu'à ce qu'Eric fasse le premier pas ; le vaillant hussard.

A part ça, mon fiston kéké fait le festival du vomi, festival on et off compris, avec représentations nocturnes et supplémentaires le dimanche ; Bertrand Delanoë serait fier de mes nuits blanches et de mes Paris-Plage-de-Gerbe. Je suis fatigué comme une carte bancaire Electron en fin de mois. Mes articles à venir moisissent dans mes brouillons, il me faudrait vraiment au moins un Sarkozy pour les sortir de la triste captivité qu'est l'inachèvement.

A part ça, bonne nouvelle, j'ai gagné un cheeseburger gratuit au MacDonald.

Commentaires

  1. Ne rien faire, mais le faire bien.

    Telle était ma devise au Lycée.

    RépondreSupprimer
  2. "pudeur de jeune vierge passionnée d'équitation"
    Tu peux développer s'il te plait ?

    Puis après comme tu n'as pas l'air trop occupé, tu développeras la
    "timidité d'une vieille pucelle férue de danse classique"

    Ah, je sens qu'on va s'amuser.

    RépondreSupprimer
  3. @Dom : c'est d'une logique imparable : les jeunes vierges ont de la pudeur. La pudeur entraîne un affichage massif de posters de chevaux dans la chambre, voire l'achat de jeux vidéos de simulation

    Je n'invente rien, je constate.
    Exemples :
    http://www.ciao.fr/Mon_Cheval_Et_Moi_Wii__1378839

    http://www.rueducommerce.fr/Jeux-Consoles/Nintendo-DS-DS-Lite/Sport-Simulation/UBI-SOFT/414691-Alexandra-Ledermann-2-Sacoche-DS.htm

    RépondreSupprimer
  4. Ah oui.
    Et la danse classique ?

    RépondreSupprimer
  5. Quelle est cette obsession pour la danse classique ? Je suis sûr que tu avais des posters de danseuses classiques faisant du cheval, en Camargue.

    RépondreSupprimer
  6. Je suis comme Dom, je reste un peu sur ma faim avec cet article, non au sujet de la danse classique ni des vierges à cheval mais au sujet du vomi (chacun ses passions de jeunesse !)...

    Avec tout ce que nous avons épongé ces derniers jours, y compris sur moi-même, j'espérais une grandiloquence digne de ton premier essai en la matière(http://balmeyer.blogspot.com/2007/09/le-pou.html), et la création, comme je te l'avais suggéré hier sur l'oreiller, d'une rubrique vomi... Rien de moins !

    RépondreSupprimer
  7. Le vomi commence certes à occuper une place prépondérante dans nos vies, et ça, comment dire, c'est pas cool...

    RépondreSupprimer
  8. Non je n'avais point de danseuse classique à cheval en camargue.
    Plutôt des cockers à tutus avec flous artistiques.
    Et je vote aussi pour une rubrique à vomi.

    RépondreSupprimer
  9. Mais... le Marcus, c'est bien celui des "ménagères de moins de 50 ans" ? Long à la détente, mais quand même...

    RépondreSupprimer
  10. Oh le raccourci facile. Sachez Milord que je n'accepterai jamais d'être le Marcus de quelqu'une en particulier. De toutes en général, là faut voir, ça se discute.

    RépondreSupprimer
  11. un conseil : gare le cheeseburger gagné hors des yeux de Kéké, car m'est avis que s'il l'engloutit, ça va le refaire vomir....

    RépondreSupprimer
  12. mais le vomi n'a qu'un temps !
    j'ai beaucoup donné mais depuis j'ai oublié :-))
    bon courage

    RépondreSupprimer
  13. "Bloguons moins, bloguons rien", ça ressemble fort à l'énoncé de la théorie de la relativité restreinte...

    RépondreSupprimer
  14. ah, ça fait plaisir de te voir revenir ici !

    RépondreSupprimer
  15. "fatigué comme une carte bancaire Electron en fin de mois"

    hi hi.

    RépondreSupprimer
  16. @myriam : ya des connaisseurs en CB, ça fait plaisir ! :)

    RépondreSupprimer
  17. "Vaillant hussard", je ne sais pas! Mais rencontre de deux esprits (si on ose dire!) Un billet qui allait de soi.
    Et, en lançant "équilibre précaire", c'est ce genre de rencontres que j'espérait susciter. Et lancer en pleine face de ceux qui ne veulent pas la voir la vérité du pays (et du capitalisme tel qu'il se développe). Un thème, entre nous, qui est abordé par beaucoup de chercheurs en sciences humaines, mais plus rarement dans les médias. En effet, les annonceurs n'aiment pas!

    ;-)

    RépondreSupprimer
  18. euh... Moi j'ai gagné qu'un milkshake au Mc Do, ce qui effectivement retourne l'estomac...

    RépondreSupprimer
  19. ...une rubrique vomi... disons qu'aprézs, il va falloir la remplir !ok je m'eclipse avant de me faire déphaser

    RépondreSupprimer
  20. Sinon un forum vomi ça pourrait être bien, ça inspire pas mal de personnes on dirait... En tous cas, moi aussi je vote pour la rubrique vomi. Quoique caca ça pourrait être pas mal aussi !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…