Accéder au contenu principal

Chant de marche à la pluie débutante

Les marchands de cartes postales, comme sortis des catacombes, poussent leur chariot d’images, fumant sur les trottoirs déserts. Dans les boutiques compactes, d’absurdes casquettes touristiques rendent profondément mélancoliques ceux qui les portent, et ceux qui les regardent. La butte semble à peine surgie de terre, avec ses parois humides et fraîches, zébrées de lierre, paisible dôme dallé de labyrinthes inclinés où j’erre comme un laborieux Minotaure. Un manège s’est recroquevillé au bas de la colline, fête délavée. Tel un hérisson lugubre il menace ; abattoir silencieux pour les chevaux de bois. On accélère le pas, on est en retard. Des talons claquent toujours, d’énigmatiques demoiselles disparaissent comme des mondes éclipsés.

La pluie alors m’enlace élégamment, tournoie, ambiance feutrée d’un bal de débutantes. Lentement, je sombre vers le ciel, trempé, de plus en plus semblable aux éponges nuageuses charriées par les courants célestes. Un commerçant solitaire s’est extirpé de son échoppe, sa vitrine est un kaléidoscope de monuments et d’assiettes sérigraphiées ; dans le vent battant, il répète aux rares promeneurs : « Parapluie, parapluie, parapluie. »

Commentaires

  1. Bonsoir en passant !
    Bah descend te balader vers la Goutte en bas, c'est plus gai. Et le thé à la menthe est moins cher que le café aux Abbesses :o)
    @+++

    RépondreSupprimer
  2. Salut ! En fait, j'habite pas loin de la Goutte, en bas comme tu dis ! :)

    En ce moment, pour aller bosser, matin et soir, je franchis la butte suivant la ligne Abbesses / Pigalle, j'aime bien l'ambiance pluvieuse et désertée qu'il y reigne, en ce moment, matin et soir !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    Je m'excuse d'atterrir sans crier gare sur ce magnifique blog (que je lirai dès que possible !!), mais j'envisage de créer une Amicale des Anciens Combattants de la 14, et je crois avoir reconnu en vous, Mister Balmeyer, un des 119 valeureux soldats qui étaient mes camarades de chambrée.
    J'étais le 120ème il y a longtemps, très longtemps, mais depuis mon OVNI à vogué sous d'autres cieux...
    Si tu es intéressé par ce projet d'une importance toute primordiale pour l'avenir de notre système solaire, ma soucoupe capte les mails en haut-débit maintenant, autant dire que je me la raconte, comme on dit quand on est jeune.

    Bien sûr toute cette histoire n'est qu'un très habile subterfuge pour te saluer, chose faîte ! :-)

    Peace.

    PS : Heu...Etant toujours aussi "incredibeule" au niveau internet, j'ai pas trouver si tu as un mail "public" destiné à tes nombreux fans, donc je suis contraint de poster ici, mes excuses.

    RépondreSupprimer
  4. @anonyme : coupaing !!!! :)

    Ah c'est chouette les blogs ! On s'est retrouvé ! [ici : musique de Joe Dassin... "On ira... où tu voudras quand tu voudras..."... musique de Royal Canin : "tan tan... tan tan ..." !


    mon contact : (je vais le rajouter à droite)

    balmeyer


    arobase (comme "rentre à la base Actarus, c'est trop dangereux pour toi")

    gmail

    point

    com

    (comme ça j'aurai pas de pub pour le Viagra)

    RépondreSupprimer
  5. Oh et bien ça y est je suis sous le charme mais pas sous la pluie :)

    RépondreSupprimer
  6. Parmi ces centaines de notes magnifiques, celle-ci a du frais, de la légèreté, et de l'humidité qui me ravissent. Me permets-tu de la reproduire sur mon blog, dans le cadre de petites reprises sans prétentions qui me permettent de le faire vivre (mon blog), même en ces temps de vacances où je déserte l'ordi pour profiter de ma petite famille ? Bonne fin d'année.

    RépondreSupprimer
  7. @oh : bien sûr, tu peux la reproduire ! Merci ! J'ai quant à moi du retard sur la lecture de mes blogs, dont le tien, alors garde ce rythme ! :o)))

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…