Accéder au contenu principal

Besancenot a-t-il la carte "Champion" ?

Hier soir, il pleut comme d'habitude. Je vais faire mes courses au "Champion" à côté de chez moi. Qu'est-ce que je prends me demandez-vous ? Un pack d'eau, des Granolas, de la boite pour les chats, des sacs poubelles, etc. Pas très intéressant, me dites-vous. En fait, vous ne me l'avez même pas demandé, me dites-vous. Attendez un peu !

Je farfouille nerveusement ma "banane" en bandoulière, à la recherche de ma carte "Champion". Ah, la carte des grands magasins ! Celles qui donnent des points ; on ne sait pas trop à quoi ça sert, où çà nous mène, et puis on perd la carte, ou l'on s'aperçoit que les points sont périmés. Mais peut-être qu'au bout, il y a le rêve d'un robot ménager gratuit, voire d'une poêle en inox.

Je joue le jeu. E. nous a pris un lot de trois cartes "Champion" (une pour kéké quand il sera grand), et puis ça me faisait peine, chaque fois que la caissière me demandait "Vouzavélacartchampion" de répondre "non", comme si je méprisais les choses de ce monde, et que j'étais bien trop malin pour tout ça. Là, je réponds "oui !", je me sens du cru, regard complice. Et puis parfois on ne me demande même pas ma carte d'identité quand je fais un chèque, c'est fou, c'est très village, très familial.

Je trouve ma petite carte, et devant, moi un grand gaillard se retourne pour me regarder : Olivier Besancenot. Oh, tiens, il fait ses courses au "Champion" du boulevard Barbès, lui ! Attention, ce n'est pas une blague, comme quand je raconte que je suis en cellule de dégrisement avec Villepin. Non, non, c'est bien le candidat à la dernière présidentielle qui se tient devant moi.

Et qu'est-ce qu'il a dans son caddy, hein ? Là, du coup, ça vous intéresse... Si je vous déballe qu'il a quatre bouteilles de whisky, huit boites de préservatifs, le dernier livre de Sarkozy, plus "le Bonzaï pour les nuls", plus une boite à "thé à l'orange spécial constipation chronique", là ça vous parle, hein ?

Non, en fait. Le truc qui m'interpelle, c'est la Pizza de marque "Champion". Des courses de trotskyste, quoi.

Je suis étonné par sa stature : à force de voir son visage de tintin communiste sur les affiches, ses traits poupins, à cause de sa relative jeunesse (comparée aux briscards politiques), on s'attendrait presque à voir un petit garçon, avec un pantalon court, des grandes chaussettes, une tétine. Non, le gars me dépasse, et pourtant je suis grand. En plus, il a l'air baraqué, tendance "j'écoute de la musique punk".

Je me dis : "Oh c'est drôle, la caissière va lui demander s'il a sa carte Champion, et moi, je vais savoir !". Ca ne loupe pas :
"Vouzavélacartechampion ?
- Non."

Je sais, à présent. Et ben, Olivier, ça vous intéresse pas les robots gratuits, voire les poêles en inox ? Tant pis, c'est mon tour, moi j'ai la carte Champion, j'espère que la caissière va m'aimer, qu'elle va me dire : "Vous au moins, vous n'êtes pas un pipole de la télévision, mais on peut compter sur vous. Vous êtes un gars du cru, un indigène. Vous l'avez, la carte Champion."

A la sortie du supermarché, je glisse aussitôt sur une dalle humide et lisse, et je me retrouve par terre. Un clochard me dit : "c'est la troisième fois que ça arrive ce soir ! Je l'ai pourtant dit au vigile, ça glisse, il faut nettoyer !". On discute un peu, scandalisés par la marche du monde, et je m'en vais.

Commentaires

  1. Un régal ! Ce post m'a fait décrocher un sourire, ce n'est pas chose facile.

    RépondreSupprimer
  2. Oh ! Merci ! C'est un plaisir de t'accueillir ici.

    RépondreSupprimer
  3. Chouettement rigolo !
    (et quel scoop ! Besancenot n'a pas sa carte champion ! et il mange de la pizza parce qu'il est grand, et que les grands, ça mange beaucoup !)

