Accéder au contenu principal

Un jour ordinaire

Tiens, ma femme et mon fils ont failli se faire écraser par une voiture tout à l'heure. "A propos, me dit-elle au téléphone, tu aurais pu être très triste aujourd'hui". Une automobile qui s'arrête au passage piéton, puis le conducteur, distrait, redémarre et freine à cinquante centimètres de la poussette. La poussette grise, avec le Kit pluie. Le chauffeur qui sort, s'excuse, E. fond en larme, s'assoit, la peur, l'émotion.

Pile ou face, aujourd'hui tout est bien. Le hasard ne m'a pas écrasé de son talon considérable. Je travaillais sur quelques billets de mon blog, certains marrants, d'autres pas. Je me disais, tiens est-ce que je vais dépasser les cent visites, en ce bon jour de chance ? Et si j'essayais ce gadget qui fait clignoter mon article comme un sapin de Noël ? Et si je découvrais les livres de science-fiction ? Playmobil ou garage de voiture, pour l'anniversaire de Kéké, dans quatre jours ? Et si j'apprenais à faire des vrais pizzas, avec même la pate ?

Je vais pouvoir aller manger des sandwiches en triangle à midi, poursuivre, l'air de rien, publier des conneries, ou non. Écouter le bruit du jour ordinaire qui s'écoule comme un ruisseau, monotone, agréable, insignifiant, apaisant. Rentrer à pied, lancer des balles de couleur dans la chambre, m'endormir et plonger dans des rêves incohérents.

Commentaires

  1. ça fait parfois du bien, ces petits pics d'adrénaline qui nous rapellent que nous sommes mortels et que le temps nous est compté...

    RépondreSupprimer
  2. Oups ! Je sais maintenant qui j'ai failli écrasé ce qui m'aurait mis en retard au boulot.

    ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Ah ah ah ! Quel pirate ce Nicolas ! :-)

    RépondreSupprimer
  4. T'es bon pour un calin ce soir !!

    RépondreSupprimer
  5. D'un coup, c'est fou comme certaines choses peuvent sembler dérisoires, et puis on oublie à nouveau, jusqu'à la fois d'après.

    PS ça clignote pas, mais comment ça le fait bien le chapeau melon au début des commentaires. Trop classe.

    RépondreSupprimer
  6. @dom : tu aimes bien le chapeau ? chouette ! C'est d'avoir vu le site de Shalima, qui est sur blogger, comme moi, ça m'a donné envie de mettre quelques plantes vertes ! :)

    RépondreSupprimer
  7. je voudrais bien voir le truc qui clignote.
    pour le reste, je crois qu'on est happés par la vie, quelles qu'en soient les raisons, un chauffard, un blog, un enfant, un travail..
    des bizettes

    RépondreSupprimer
  8. Que de questions importantes tu t'est posées aujourd'hui !

    Pour ta première interrogation : est-ce que je vais dépasser les cent visites ? La réponse est oui, on peut l'envisager sérieusement !
    Mais la vrai question est : est ce que le centième visiteur gagne un tour en poussette ? :)

    Pour tes autres questions philosophiques, comme essayer ce gadget qui fait clignoter ton article comme un sapin de Noël, je dirais oui, mais pas tout de suite, c'est franchement lourd cette mode de commencer Noel mi-novembre !
    Découvrir les livres de science-fiction ? Bonne idée, commence par une bonne introduction audiovisuelle : le JT de Jean Pierre Pernot...
    Playmobil ou garage de voiture, pour l'anniversaire de Kéké, dans quatre jours ? Garage de voiture c'est presque de mauvais goût ^^
    Moi je dirait les deux, je sais on les gâte trop ces petits anges de l'enfer...
    Et si t'apprenais à faire des vrais pizzas, avec même la pate ?
    Rhaaa laaa laaa tous ces apprentis sorciers non Italiens qui préparent des contrefaçons de pizza...

    J'ai une autre idée pour toi : Pourquoi n'écrirais tu pas une chronique impertinente et dévastatrice sur un événement dramatique qui est passé inaperçu : le village de Moncuq n'a pas passé les "qualifications" pour faire parties des communes d'un prochain Monopoly, ils ont été évincés scandaleusement !

    (Je laisse un blanc de réflexion pour que le côté Louise Michel qui sommeille en nous se réveille devant cette injustice)

    Allez, j'arrête les bêtises, a++

    PS : Pense à faire réviser la poussette, freinage, pneus, suspension, etc...Faut pas déconner avec le matos. :-)

    Peace.

    RépondreSupprimer
  9. Très drôle Donzo, même si l'éviction de montcuq est loin d'être passée inaperçue, parait qu'ils vont faire une édition spéciale montcuq.
    Ohlala.
    C'est nul ce que j'écris;

    Bon, j'attends la rubrique à vomi.

    RépondreSupprimer
  10. Il faut croire qu'aujourd'hui le hasard portait des talons aiguilles plutôt que des rangers! La surface de contact est moins grande.
    content pour toi de cette fin heureuse
    à bientôt

    RépondreSupprimer
  11. @Dom : ici on commente en pantoufle, relax, on mange les chips avec les doigts, ce n'est pas nul ce que tu écris.

    @mélanie : l'article qui clignotte ! Je lisais de ci de là quelques "piques" contre les blogs à la déco surchargée, et le débat fait rage dans mon esprit : sobriété ou ébriété ?

    @Donzo : cet OVNI est un complice, nous nous sommes perdus de vue et retrouvé depuis peu... :) ma parole, tu m'as fait un commentaire long comme le bras, prends donc un verre ! :)

    @SuperOlive : ta formule est très belle ! D'ailleurs un peu de promo ne faisant pas de mal (je ne mets plus trop de liens ces derniers temps, mais (bisounours mode) je ne sais plus qui citer en premier sans faire affront aux autres (fin du bisounours mode) je vous conseille sa petite recette anti-cauchemar dans son "carnet de bord", sur son blog ou
    direcement là.

    @balmeyer : au lieu d'écrire des commentaires longs, fais des articles, feignasse.

    @balmeyer : et ta mère, elle boit de la bière ?

    RépondreSupprimer
  12. @dom : "Bon, j'attends la rubrique à vomi."

    Mais c'est dans les brouillons. Flûte, c'est pas si facile que ça à rendre... euh à écrire comme article...

    RépondreSupprimer
  13. Moi, j'attends la rubrique à vomi. Je suis un pro.

    RépondreSupprimer
  14. Mélina, je m'appelle Mélina.
    Des bizettes mais je veux l'article qui clignote, au moins un jour, sur un article.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…