Accéder au contenu principal

La valse des monstres

Dimanche, c'était journée squelette. Nous sommes allés nous balader au Jardin des Plantes, vaste esplanade jonchée de feuilles rouges, périphérique de joggers dont les pas saccadés font un paisible bruit de froissement sur le sol.

J'adore la ménagerie du Jardin des Plantes, on peut s'y promener tranquillement sans trop être dérangé par des animaux. Qu'il est bon de respirer l'air frais devant les cages vides, qu'il est doux de contempler l'architecture des volières désertes. Parfois, nous montrons à Kéké une bête : "Regarde ! Un pigeon ! Admire ! Un chien ! Quel spectacle fascinant ! Des fourmis !"

A chaque fois que nous y allons, nous nous délectons de quelques moments traditionnels. Nous visitons les Orang-Outangs, qui ont toujours cet attitude au delà du sinistre, cet air de jouer une représentation de "Phèdre Dévastée" au festival Off d'Avignon par le "Théâtre du Silence". Kéké regarde, fronce les sourcils devant ces êtres poilus qui nous dévisagent, et font des pipis délirants accrochés au plafond. En tant que geek incurable et débile, je ne manque jamais de désigner les pandas rouges, qui dans la grande cuvette les hébergeant aiment à s'entasser tous dans un même trou, pour faire des siestes molles, comme dans Cute Overload. A chaque fois, je précise que c'est d'eux que vient le terme "Firefox", tandis que ma compagne a déjà fui, me plaignant dans le vent de la traduction erronée, "Red Panda".

Mais ce dimanche là, E. avait une forte envie de squelette. Nous n'allâmes donc pas à la ménagerie, mais à la galerie d'Anatomie comparée. Là s'élève et parait marcher dans la même direction la foule jaunâtre des espèces, dans leur version décharnée. Tous dans le même sens, donc, comme une grande manifestation dans laquelle on semble revendiquer inlassablement : "Nous voudrions être immortel ! - Trop tard, répond Dieu, ce n'est pas négociable."

En tête du cortège, conduisant la cohorte du règne animal, savourant son triomphe debout sur un piédestal, et le doigt levé vers le dôme lumineux - l'Homme. Quelle adorable humilité ! C'est qui les maîtres du globe, hein ? Les patrons de la planète ? Bon, effectivement, c'est de bonne guerre : quand les loutres construiront leur propre musée des espèces, qu'elles n'hésitent pas à mettre tout devant, à l'entrée, un victorieux écorché de loutre.

Ainsi, nous avons visité et comparé. Kéké marchait à vive allure, slalomant entre les pièces ; je le suivais consciencieusement, de peur qu'il ne fasse tomber quelques dinosaures à l'instar de ses tours de cube. A ce rythme trépidant, les créatures se mélangèrent rapidement dans mon esprit. Début de mammouth et fin de loup, queue de pachyderme et visage de chat. Tous, dans ce gigantesque jeu de mikado, avaient le même regard obscur des têtes de crânes, cet air particulièrement sévère et froncé, l'oeil profond, les tempes vides, le visage maigre des morts à la retraite, avec des Ray-Ban.

Pourquoi les crânes me terrorisaient-ils tant quand j'étais petit ? C'est vrai, après tout, il s'agit juste de l'os de la tête. Depuis toujours, je me suis figuré les dentistes comme des Hamlet dont j'étais le crâne. Ils me sculptaient les os de la bouche, fredonnant des choses sur la vanité du monde, travaillant cette matière personnelle qui est l'une des mieux placées pour perdurer au delà des années post-moi. Mes dents me font peur, comme des êtres indépendants capables de me survivre. Comme si j'allais me retrouver derrière cette vitrine, là où subsiste, parmi tant de fossiles, l'échantillon d'un semblable, un homme, comme le tombeau du civil inconnu.

A la vue de quelques fameux spécimens, je me concentrais pour l'exercice : imaginer, derrière les carcasses ces êtres formidables qui avait foulé le sol. Les peupler de peau et de chair, leur prêter du mouvement, des muscles tendus, de la fièvre, du sang, de la faim, de la colère. Ça devait pétarader, quand le Tyrannosaure se pointait pour gueuler : "RANGE TA CHAMBRE NOM DE ZEUS" ! Dressé sur ces pattes, le lézard démesuré surgissait d'un passé aussi disparu que celui du paquet de cigarettes à dix francs.

Au fond du musée, comme chez un fantasque antiquaire, se cachaient quelques placards que je qualifiais de particulièrement gore. Tout d'abord, neuf squelettes de foetus, un pour chaque mois de la gestation. J'étais sidéré de constater à quel point l'homme ressemble tout de suite à l'homme, dès l'origine. Modèle réduit, homme de poche, silhouette miniature. Plus loin des animaux blancs, délavés, ouverts comme des coffres à secrets dévoilant le trésor de leurs organes. Enfin, le placard des monstres. Monstre en Y, aux corps dotés de deux têtes, monstres en λ (lambda), deux corps se terminant en un seul visage. Chats siamois, mélange de canards, animaux fusionnés comme autant d'expériences ratés d'un divin savant fou ; bêtes cyclopes, chats, rats, à l'oeil formolé, figés dans une expression d'erreur au centre d'un bocal.

Pendant ce temps, Kéké admirait une baleine majestueuse, et ne voulait plus la quitter. Bon sang, Pinocchio, dans le corps de son cétacé avait plus de place que chez nous !

...Pourtant, qui n'a serré dans ses bras un squelette,
Et qui ne s'est nourri des choses du tombeau ?
Qu'importe le parfum, l'habit ou la toilette ?
Qui fait le dégoûté montre qu'il se croit beau.

Danse macabre


Edit : La valse des monstres, en musique.

Commentaires

  1. Très sympa de nous replonger à l'époque du paquet de cigarette à 10F.

    Je ne fumle plus mais ça fait toujours plaisir l'oveur de la cigarette qui se consume et pi la nostalgie des boites de Marlboro à 10 balles... ha la la .... et en plus réduites en squelettes: snif snif !

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne fume plus mais ça fait toujours plaisir l'odeur (pas l'oveur) ...

    J'avais oubliqué que les Marlboro n'étaient pas ovipares !

    RépondreSupprimer
  4. Hello,
    un beau moment paragé, merci! J'y suis allé cet été aussi avec mes enfants et j'ai beaucoup aimé l'endroit un peu vétuste et poussiéreux et tous ses squelttes d'un autre temps.
    à bientôt Mr

    RépondreSupprimer
  5. @farid : 10 balles le paquet de Marlboro, 7.70 le paquet de Gauloise Blonde... quand j'ai commencé, vilain de moi. Bon, maintenant, j'ai arrêté, hein, sauf dans des moments de dur Poker (Monsieur Romano, si tu passes par là...)

    @mr superolive : l'endroit même a un certain charme, j'espère y retourner quand mon fiston sera plus grand. Là nous avons tourné comme des éléctrons...

    RépondreSupprimer
  6. J'aime bien ta manière de raconter tes promenades avec kéké. Si tu lui racontes tout ça en te promenant, il va devenir très savant !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…