Accéder au contenu principal

Les yeux qui ne bougent pas

Hier, c'était Beaujolais Nouveau, avec Monsieur Romano. Au fait, Monsieur Romano, tu as le droit de laisser un commentaire, en bas, ce n'est pas un club privé, ici, je ne suis pas habillé en cuir avec une cravache à la main et une casquette en clou (du moins pas aujourd'hui).

Bon, le Beaujolais nouveau, pour moi, ce n'est pas pareil que pour les autres. Les autres, les parisiens, avec l'accent pointu, ils en profitent pour se beurrer avec du vin pas fini, puis ils disent des bêtises dans le métro, ils braillent pour se défouler d'habiter dans des studios, et au final ils se vautrent en vélib'. Mais moi, le Beaujolais, ce n'est pas pareil. Déjà, quand je suis beurré, je dis toujours des choses intelligentes. Bon, j'articule moins bien, parfois pas du tout, parfois je me trompe de mots, parfois je vomis, mais toujours intelligemment. Bref, je dis des choses intelligentes, à défaut d'être intelligibles.

Et puis le Beaujolais, c'est un peu grâce à moi qu'il existe. Pendant sept ans, j'ai vendangé dans le Beaujolais. Sans le savoir, vous avez dû boire ces dernières années une bouteille avec un peu de raisin que j'ai ramassé, un peu de mon labeur, de mon amour, de ma sueur, avec aussi quelques morceaux de mes doigts, avec deux ou trois fourmis, quelques araignées égarées dans le seau. Un peu de mes vomis aussi, lorsque j'errais dans les vignes verdoyantes et nocturnes, embarrassés par certains verres superfétatoires.

Avec Monsieur Romano, donc, on goûtait le Beaujolais Nouveau, en fins connaisseurs. Il était rentré tard de son documentaire sur les punks, moi j'avais fini de dire au revoir à mon petit punk, dont le slogan était "no dodo". Nous avions sortis religieusement deux verres, émus, puis reniflé la vermeille boisson, comme des Jean-Pierre Coffe, puis avalé une gorgée. Une horreur. C'était peut-être la bouteille qui était bouchonnée, ou nous qui n'étions pas d'équerre, toujours est-il que nous bavâmes une infection rougeâtre indescriptible. C'était une sorte de vinaigre de gastro-entérite, du jus de blattes moisies, de l'urine de chacal malade.

Puisque Monsieur Romano participait à un documentaire sur les punks, nous en vîmes à parler de cinéma, et de la prise de son, particulièrement. Il parait que le son direct est une spécialité française. Une french touch, quoi. Le son direct, c'est le perchman, c'est le micro-cravatte. Les types du son sont fiers d'affirmer "Moi j'ai fais un film avec à peine 15-20% de postsynchronisation". Ailleurs, en Italie par exemple, on fait le son après, c'est leur tradition. C'est bien connu que Fellini demandait à ses acteurs de dire n'importe quoi, de compter par exemple, les dialogues étant enregistrés, voire écrits, après les prises de vue.

C'est à ce titre qu'un grand ingénieur du son français, comme Jean-Pierre Ruh fut engagé sur le film "Il était une fois en Amérique", de Sergio Leone. Un jour, gros plan sur le visage, pardon, les yeux de Robert de Niro. Gros plan comme d'hab, quoi, du Sergio Leone, logique. La caméra contre le nez.

Jean-Pierre Ruh est bien embêté : la scène se tourne, pas de difficulté pour placer le microphone, c'est un très gros plan ; mais de Niro est incompréhensible. Il n'articule pas, il marmonne son dialogue, comme moi après du Beaujolais Nouveau. Jean-Pierre Ruh se gratte la tête, il se demande comment il va faire pour demander à Robert "Taxi Driver" de Niro de soigner sa diction, d'énoncer plus distinctement, comme un vrai comédien, en fait. Il s'interroge sur la manière la plus diplomatique pour dire : "Tu sais, Bob, j'ai le micro au bord de tes lèvres, et j'en ai placé, des micros, moi le professionnel du son direct, et j'en ai entendu des acteurs, sur les plateaux, mais toi, on n'entrave que dalle ; alors articule quand tu parles".

Il est bien embêté, mais il est ingénieur du son tout de même, il tourne le dernier film de Sergio Leone, et il ne va pas prendre sur ses épaules la responsabilité d'un tel désastre. Ainsi, il courbe l'échine, il va voir Robert de Niro, et il lui dit, en substance qu'on ne comprend rien à ce qu'il baragouine ; et est-ce qu'il pourrait pas - s'il vous plaît - articuler un peu plus ?