    RépondreSupprimer
  4. Et après on dit que bloguer c'est pas du journalisme, taratata ! :)

    RépondreSupprimer
  5. Je ne m'en lasse pas ! Et la chute, la chute... !

    RépondreSupprimer
  6. Ah ah ah ! Le pire est que c'est devenu une habitude :
    - Rencontrer Besancenot dans le quartier.
    - Me casser la gueule à la sortie du Champion...

    RépondreSupprimer
  7. Une Pizza Champion... Arrrf au moins lui il profite de ce qui a de meilleur dans la mondialisation la pizza Champion Arrrf !

    L'a du goût le bestiau :-D

    Et pi lui c'est sûr, il a pas glissé sur la dalle: il a pas des semelles en cuir.

    RépondreSupprimer
  8. Alors ! c'était donc toi qui suivais Besancenot ? ^^

    Détective privé, ça te va bien ...

    RépondreSupprimer
  9. Ah ah ah ! Excellent Ellie! J'y ai pensé tiens. Mon fiston a même fait du manège avec le sien ! La prochaine fois qu'il me croise, il va se poser des questions...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La lanterne magique

Quand l'étincelle a disparu, dans cette lanterne magique qu'est la tête, le film du monde est laid. On regarde le soleil qui s'y couche comme un gros tas flasque de particules molles. Les chiens sont des boites à bruits, au bout des laisses, comme des yoyos à jamais déroulés. Les gens ont des barbes qui vous grattent à vous. Ils parlent en faisant des fautes d'orthographe. Les arbres s'alignent de manière bucolique comme des bâtons pour chiens, plantés là. Vous êtes ce chien qui ne peut prendre les arbres dans votre gueule, ces bâtons de joie, et détaler. Vous regardez les arbres, intransportables, et plus rien ne court. Vous vous retrouvez nez à nez dans un endroit où vous étiez content, une fois, et vous voyez votre ombre encore contente (car les ombres sont lentes), et vous vous sentez de trop dans ce souvenir heureux plus réel que vous-même à cet instant. Vous quittez les lieux poliment. Il y a des magasins qui vendent des thés ridicules. Il y a des bars qui ve…

Wagram

Avenue de Wagram, devant un hôtel trois ou quatre étoiles, quelques barrières ont été installées de part et d'autre pour que s'accumulent des jeunes filles en fleur et en short. Elles semblent attendre depuis un moment, immobiles et compactes, et ce regroupement, provoqué manifestement par une prochaine épiphanie de vedette, emplit ce fragment d'avenue du bruissement électrique de la Célébrité. Des touristes et passants intrigués s'arrêtent pour scruter les jeunes filles qui scrutent l'entrée de l'hôtel, et moi je scrute à mon tour les passants curieux. Cela aurait été un triangle parfait de scrutement si les jeunes filles m'avaient regardé moi, mais en vérité je suis informaticien.

Chacun y trouve son compte, dans ce grand drame de l'attente ; par exemple moi-même, n'y comprenant rien, j'observe la scène tel un contempteur bien au dessus de tout ça. Si ces jeunes filles ont décidé d'être une foule dense à raison de huit par mètre carré, com…

Ballons

Nous nous promenions au parc de Sceaux, il y avait une sorte de kermesse pour lutter contre les myopathes (contre la mucoviscidose me corrigea Emeline). Derrière les stands, s'activaient des gens qui vendaient des parts de gâteaux au prix d'un ticket vert. Il y avait des panneaux explicatifs sur la maladie, des jeux de pêche et de massacre.

Un speaker remercia la fanfare de Clamart. J'y avais remarqué un joueur d'hélicon assez maigre, et ceci me plut car je tenais, à l'occasion, des statistiques sur les membres des fanfares, afin d'établir un jour une pittoresque découverte. J'avais déjà noté que les joueurs d'hélicon étaient souvent maigres, ce qui me fascinait car l'instrument exigeait de la puissance, et donc un costaud au bout du tube me semblait-il ; je croisais certes sur ma route une fanfare environ une fois l'an, l'étude avançait lentement mais malgré tout, je tenais pour certain que l'hélicon était si gourmand qu'il épuisait…