Accéder au contenu principal

Mon père, ce héros du camion poubelle

"Tu sais que Kéké est persuadé que tu travailles dans un camion poubelle ?"

Depuis quelques temps, mon fils Kéké s'interroge sur mes absences quotidiennes. Où vais-je donc, le matin, quand j'enfile mon gros blouson, quand je refuse le 8ème café que me propose (de force) E. en disant "Mais non il est à peine 11 heures 23 c'est pas être en retard ça ah tu les aimais plus ingrat". La réponse, énigmatique, est : "Papa part travailler". Énigmatique, la réponse le demeure, même pour moi qui n'ai pas deux ans.

Un matin, une fois disparu, alors que j'aurai pu, par exemple, jouer aux petites voitures toute la journée, Kéké a demandé : "papa parti camion poubelle ?". Nous avions d'abord cru que le Kéké prenait ces engins considérables pour des moyens de transport. En effet, à l'instar du métro, on s'y agrippe à la barrière pour se déplacer. Des gens très occupés les empruntent, pressés par des automobilistes hystériques, un peu comme papa en retard.

Nous lui avons expliqué : "Mais non, papa prend le métro, papa aime les transports en commun, le matin, car papa est humaniste et il aime l'enfer de la chaleur humaine".

Plus tard, un autre matin, il a précisé sa pensée : "papa parti travailler camion poubelle ?" Et là, nous avons compris.

Il pense que je suis éboueur. Contrairement au vieil oncle ou au beauf de mon enfance ("si tu travailles mal à l'école tu finiras éboueur !"), pour lui, c'est le plus beau métier du monde. C'est émouvant qu'il me l'attribue. C'est émouvant, ce raccourci, dans sa petite tête. C'est le métier de ceux qui ont un gros camion. Et moi, son père, je suis bien le genre de type admirable susceptible d'avoir un gros camion. A moins que cela ne soit le seul métier existant ; l'autre ne comptant pas - docteur - ces sadiques qui mettent des cuillères dans l'oreille et des bâtons de glace sans glace dans la bouche.

Si nous sommes dehors, le soir avant le repas, nous nous arrêtons sur le trottoir pour contempler leur travail diligent. Certains sont agacés qu'on les observe comme des personnages de Disneyland tandis qu'ils triment, d'autres au contraire s'en amusent et font des clins d'oeil rigolards à Kéké.

Un jour, un éboueur lui a fait un signe du pouce (ça roule !), de loin. Une autre fois, son collègue lui a adressé la parole : "Alors, ça va petit garçon ?", avec une grosse voix de basse, majestueux dans son uniforme vert, le froid sortant de sa bouche à l'instar d'un colosse à vapeur. Tandis que les voitures saturées d'imbéciles klaxonnaient, il s'est arrêté un instant pour lui désigner le puissant véhicule, et tout était dit... puis il a ajouté "A bientôt", un salut partant du front comme celui des marins, avant de poursuivre son chemin dans le tintamarre de la nuit. Kéké en est resté interdit, la bouche en O, puis il a répondu, confus d'admiration : "...gros camion ?!".

Commentaires

  1. Adorable, émouvant, drôle, écrit, comme toujours d'une plume divine, j'adore et cela me met en joie pour le reste de la journée !

    RépondreSupprimer
  2. Rhoooooo arrête un peu l'araignée ! :) Tu me gènes !

    RépondreSupprimer
  3. Balmeyer : voila donc à quoi ressemble un bonheur raconter... ;)
    Ps: je suis d'accord avec la miss E. : Ingrat!, et avec l'araignée : merci...

    RépondreSupprimer
  4. Hé hé, clair que les petits trouvent toujours ça cool de ramasser le poubelles! le symbole de l'indépendance, peut-être?
    Merci pour le lien en tout cas balmeilleur. ça me touche beaucoup.

    RépondreSupprimer
  5. Le jour où les petits garçons n'aimeront plus les gros camions, je serais vraiment triste.
    Très joliment raconté et je suis de plus en plus accro à ta plume.

    RépondreSupprimer
  6. @tous : merci pour ces réactions positives, comme dirait kéké : c'est "tuper !"

    Ce qui est fascinant c'est qu'on a absolument rien fait pour lui faire aimer les camions et autres voitures. J'ai mon permis mais j'ai horreur de conduire, et je me fous des beaux engins motorisés comme de ma première couche...

    A 18 mois il disait déjà "4x4" en les reconnaisant... une énigme !

    RépondreSupprimer
  7. Moi, tant de petites joies quotidiennes, ca me donne envie d'avoir un Kéké à moi :)

    RépondreSupprimer
  8. @bibz : c'est mignon ça !

    Faudrait aussi que je raconte deux ou trois galères, histoire qu'on croit pas non plus que je vive dans une "petite maison dans la prairie !" :)

    RépondreSupprimer
  9. Bal ( dieu, quelle familiarité): pour les plans galere, y a la rubrique " Vomi"..non?

    RépondreSupprimer
  10. La rubrique vomi ? Mais figurez-vous que j'y travaille !

    RépondreSupprimer
  11. un plaisir de lecture
    tout y est !
    j'attends la rubrique vomi avec impatience ;-)

    RépondreSupprimer
  12. coucou... j'adore le style de ton blog... très drôle et émouvant... un vrai papa poule quoi!
    ton histoire me rappelle que mon fiston tout petit genre 2 ou 3 (encore aujourd'hui à 10 ans) était fasciné par les camions poubelles.... je lui ai offert d'occaz' un camion poubelle Playmobil (il est fan) il m'a dit que quand il serait grand, il serait "conducteur de camion poubelle et pompier !" :-(
    @ bientôt

    RépondreSupprimer
  13. http://www.virginmega.fr/Musique/StreamPreviewUrl/Track/100217474.wmx

    faut lui faire écouter Pigalle au p'tit gars !!!

    RépondreSupprimer
  14. Merci gaël, j'écouterai ça à la maison, là où j'ai du son ! ;)

    C'est marrant, avant j'habitais près des Lilas (93), et je croisais souvent François Hadji-Lazaro, en survèt' et en tongues... Impressionant le bonhomme.

    RépondreSupprimer
  15. Ca me rappelle un cartain Gotlib "le boueux de mon enfance" je crois... :)
    en tout cas ça m'a fait bien rire, presque autant que Gotlib

    RépondreSupprimer
  16. Oui ! C'est marrant, j'ai cherché une illustration partout sur le net pour l'article, mais je n'en ai pas trouvé... Dommage, ça aurait collé parfaitement.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…