Alors Robert de Niro Répond : Non.

Non, dit-il, il n'articulera pas plus. Parce que s'il articule, cela fait bouger ses yeux. Et c'est laid, des yeux de Robert de Niro qui bougent, un visage remué par l'effort de la diction, en gros plan. Il ne veut pas des joues qui sautillent, des paupières qui sursautent. Non. Le regard de Robert de Niro doit être droit et dur et inamovible comme de la pierre d'homme. C'est Robert de Niro, pas Robert de Funès.

Ensuite, j'imagine l'acteur qui dit à Jean-Pierre Ruh des trucs du genre : "You're talkin' to me ? ... Who the fuck do you think you're talking to, with your microphone ?", mais ça en fait j'en sais rien.

Mais si un jour, vous êtes confronté à ce problème, si vous avez trop tâté du Beaujolais Nouveau, ou du Bordeaux Nouveau, ou de la 33 Export Nouvelle, faites juste comme Robert de Niro, dites : "Non, j'articule pas, car sinon ça fait bouger mes yeux, et c'est nul, en gros plan".

Commentaires

  1. je tacherai de m'en souvenir..ce qui n'est pas gagné dans ces moments là.
    Ca reique bine de finir en
    " Non j'aaaaaartiiiiiicuuuuuuleeeeeeeeeerai, sinon ça va faire tomber mes lunettes, et c'est nul un homme en gros plan..."..à une vache pret s'entends...

    RépondreSupprimer
  2. j'ai bien rigolé.... le beaujolais nouveau pour moi c'est mon premier verre de vin et ce soir là j'en ai bu des tas ... de verres....
    fallait après ça remonter la rue de Ménilmontant à Paris ... bourrer c'est pas facile même a pieds...
    montée mémorable..
    bref ton billet ma fait du bien et j'ai bien rigolé !

    RépondreSupprimer
  3. @romy : Merci !

    Notre Beaujo était tellement pas bon qu'on a fini la soirée avec la bouteille à moitié pleine. Je suis rentré chez moi en trouvant tout de suite la porte, en me souvenant de code. Consternant.

    @ash : "Ca reique bine de finir..." articule quand tu écris ! :-))

    RépondreSupprimer
  4. "puis ils disent des bêtises dans le métro, ils braillent pour se défouler d'habiter dans des studios, et au final ils se vautrent en vélib'"

    ...

    wow.
    Je me sens visée, mais alors bien hein ! :)

    RépondreSupprimer
  5. @bibz : très franchement, je me suis demandé en écrivant ça : "Le coup de la gamelle en vélib', j'ai pas déjà lu çà sur le blog de bibzdidine ?"

    Merci de confirmer !

    .... et effectivement, une rapide recherche dans google avec les termes "bibzdidine vélib" donne des choses très interessantes ! :)

    (grilée !)

    RépondreSupprimer
  6. L'avantage avec le Gros Plant c'est qu'il est perpétuellement nouveau. Une fête permanente, en somme... ;)

    RépondreSupprimer
  7. Le Beaujolpif, ca fait bouger que le nez!

    RépondreSupprimer
  8. Olivemachin,

    Mon nez ne bouge pas. Par contre mes doigts ont tendance à raconter des conneries dans les blogs.

    Ton analyse du Beaujolais Nouveau est donc différente de la mienne. Pourtant je pratique beaucoup. Tu dois te tromper.

    RépondreSupprimer
  9. je suis pas peu fier d etre cité dans ton carnet, balmy. c est un peu comme une consecration mediatique qui me fait fort defaut dans mon metier d oracle. en plus, mon nom et celui de deniro dans le meme billet, c est robert qui doit se la wej aussi. merci encore pour le beaujolais pourri mais franchement amical qu on eu la chance de partager.
    mr romano

    RépondreSupprimer
  10. Merci monsieur Romano ! Reviens quand tu veux !

    Ce soir, E. me dit avec un rire indulgent : "ah la la, vos délires de poivrot". Alors, comme à elle, je vous le signale : c'est une anecdote vraie, comme la vérité vraie, par exemple. Je demanderai à Monsieur Romano ses sources.

    RépondreSupprimer
  11. eh bien je suis passée, à bientôt !

    RépondreSupprimer
  12. Tu me donnereais presque envie de picoler de cet infâme breuvage (dans lequel j'ai moi aussi perdu quelques doigts) pour tester ta réplique De Niresque!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…