lundi 6 août 2007

La mer de sable

Connaissez-vous la Mer de Sable ? Non, moi non plus, et je ne compte pas faire sur ce passionnant sujet un "dossier web 2.0 " ( voir cet article culte). Ça doit être une sorte de grand terrain vague avec du sable où règne "...l'ambiance légendaire et tant appréciée d'un désert de sable en plein coeur de la forêt d'Ermenonville" , avec carcasses de gnous dedans. Attention au vent.

Une grande campagne de pub sévit en moment dans le métro parisien, avec le nom du site bien en évidence : http://www.merdesable.fr/ La première fois que je la rencontre, tout de suite me vient cette réflexion que je vous livre crûment : "J'ai l'esprit mal placé où ça fait vraiment 'la merde sable' ?" Le soir, je rentre, ma compagne réprime un sourire et me dit : "tu as vu la pub pour la Mer de Sable ? " Éclats de rire et LOL entre humains.

Ceci me rappelle une anecdote que m'a racontée ma mère : à la création de la Communauté Urbaine de Lyon, il a fallu attendre que tous les documents soient imprimés pour se rendre compte que le sigle de l'organisme était " C.U.L.", et qu'il valait peut-être mieux lui préférer le plus séant "CO.UR.LY". Moi, ça me passionne ces histoires : j'imagine l'imprimeur, le stagiaire en communication, la secrétaire, le sous-cadre, le N - 1 , tous ces gens impliqués dans le projet, qui pour une raison ou une autre font semblant de regarder ailleurs. Parfois "ça" se met à ressembler à une machine sans pilote, une mécanique douée de sa vie propre, quand le protocole, l'organigramme, la méthodologie s'attaquent à nos humains projet.

En tout cas, à l'heure où il nous faut trouver des jurons de substitution pour éviter que notre kéké parle comme un charretier, l'évocation de cette sympathique base de loisir est tout à fait bienvenue, et nous ne nous en lassons pas.

2 commentaires:

  1. Ah, les jurons de substitutions !
    Je n'ai appris à dire "merde" et consors qu'à l'âge avancé de 9 ou 10 ans, grâce à eux. Dans mon école apparamment les autres enfants étaient au même régime…
    (Je disais "miiiiince !")

    RépondreSupprimer
  2. Dommage que la plate forme "blogger" ne permette pas d'enregistrer l'email et le site des autres, comme dans les autres blogs...

    RépondreSupprimer