Accéder au contenu principal

Chien pourri et oisive jeunesse

Je suis d'une humeur de chien pourri. Oui, pourri le chien, pourrie l'humeur.

Petite formation professionnelle aujourd'hui, la joie du savoir, l'apprentissage, la connaissance. Et bien il en faut toujours un pour faire le coq, et que je veux être formateur à la place du formateur, et que je sais tout d'ailleurs pourquoi j'ai une formation, et que toi tu ne comprends pas, mais on vient de l'expliquer pourtant. C'était Star Academy, comme si l'un d'entre nous devait être éliminé le soir même, ou bien au contraire recevoir une médaille en chocolat avec gravé dessus "l'employé du mois qui l'était trop fort". Et encore, je n'imagine même pas s'il y avait eu une fille au milieu. Le combat. Le duel. La concurrence. Le défi. L'effort. Toi Hermione, moi Hormone. Moi vouloir impressioner toi.

Des claques. Je suis un exportateur de claques. Je suis l'inventeur de la claque. A chaque claque qui tombe dans le monde sur les crétins et les méchants du bulbe, je touche des droits d'auteur. Chouchous, beignets, glaces, tartes dans la gueule. Dommage, j'aurais bien été un hippie, avec ma guitare dans la montagne, j'aurais chanté "c'est une maison bleue, adossé à la colline, j'y mets plein de crétins, elle s'écroule dans le ravin et moi je respire, SAN FRANCISCO, avec Loïc Lemeur, je fais des start-ups, etc. ".

Mais revenons à nos moutons. Je suis d'une humeur de mouton pourri. Des jeunes autour de moi, des jeunes qui pourraient apprendre la guitare, des jeunes donc usent leur talent et leur énergie à construire dans la précipitation un site internet "anti-grève". Faites circuler la pétition. Bon, les grèves c'est embêtant, hein, c'est comme les congés payés, on en a trop, on s'ennuie, résultat Johnny Halliday s'en va, c'est la fuite des cerveaux, et tout est dépeuplé.

L'usager pris en otage. Pitié, soyez de gauche, soyez de droite, comme vous voulez, le panache, la rigueur, l'humanité, le libéralisme, le communisme, le tiers-mondisme, le gaullisme, le cynisme, le socialisme, d'accord, mais pitié, pas la médiocrité Claire-Chazalesque, la phrase mille fois entendue, remâchée, prémachée, avec un vieux goût de poisson surgelé, l'argument moisi-roquefort sur les nantis et les paresseux, et les PowerPoints miteux sur les conducteurs de train, les argumentations de métropolitain avec des odeurs de slips rances, les réflexions mesquines tellement petites qu'on entre dans le domaine de la physique quantique. Mes jeunes amis ont des habitudes de pharmaciens de Flaubert, des petits Homais avec des petits chapeaux dans les petites officines du monde.

Le jeune hippie que j'étais, il va ressurgir de son passé comme d'un tombeau, il va marcher tel un zombie dans Thriller, et il va tatouiller les gens à coup de guitare. "C'est une maison... paf un bleu !". L'attaque des Zombies Hippies.

De l'air ! De l'air ! Du vent ! De l'éolienne ! De la tempête ! Du déodorisant ! Des fougères ! Des vignes ! de l'espace ! Des plages ! Des caps ! Des pics ! Des péninsules ! Des éléphants ! Des paquebots ! Des explorateurs ! Des turlututus ! Des chapeaux pointus !

Commentaires

  1. ouahhh! ça c'est un beau coup de gueule ou je ne m'y connais pas !
    je me suis régalée
    quel panache!!!

    RépondreSupprimer
  2. Aaaahhhhhh, ca va mieux tiens ! je pensais un peu être toute seule à penser pareil ... et pis hop, coup su coup, je lis ton post et celui là : http://blog.monolecte.fr/post/2007/11/14/Zapping-fetide
    Non, vraiment, ca va mieux ! :)

    RépondreSupprimer
  3. ouh làààààà ! bon et bien vive la fin de la grêve, vive les vacances et vive le w-e prochain .... non ? et puis une bonne paire de claques a tous ces p'tits c** de la formation ! non mais des fois! ;-)
    bonne journée quand même!

    RépondreSupprimer
  4. Aujourd'hui, je suis zen. Remarque, je ne bosse que depuis 15 minutes... :)

    Allez, je vais lachement profiter de la grève pour annuler un RDV chez le dentiste... (pitié pas la perceuse !)

    RépondreSupprimer
  5. Je bosse à la maison, alors grève, pas grève.
    C'est toute la journée en pyjama si je veux.
    Tiens,
    comme aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  6. Oh yessssss il me met en joie celui là !

    oh le coup des formés (suis formatrice à mes heures ...)
    toujours, y'en a toujours un comme ça, trop drôle ..à lire mais en vrai : pénible, ptit con va ! la prochaine question est pour toi hé hé hé je vais bien en trouver une pour le calmer celui-là !
    arf ....

    RépondreSupprimer
  7. @dom : C'est chouette ça ! vive le pyjama ! Ca fait longtemps que je fantasme sur travailler à la maison, grève ou pas grève... Techniquement je pourrais, mais :

    - Quand je suis à la maison, le petitou me dit : "papa ? papa ? papa ? papa ? papa ? papa ? papa ? papa ? papa ? papa ?" jusqu'à ce que je joue avec lui.
    - Il y a un risque pour que je ne veuille plus jamais quitter mon pyjama, toute l'année, toute la vie.

    @justmaried : merci ! étrange nature humaine, hein ! Toujours obligée de se faire mousser...

    RépondreSupprimer
  8. Ben, leur faudrait peut-être un coup de Beaujolais...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…