Accéder au contenu principal

Culte de ma personnalité

(Hier, j'ai pris un gros brouillon, et tel un gigot, je l'ai coupé en deux, une part à consommer sur le champ, la seconde moitié à faire réchauffer le mardi. Voilà donc la suite).

Ce que je n'ai pas avoué dans mon précèdent billet, c'est que j'use de subterfuges particulièrement condamnables pour me faire passer pour un héros, auprès de mon fils.

Ainsi, alors qu'il croit que je travaille dans un camion poubelle, au lieu de le détromper, je détaille mes pérégrinations. Papa a eu beaucoup de travail, avec le gros camion. Ah ah, il est allé très vite, les collègues de papa ont du beaucoup courir pour le rattraper, ça leur a fait les pieds. Mon épouse me regarde comme un escroc, et je me cache derrière le canapé.

Kéké a deux ans, il a une confiance absolue et naïve en nous, il n'a pas d'ami, pas de copine, il ne sait pas faire des courses, il ne sait pas faire à manger, il me regarde de tout en bas avec des grands yeux humides. Alors, tel un dictateur du Turkménistan j'emploie des méthodes très soviétiques pour cultiver le culte de ma personne. "Regarde ce carton de livres, seul papa peut le soulever aussi haut dans l'air." - Démonstration - oh c'est lourd ! "Papa est fort", dis-je pour insister. Ça fait bien rigoler maman. Quoi ? Il y a des vérités, la nuit c'est noir, le bain c'est chaud, papa c'est fort.

Porter le réfrigérateur ? Facile pour papa. Il le prend avec les deux mains, il le soulève, puis se demande "Tiens, quelle heure est-il ?", il fouille dans sa poche pour chercher son téléphone portable, le frigo sur une main, puis il fouille l'autre poche, avec l'autre main, le frigo maintenu en l'air par la force de sa pensée. Parfois papa emploie un copain figurant qui a l'honneur de mettre une main sur le réfrigérateur, pour imiter papa et reprendre confiance en lui, et goût à la vie ; parfois papa magnanime laisse même un second copain porter le frigo avec lui, car papa est tellement fort qu'il n'a plus rien à prouver, qu'il est revenu de tout, et qu'il peut s'asseoir sur le canapé pendant que les copains portent le frigo.

Autre exemple : regarde, papa jongle. Je prends trois balles, j'exécute deux ou trois mouvements de jonglerie, c'est magnifique, les balles partent aux quatre coins de la pièce. Papa a fait exprès de balancer toutes les balles, c'est exactement ce qu'il voulait faire, car papa aime le désordre, et papa est déjà las de jongler au bout de deux secondes. Papa est un prince, il se lasse facilement comme les grands de ce monde. Papa recommence avec deux balles. Papa y arrive bien. Papa aime la simplicité. Papa jongle maintenant avec une seule balle. Oui, papa, comme le Pape, n'est pas dupe des artifices de ce monde. A quoi bon jongler avec trois balles quand une seule suffit ? C'est bon, c'est beau, comme la balle s'envole, comme la balle retombe par terre, comme papa la ramasse.

Papa fait à manger. Papa est le meilleur cuisinier de pâtes et de steak de France. Papa a inventé la cuisson du steak, papa a inventé l'animal du steak, qui est tout comme la gentille vache dans le livre de Tchoupi, mais sauf qu'elle n'est pas vraiment gentille, et qu'elle naît déjà steak, et qu'on peut donc la cuisiner sans problème moral. Lorsque Kéké a faim, papa arrive avec l'assiette qui fume, il dit miam on va vraiment se régaler. Parfois papa lit beaucoup ses emails, il rafraîchit ses emails, il n'y en a pas de nouveau alors il les rafraîchit une troisième fois, et il fait à manger des légumes noirs. Alors papa se fait juge comme Saint Louis sous son arbre et décrète : les légumes c'est mal, ils ont tort, ils ont échoué l'épreuve de la cuisson, ils purgeront une peine de cent ans dans le sac poubelle.

Souvent, tel un créateur, papa construit des meubles suédois. Il les élève, majestueux dans l'espace, comme des cathédrales de contre-plaqué. Papa sait construire des meubles, il sait aussi construire des murs et des immeubles, mais il préfère les louer car ce n'est pas très intéressant. Impitoyable, papa démonte les meubles aussitôt construit car apparemment ils sont à l'envers, ou de traviole, alors papa emploie des mots interdits, boit des boissons interdites, puis recommence, mais peut-être que trop de boissons interdites n'aident pas à faire des meubles suédois droits, mais maman n'a qu'à s'occuper de ses affaires, car c'est papa le chef de la perceuse. Quand la semaine s'est écoulée et que le meuble suédois est enfin monté, papa s'accroupit et dit : "Regarde, papa va baptiser le meuble qu'il a fait avec ses mains, il va s'appeler Billy, ou Skvdodotrk. C'est papa qui l'a fait."

Pendant ce temps, les adolescents du dessus traitent leurs parents de connards. Papa profite un maximum de son bloc soviétique, avant son effondrement.

Commentaires

  1. T'en a pas marre de porter le frigo uniquement pour la propagande ?

    RépondreSupprimer
  2. ça doit être marrant d'être ton fils...
    Fais gaffe quand même, il y a un âge où tu devras faire la bascule rapidement si tu ne veux pas qu'il se foute de ta gueule!
    P.S : petite ruse : essaie de lui faire croire que les steaks hachés sont de petits animaux qui courent tels quels dans les bois, j'avais réussi ça avec mon petit frère;)

    RépondreSupprimer
  3. c'est vraiment ...touchant et drôle
    il faut vraiment profiter de ces moments car ils passent vite et un jour on ne peut plus leur raconter de choses de ce genre ; mais c'est vraiment super aussi après ! et les grandes discussions avec ados lors de repas très animés , c'est pas mal :-)
    et puis un Papa super fort c'est très rassurant

    RépondreSupprimer
  4. Les papas sont super forts, jusqu'au jour où le môme pète le mur de Berlin, et là t'entends :
    "pppfuuh !! t'es trop un loser p'pa."
    Tout cela parce que tu as confondu tecktonik et tectonique.
    Mais c'est vrai que t'as des compensations, t'apprends plein de nouveaux trucs intéressants tous les jours. Comme faire une anti sèche dans un lecteur mp3.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai l'impression d'avoir déjà vécu quelques unes des scènes si bien décrites. Pas plus tard que ce week end je me suis éreinté sur les mêmes meubles suédois. A un moment j'avais besoin d'aide et je la demande à mon fiston de 5 ans qui passait par là. Bon j'ai présumé de ses forces et sous estimé ma connerie, on a entendu un grand crac et l'angle droit s'est transformé en ligne droite avec des vis en vrac en tout le bazar. Je te raconte pas l'image de la loose du père. Je crois que mon mur de berlin comme dit Dom s'est effondré un peu tôt!
    à plus et merci, elles sont classes tes histoires

    RépondreSupprimer
  6. il n'oublie pas de laisser une place à maman, ce papa-là ? Une maman aussi, ça peut faire tout ça...

    RépondreSupprimer
  7. Oui, j'ai enfermé la maman dans une cave, je la nourris de temps en temps en lui passant du pain à travers une trappe...

    C'est comme les clowns, ils n'ont pas VRAIMENT un nez rouge, tu sais, c'est juste un billet, Saperli... ;)

    RépondreSupprimer
  8. Moi, j'ai réellement un nez rouge. Et c'est pas demain, avec le Beaujolais, que ça va s'arranger.

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. Je vois ça, tu commentes déjà double, Nicolas ! :)

    RépondreSupprimer
  11. Oui ! Profites bien PAPA car le petit bonhomme deviendra ADO et là ... je t'assure que c'est plus dutout la même musique.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…